actuImage.php

Intérieur Racing avec... Pascal Valentini

Intérieur Racing avec... Pascal Valentini

Publié le 09/11/2011

Après Pierre Berbizier, Simone Santa Maria et Philippe Berbizier, "Intérieur Racing" se penche aujourd'hui sur la préparation physique, domaine indispensable à toute équipe de rugby. Rencontre avec Pascal Valentini, responsable de ce pôle au Racing depuis 2007.

 

Pascal, pouvez-vous nous décrire votre parcours?
Pascal Valentini: Très vite, j'ai eu envie d'exercer dans le rugby. J'ai commencé au RC Toulon comme assistant puis je suis devenu responsable. Ensuite, je suis parti au PUC puis aux Harlequins, où dans les deux cas j'étais seul. Je suis revenu en France au Castres Olympique avant de rejoindre l'équipe d'Italie et le staff de Pierre Berbizier. En Italie, j'étais seul mais nous collaborions régulièrement avec des préparateurs qui venaient effectuer des missions temporaires.

 

Pouvez-vous nous raconter les circonstances de votre arrivée au Racing?
P.V. : C'est Pierre (ndlr: Berbizier) qui m'a proposé de le suivre au Racing dans la foulée de la Coupe du Monde 2007. Je suis donc arrivé en même temps que lui avec pour mission de prendre en charge la préparation physique.
Ici, on a tout de suite trouvé de l'ambition, des moyens et une vraie sensibilité; presque un vrai choix économique par rapport à la préparation physique. Pour réussir dans ce domaine, il faut des joueurs de qualité, un staff pour coordonner les charges de travail, une structure de travail de haut niveau et la possibilité de pouvoir faire récupérer les gars, donc un effectif large et de qualité. Tout cela nous a été offert par le Président Jacky Lorenzetti qui a accepté de faire un vrai centre performant. Avec cet argent, on aurait pu prendre deux ou trois joueurs, mais il a décidé de construire cet outil de travail et de vie. Donc, je savais qu'en travaillant avec Pierre, et je l'ai compris rapidement en travaillant avec Jacky, j'allais trouver ces quatre points capitaux pour que cela fonctionne.

 

Vous êtes arrivés en cours de saison avec Pierre, coupe du monde oblige. Aviez-vous laissé des instructions? Notamment pour la préparation d'avant-saison?
P.V. : Nous avions coordonné les contenus avec Robin (ndlr: Ladauge) qui était là et avec les coachs qui étaient là sur place. Une préparation longue puisqu'il n'y avait pas de matchs de Pro D2 pendant la Coupe du Monde.

 

La plus grosse difficulté pour un préparateur phyisque n'est-elle pas de concilier les impératifs du moment avec le fait de préparer les joueurs pour une longue saison?
P.V. : Cela se gère d'abord en faisant une intersaison de qualité pour avoir une base. Et ensuite, en essayant le plus possible de gérer les joueurs par rapport à certaines données, comme le nombre de matchs disputés. Il faut donc pouvoir avoir la possibilité de les faire récupérer. Une autre donnée importante est d'évaluer leurs besoins selon leur âge ou leur poste, donc de vraiment individualiser le travail. Pour faire cela, il faut un staff important, c'est pour ça que nous sommes quatre. Ainsi, au delà des échanges et des variétés de contenus, des idées et de la richesse de la confrontation, on peut suivre chaque joueur efficacement.

 

Vous vous devez d'être à l'écoute des joueurs?
P.V. : Il faut les connaître, savoir ce qui leur va bien, ce qui leur convient. Mais il faut aussi savoir les pousser dans leurs retranchements.

 

Comment vous situez-vous par rapport aux nouvelles techniques, comme par exemple la cryothérapie à laquelle les joueurs ont goûté récemment. Est-ce un domaine que vous suivez de près?
P.V. : Il faut absolument rester à l'écoute et être à la recherche de nouvelles choses. Pour diverses raisons: D'abord, parce que la prépa physique en est un peu à ses balbutiements. Ce n'est que depuis une trentaine d'années qu'on se penche dessus très sérieusement. C'est la préhistoire par rapport à d'autres sciences, comme la médecine, qui peuvent avoir 100, 200 ou 300 ans d'histoire. Et ensuite, pour répondre aux réalités du professionnalisme et de la quotidienneté des entraînements. Il faut travailler pour amener de la variété, toujours égayer la psyché, être toujours à cheval entre le dur pour progresser et le plaisir pour avoir envie d'être dans le dur.

 

On entend souvent de la part des adversaires que le Racing est une équipe dure à affronter physiquement. A la fois dans l'impact sur l'instant mais aussi sur la durée d'un match. C'est le meilleur compliment qu'on puisse vous faire non?
P.V. : Oui... Ça fait plaisir mais on a vu récemment que c'est très relatif et que tout peut changer en 15 jours, 3 semaines. Encore une fois, pour arriver à ça, il faut des athlètes de haut niveau, une structure pour travailler, une coordination avec ce qu'ils font en dehors de la prépa, et du temps pour récupérer. On a la chance d'avoir un gros volume de joueurs, de pouvoir faire des rotations, de pouvoir plus ou moins les programmer, de regénerer, de re-travailler, de faire des micro-cycles, des micro-programmations pendant la saison. Je pense en effet qu'on ne programme pas un collectif pour une période donnée. Car qui dit collectif dit amalgames d'individus et par définition leur histoire dans le court terme passé est complètement différente entre un qui joue, un qui est blessé, un qui ne joue pas, un qui joue un peu blessé... C'est très difficile d'avoir une vraie homogènéité entre trente mecs qui arriveraient dans le même éat de forme dans les derniers trois mois. Ça n'existe pas. Mais cela reste un idéal.

 

Pourtant on entend souvent des staffs dirent qu'ils préparent leur équipe pour qu'elle arrive à son pic de forme vers mars-avril. Notamment en football...
P.V. : En foot, c'est différent. Mais les gens qui disent ça, c'est du pipeau! Ça fait professeur, "je vais programmer, doser et tout ça". Alors oui, évidemment qu'on tend à ça, mais la réalité au quotidien n'est pas comme ça. Elle est que les mecs prennent des pets, des blessures. Que ce que tu avais prévu de faire le lundi une semaine avant, tu ne peux pas le faire parce que le mec a une béquille, que le lendemain, il y a d'autres exigences rugbystiques. On peut à très court terme - sur 8-15 jours - programmer des choses, programmer des stratégies mais individuellement personne ne va coller au même canevas. La clé, c'est de s'adapter à l'individu et aux circonstances. Ensuite pour en revenir au foot, ils n'ont pas la même problématique au niveau des blessures, et n'ont à gérer que l'énergie et le cardio, pas la résistance aux chocs par exemple.

 

Dernière question. Vous mentionniez plus haut que vous étiez quatre. Pouvez-vous nous présenter votre équipe?
P.V. : Bien sûr. Au départ, il y avait déjà Robin Ladauge, qui a un profil similaire au mien, à savoir professeur de gym spécialisé dans la préparation physique. Michele Colosio est lui arrivé deux ans plus tard. Nous avions collaboré du temps où je travaillais avec la sélection italienne et il nous a rejoints quand nous avons voulu étoffer le staff. Enfin, Laurent Debrousse a commencé par être stagiaire pendant deux ans avant de passer titulaire il y a un an. Nous n'avons pas  vraiment d'étiquettes mais naturellement, nous avons chacun des affinités par rapport à des secteurs. L'un tend plutôt vers la muscu, l'autre vers la recherche, l'un vers la technique, l'autre vers la recherche d'astuces, de nouvelles techniques... Dans les contenus que je coordonne, les idées viennent de tout le monde et nous travaillons dans un mode d'échange constant.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 09/11/2011 par la crapouille
Et dans votre staff vous ne voulez pas prendre un mec pour corriger toutes les fautes d'orthographe des articles ???
Le 09/11/2011 par timousse93
le rugby pro est devenu une science plus qu'un sport mais il a gardé son ésprit dieu merci, les préparateurs physiques sont les travailleurs de l'ombre du rugby dans l'exagone donc je leur tire mon chapeau et je leur dit bravo messieurs continué de nous faire revé et peut étre une coupe du monde dans quatre ans

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

dimanche 26 octobre 18H15

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois