Barrage - Toulouse, maître de la phase finale

Barrage - Toulouse, maître de la phase finale

Publié le 08/05/2013

9 juin 2012, les minutes s’égrènent au tableau d’affichage puis... trois coups de sifflets retentissent : le Stade Toulousain remporte son dix-neuvième Bouclier de Brennus. A l’heure d’affronter le Racing Metro 92 vendredi soir au Stadium pour le barrage du Top 14 (21h), c’est une vingtième demi-finale consécutive en championnat de France que le Stade Toulousain entend aller chercher.

 

 

Depuis cette chaude journée de printemps, bien des matchs ont été disputés par les Rouge et Noir. Et même s’il est de rigueur au club de Haute-Garonne de ne pas se laisser griser par l’étiquette du Champion en titre, il faut être honnête : jamais il n’est paru si compliqué de rencontrer le Stade Toulousain. Troisième meilleure attaque du Top 14 (702 points inscrits), cinquième meilleure défense (501 points encaissés) et la statistique impressionnante d’une seule défaite à domicile en championnat (USAP 18-19), Toulouse va bien, même très bien. Le Top 14 s’homogénéise, voila la raison des approximations toulousaines cette saison. « Quiconque nous placerait en favori sur ce barrage devrait réviser ses fiches » a souligné Gonzalo Quesada après la réception victorieuse de Castres ce dimanche à Colombes (29-28). Car si les Toulousains ont alterné le bon et le moins bon, capables de perdre à Agen le dimanche puis d’écraser Toulon à la maison le week-end d’après, il faut compter sur eux sur la phase finale, plus que jamais…

 

 

 

Une équipe taillée pour les grands matchs

 

 

 

Amputé de la majorité de ses titulaires lors du Tournoi des VI Nations, le Stade Toulousain a fait grise mine sur la phase retour. Un manque de liant dans son jeu, des approximations en conquête et dans les transmissions, le parcours du champion a été des plus contrasté. Et alors ? Troisième au classement, distancé par Clermont et Toulon, se voyant obligé de passer par la case barrage pour la deuxième fois de son histoire, tout reste relatif pour le Stade Toulousain. Certes il n’a pas eu sa superbe habituelle mais la machine est en marche. Dans un Stadium peint en Rouge et Noir, poussés par plus de 30 000 supporters, il n’y aura pas de doutes qui tiennent, juste l’irrépressible envie de décrocher la vingtième demi-finale d’affilé du club en championnat. Alors oui, le Stade Toulousain n’a pas terminé premier cette saison, tant pis, la fougue et le jeu sont là. Réalistes et efficaces, les Toulousains pourront compter sur la gestion et la créativité d’un Luke McAlister ou la puissance d’un Louis Picamoles, entres autres qualités de son groupe. Un ballon qui traîne, une touche, une mêlée approximative côté adversaire, un intervalle et les jambes de leurs trois-quarts font le reste. Un terrible diesel qui monte crescendo jusqu’à atteindre sa pleine puissance. Et puis, on a tendance à l’oublier mais Toulouse aime la phase finale tout simplement. Tout le travail de Guy Novès et son staff a pour but de goûter encore et encore à cette ambiance, cette saveur des matchs à élimination directe. Le Stade Toulousain, maître de personne cette saison, mais depuis deux ans, de la phase finale.

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 08/05/2013 par RUELA
Qui sont les plus forts et qui n'ont peur de rien ? Les Racingmen ! Beaucoup de regrets de ne pouvoir faire le déplacement à Toulouse, nous serons tous devant la télé le 10 mai pour vous supporter jusqu'au bout de la nuit. Dream in blue et tout devient possible ! Vos supporters de toujours.

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 20 septembre 14H45

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois