130 ans - Période 1900-1959

130 ans - Période 1900-1959

Publié le 01/05/2012

Né le 20 avril 1882, le Racing fête, en cette année 2012, ses 130 ans d’existences. La Ligue Nationale de Rugby (LNR.fr) a retracé la riche et passionnante histoire du doyen des clubs français de rugby. Anecdotes, images exclusives, grande Histoire et grands hommes, retrouvez la en 5 épisodes…

 

Pour le Racing, le début du XXe siècle est celui de l’expansion. Le club devient locataire du parc des Princes, un tout nouveau stade où se dispute le sprint final d’une épreuve cycliste insolite : le Tour de France. Situé dans le prolongement du bois de Boulogne, le vélodrome du parc des Princes voit le Racing battre Bordeaux 6-0 en finale du championnat 1902, le 23 mars, avec un coup d’envoi à…10h40 ! Les Ciel et Bleu emmenés par l’Anglais Rutherford, futur arbitre, ne le savent pas encore mais il faudra attendre quinze ans avant de disputer une nouvelle finale.

Frantz Reichel, Allan Muhr, Charles Gondouin ont déjà marqué le rugby de leur empreinte : le premier est célébré par le trophée offert au champion de France des -21 ans. Le deuxième, de nationalité américaine, sera capitaine du XV de France avant de mourir de faim dans un camp de déportation en 1944. Quant au troisième, il deviendra reporter. Entre temps, le premier conflit mondial a fauché nombre de jeunes joueurs comme le Racingman Paul Dupré, et laissé d’autres meurtris dans leur chair et leur esprit. Le Racing est néanmoins champion en 1917 du « Challenge de l’espoir ». L’Union française des sports amateurs (USFSA) a alors dû créer le système des tranches d’âge pour suppléer à l’appel du drapeau.

En 1924, devenu propriétaire du stade de Colombes, le Racing obtient l’organisation des jeux Olympiques dans son antre en échange de 50% des recettes. Les Etats-Unis décrochent de nouveau la médaille d’or, et le ballon ovale disparaît du programme olympique officiel. En 1936, à Berlin, il sera sport de démonstration et l’ailier des Ciel et Blancs, Pierre Geschwind (ailier en allemand), inscrira l’essai de la victoire française contre…Francfort.

Dix ans plus tard, l’Occupation passée, la collaboration oubliée, le Racing redécouvre une phase finale de championnat et sera le seul club parisien avec le Paris Université Club (PUC) présent en championnat jusqu’en 1968. Il y a pléthore d’équipes : 154 en 1945-1946 et encore 48 en 1957 lorsque le Racing échoue en finale contre Lourdes. Dans les rangs parisiens, Arnaud Marquesuuza (Le Bison), François Moncla (François les bas bleus) et Michel Crauste (Le Mongol) sont les garants du jeu enlevé des Parisiens. En 1959, les voilà champions à Bordeaux face au Mont-de-Marsan des frères Boniface. Dans leurs rangs seulement deux natifs de la région parisienne : Alain Chappuis et Claude Obadia.

 

Nicolas Lavallee pour LNR.fr

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 27 septembre 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
 
 
Playlist du mois