actuImage.php

À la foi et au cœur

À la foi et au cœur

Publié le 13/02/2013

Absent des terrains depuis sa blessure contractée à l’entraînement la semaine précédant le premier match de la saison face à Agen, Albert Vulivuli n’est pas du genre fataliste. Il est plus de ceux dont la rage qui doit habiter celui qui veut revenir à son meilleur niveau est omniprésente. Et le sourire aux lèvres, toujours. Pourtant, les pépins physiques ne l’ont pas épargnés ces derniers temps. Pour schématiser, et résumer un peu hâtivement sa situation, Albert n’a que très peu joué au cours de ces deux dernières années pour le Racing.

 

Arrivé en provenance de Bourgoin à l’été 2010, le Fidjien a vite fait parler sa puissance à l’aile et au centre de l’attaque francilienne.
Mais depuis deux saisons, Vuli est malgré lui éloigné des terrains « Depuis le match retour face à La Rochelle en février 2011, je traînais un problème au genou gauche. J’ai enchaîné la saison jusqu’aux demi-finales (ndlr : défaite à Marseille face à Montpellier) et  je l’ai terminée avec une grosse douleur ». Terminée ? Pas tant que cela. Sélectionné pour la Coupe du Monde, le Fidjien a ensuite enchaîné la préparation avec sa sélection et a participé à la compétition en Nouvelle-Zélande. Forcément, de retour en club, ‘Vuli’ n’était pas au meilleur de sa forme : usé et blessé. Le diagnostic est sans appel : rupture du genou gauche, six mois minimum d’arrêt. Et pour pimenter le tout, est diagnostiqué une fracture du scaphoïde du bras droit. Quelques mois après cette première grosse blessure, et avec le recul de celui qui a bossé dur pour revenir sur les terrains, il reste lucide sur cette période « J’étais jeune dans ma tête et l’envie d’être sur le terrain avec les ‘boys ‘ était plus forte que tout. Mais j’ai bossé très dur pour revenir ». Ceci explique cela, mais pas que. Comme beaucoup d’Iliens, Albert est habité par la force de Dieu. « Je suis catholique et je crois en Dieu. Je me fixe des objectifs et il m’aide à les atteindre». À la foi et au cœur, le Fidjiens revient dans les temps.

 

De retour auprès de ses coéquipiers à l’intersaison dernière, rebelote. Passés les deux matchs de préparation face à Grenoble et Toulouse, c’est au cours d’un entraînement que le centre Ciel et Blanc se (re)blesse grièvement. Cette fois-ci, ce sera côté droit. À la lutte avec un coéquipier sur un ballon haut, le genou lâche au moment de la reprise d’appui. Une fois de plus le diagnostic est lourd : à quelques jours d’aborder le premier match officiel de la saison 2012-2013, Vulivuli en prend pour huit mois. Rupture des ligaments croisés postérieurs et entérieurs du genou droit. Opéré par le Docteur Bohu, le Racingman effectue la première partie de sa rééducation à Cap Breton qu’il a cotoyé pendant six semaines, à raison de huit heures de travail par jour. Histoire de joindre l’utile à l’agréable et surtout pour profiter des premiers instants de vie de son fils Noah né quelques mois plus tôt, c’est en famille qu’il a rejoint les Landes.

 

De retour en Ile-de-France, c’est au nouveau Centre d’Entraînement et de Formation du Plessis-Robinson que le Fidjien a retrouvé Robin, Laurent, François, Michele et consors pour remplir un objectif personnel : bien se soigner, revenir plus vite que prévu, si cela est possible, et jouer avant la fin de saison. Et c’est aux côtés d’un autre blessé du genou qu’Albert va faire la plus grande partie de sa rééducation. Avant que Julien Saubade ne les rejoigne, Albert Vuluvuli et Benjamin Dambielle ont partagé la même galère. Et c’est ensemble, ou presque, qu’ils risquent de faire leur retour à l’entraînement. « Désormais, je fais des changements de direction, les sauts, de la vitesse et des exercices de plaquage avec sac, positive l’Ilien. Je suis dans la dernière étape de ma rééduction ». Si tout se passe bien, les huit mois  d’indisponibilité initiaux seront réduits. « J’espère être de retour à l’entraînement dans cinq à six semaines ».

 

Parfait. Cela coinciderait avec la double réception de Perpignan puis Toulouse. La puissance de Vulivuli pourrait alors être précieuse pour le centre de l’attaque - et de la défense - francilienne. Autant que celle de « lord » l’est pour lui.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 14/02/2013 par Jipé
Courage à toi Albert, c'est avec beaucoup de plaisir que nous t'accueillerons à Colombes.
Le 13/02/2013 par Rame2
Bon courage Albert et les autres, rétablissez-vous vite, le Racing Metro a besoin de vous.

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 29 novembre 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois