En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

Arbitrage - Les jeunes arbitres à la rencontre du Top 14

Arbitrage - Les jeunes arbitres à la rencontre du Top 14

Publié le 14/03/2013

Cette saison, lors des rencontres de Top 14 du Racing Metro 92, les différents arbitres amateurs du club ont eu la chance de suivre, chacun à leur tour, les officiers lors de l’avant et l’après match. Recueils des sentiments de deux d'entre eux par Jean Lespés, l'instigateur de cette expérience inédite.

 

 

Jean Lespés - Peux-tu nous dire lors de quel match as-tu effectué ton parrainage ?

 

Mathieu Deroze - Le derby contre le Stade Français, joué le 1er décembre dernier au Stade de France.

 

Stéphane Bertoncini - J’ai assisté au match des Ciel et Balnc face à Agen, dernier match de l’année 2012 qui s’est conclu par une belle victoire bonifiée !

 

 

J.L - Comment s’est déroulé ton premier contact avec l’ensemble du corps arbitral de la rencontre ?

 

M.D. - Très agréable, premier contact pris sur le terrain lors de la reconnaissance du terrain et des infrastructures par le corps arbitral.

 

 

S.B. - Mon contact avec le corps arbitral était plutôt bon, j’ai croisé des personnes concentrées environ une heure et demie avant le match - ce qui est la norme si on veut arriver dans de bonnes conditions. J’ai pu surtout échanger avec les 4ème et 5ème arbitres de la rencontre, plus disponibles que le trio arbitrale qui doit rentrer dans le match tout en étant le plus attentif et rigoureux possible sur les actions à signaler ou à potentiellement siffler. J'ai trouvé M. Cardona qui était arbitre central ce jour là extrêmement concentré, comme dans une bulle en s’échauffant seul. Il m’a confié après la rencontre que ça lui permettait de se préparer et de visionner les actions de jeu dans sa tête, afin d’être prêt dès le premier coup de sifflet.

 

 

J.L - Peux tu nous décrire ce qui t’as le plus étonné lors leurs préparation d’avant match ?

 

M.D. - Je m’attendais à des personnes avec un certain stress ou tout du moins pas à l’atmosphère présente dans le vestiaire. En effet, y cohabitaient à la fois la décontraction, le sérieux et la concentration nécessaire à un bon arbitrage...Ce qui contrastait fortement avec les enjeux du match, d’autant plus d’un derby, et le contexte d’une rencontre télévisée en prime time au Stade de France avec plus de 50 000 spectateurs.

 

 

S.B. - Lors de la préparation d’avant match et lors du déjeuner qui a précédé la rencontre je me suis rendu compte à quel point la mobilisation des bénévoles et volontaires était importantes voire indispensable au bon déroulement de la rencontre. Un grand merci à toutes ces personnes qui prennent le temps de contribuer à la réalisation d’une belle fête comme peut l’être une belle rencontre de rugby. C’est aussi là qu’on se rend compte que la passion du rugby transgresse les générations, qui cohabitent formidablement. Ensuite, pour revenir à l’arbitrage, tout le processus de préparation au match se met en place du côté du corps arbitral : l’accueil, la vérification des crampons, le toss, l’échauffement, l’équipement des arbitres avec les oreillettes, l’arbitre vidéo qui s’installe. En coulisse, sont vérifiées de nombreuses choses que le spectateur ou téléspectateur ne voit pas et qui doivent contribuer à la fluidité d’une rencontre.

 

 

J.L -  Est-ce que cette rencontre avec des arbitres de haut niveau t’a permis d’avoir une nouvelle approche de l’arbitrage ?`

 

M.D. - Oui tout à fait. Même si les éléments extérieurs et les facteurs n’ont rien en commun avec ce que je rencontre chaque semaine sur les terrains d’Ile de France il est particulièrement intéressant de pouvoir créer des parallèles.

 

 

S.B. - Oui j’ai pu observer les comportements, les éléments de langages utilisés par le corps arbitral. Pour les arbitres avec moins d’expérience comme moi, ce sont de bons repères que l’on tentera d’utiliser lors de nos prochaines rencontres à arbitrer. Lorsqu’on revêt le maillot d’arbitre on joue un rôle, celui de quelqu’un qui va prendre des décisions, communiquer avec les joueurs, les entraineurs, les dirigeants. L’arbitre est là pour s’assurer que le match se déroule dans de bonnes conditions, selon les règles établies et doit être capable de sanctionner en conséquence les actions inadéquates ou contraires au jeu. Je suis aujourd’hui encore plus motivés de participer dans l’émergence du rugby au travers de l’arbitrage.

 

 

J.L. - Que retiens-tu de cette expérience ?

 

M.D. -  Ces mêmes parallèles qui permettent de mesurer la distance nous séparant du haut niveau. Tout est une somme de détails, d’extrême précision mais également de relâchement (tout du moins de pression positive). Forcément il y a énormément de travail derrière tout cela dans la connaissance de la règle, de son application ainsi que dans la connaissance de soi même.

 

 

S.B. - Une grande satisfaction puisque j’étais le point de liaison des arbitres et que je m’occupais des préoccupations et besoins des arbitres avant, pendant et après la rencontre. On se sent dans les coulisses d’un grand évènement ou l’on côtoie des personnes qu’on ne voit, d’habitude, que dans les médias. Je retiens aussi l’encadrement dont j’ai bénéficié pour accomplir au mieux la tâche qui m’était confiée et la gentillesse dont a fait preuve Jean-Paul. Fervent supporter et passionné du club, connu comme le loup blanc sous la tribune du stade Yves-du-Manoir, cet ancien arbitre m’a donné, lui aussi, des clés pour améliorer l’avant et l’après-match.

 

 

J.L. : Quelle vision globale portes-tu sur l’arbitrage en tant que nouvel arbitre du CIFR ?

 

M.D. - Me considérant comme nouvel arbitre car il ne s’agit que de ma seconde saison, les principaux points que je relèverais sont que l’arbitre est à la fois le garant du respect de la règle et des valeurs représentées par le rugby. Par exemple par sa communication ou sa prévention, notre mission est de défendre ces mêmes valeurs qui sont l’essence même de ce sport. Par ailleurs, le meilleur apprentissage de la règle m’a permis de me rendre compte des erreurs produites en tant que joueur. Enfin, s’il fallait ressortir un axe de travail, une meilleure communication arbitre joueur hors match serait à mettre en place afin de réaliser du préventif lors des entrainements. Ceci est d’ailleurs déjà appliqué au sein du Racing via la politique d’arbitrage mise en place.

 

S.B. - J’essaie de m’investir avec la nouvelle équipe en place du CIFR pour améliorer l’arbitrage en Ile-de-France. On a plusieurs axes de progression à poursuivre pour mettre les arbitres dans les meilleures conditions possibles et qu’ils puissent évoluer en toute sérénité en se concentrant plus particulièrement sur leur rôle d’arbitre. L’arbitrage en Ile-de-France a du potentiel même s’il est encore peu représenté à haut niveau. Le manque ou le retard de culture rugbystique que la région avait par rapport au sud de la France est en train de se résorber. Le projet Plaisir, Rigueur, Performance autour duquel se concentre les efforts de la nouvelle équipe est ambitieux et on sent beaucoup de gens sensibilisés à rendre l’arbitrage plus performant pour le bien de tous les acteurs du rugby.

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 03 mai 14H40

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois