En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

ESP - RM 92 vs UBB - Ils ont bien grandi

ESP - RM 92 vs UBB - Ils ont bien grandi

Publié le 21/04/2013

Les Espoirs du Racing Metro 92 affronte l'Union Bordeaux Bègles ce dimanche lors de l'ultime journée de championnat au stade Yves du Manoir de Colombes (15h). Les Ciel et Blanc n'ont besoin que d'un point pour obtenir leur billet pour la demi-finale. Récit de la transformation d'une équipe en difficulté l'an dernier et en passe de se qualifier pour la phase finale.

 

Imaginez : une équipe en proie aux doutes et capable de gagner à seulement quatre reprises en 2011-2012. Un an plus tard, cette même formation est à deux doigts de composter son billet pour la demi-finale de championnat, avec en bonus, le besoin d'un seul point pour le valider pleinement. Cette équipe, c'est celle des Espoirs du Racing Metro 92. Métamorphosée. Transformée. Pourtant, le chantier était encore important à l'heure où le nouveau staff, composé d'Adrien Buononato, d'Anthony Cabaj et Nicolas Leroy, se présentait à son groupe. « Le groupe était dans une certaine crise de confiance à notre arrivée, avoue l'ancien du Stade Français. Les joueurs ne savaient pas s'ils étaient au niveau individuellement et collectivement. Et lorsque qu'avec Antho et Nico nous leur avons donné nos objectifs, on a vu certains regards incrédules. Par exemple, Jean-Baptiste Chauveau qui a vu de nombreux coachs ici était dans l'interrogation ».

 

De la découverte à la dévotion en passant par l'accompagnement. Voilà le cheminement des différentes étapes vécues par les Espoirs. « Il fallait une découverte réciproque pour gagner le respect mutuel », se souvient Buononato. Les règles de vie sont définies conjointement, l'ébauche sportive également, retards et absences sont sanctionnés comme il se doit. Le déclic est enclenché, le projet d'équipe peut prendre forme. « Tout le monde a signé et les joueurs n'ont, depuis, rien lâché, se félicite le coach des avants. Ils ont donné le maximum. En contre partie, nous nous sommes engagés à les amener vers la qualification ». « Il nous fallait acquérir plus de maturité et de rigueur dans les entraînements, avoue Chauveau qui fête sa quinzième saison au club. L'an passé il y avait cette même bonne humeur qu'il y a actuellement dans le vestiaire. Seulement, nous devions trouver un compromis entre rigueur et sourires ».

 

 

« Les joueurs ont le droit de se tromper

mais pas de ne pas tenter »

 

 

Là où ils étaient incapables de prendre le dessus sur leurs adversaires l'an passé, les Ciel et Blanc ont réapris à gagner. Et vite. Un début de saison positif bien qu'en dent de scie : deux victoires, un nul et trois défaites lors des six premières journées. Mais voilà, le doute n'a pas atteint le groupe francilien, loin d'être défaitiste. Et depuis un certain goût de la victoire anime les coéquipiers du capitaine Jean-Baptiste Chauveau qui restent sur trois victoires et un nul lors des quatre dernières sorties. « C'est le pied ! Nous avons réapris à être joueur de rugby », s'enthousiasme celui qui est capable d'évoluer en deuxième ou troisième ligne.

 

 

Alors, comment le virage à cent quatre-vingt degrés a-t-il été orchestré ? «Nous avions des idées assez précises de ce que nous voulions sur le terrain, explique Buononato. De la prise d'initiative, du mouvement, tout cela sans s'enfermer dans un système. Ça nous a joué des tours par moments. Les joueurs ont le droit de se tromper mais pas de ne pas tenter ». « Le système de jeu nous permet de nous éclater, résume Chauveau. On arrive le lundi avec la banane qui reste toute la semaine. C'est un bonheur de jouer avec ces mecs là ! ». Aujourd'hui, comme l'indique depuis plusieurs semaines le coach des Espoirs, son équipe maîtrise son rugby. Le staff est là pour l'accompagner. Une certaine sérénité à l'heure de jouer une rencontre décisive face à l'UBB ce dimanche. « Nous sommes dans l'accompagnement, reprend Buononato. Aujourd'hui, nous faisons des rappels offensifs ou défensifs, nous leur apprenons comment ils doivent aborder un match hostile, une rencontre de phase finale ».

 

D'autant plus qu'une partie du groupe « de copains », dixit Chauveau, quittera le Racing en fin de saison après y avoir vécu de belles années. Et lorsque l'on pose la question de savoir s'il imagine que dimanche pourrait être sa dernière sous le maillot Ciel et Blanc après y avoir débuté en mini-poussin, Chauveau répond du tac au tac. « Impossible ! ». On vous l'a dit, ce groupe veut aller loin. Le plus loin possible. Et fera tout pour poursuivre son chemin un peu plus loin que Du Manoir.

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 03 mai 14H40

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois