actuImage.php

Johnny is back!

Johnny is back!

Publié le 04/01/2013

De retour sur les terrains d'entraînement après quatre mois de convalescence, Johnny Leo'o revient sur une blessure par comme les autres qui aurait pu être bien plus grave s'il n'avait pas rejoint les urgences aussi vite. Désormais apte à rejouer, il n'attend plus qu'une chose : retrouver le groupe pour à nouveau porter les Racingmen vers l'avant.

 

 

Johnny, tu es de retour sur les terrains d’entraînement. Comment vas-tu ?

 

Je suis super content de m’entraîner à nouveau avec les « Boys » depuis deux semaines. C’est difficile de travailler en marge du groupe et les retrouver après quatre mois loin d’eux m’enchante au plus au point. C’est quand même difficile de reprendre le rythme mais ça va de mieux en mieux. Le cardio est bon. Physiquement, ça va. Il me reste désormais à ressentir mon rugby comme avant : plaquer, gratter et faire avancer l’équipe.

 

 

Tu as été absent des terrains suite à une embolie pulmonaire due à une phlébite du mollet contractée lors de la rencontre amicale face à Toulouse. Peux-tu revenir sur cet épisode?

 

Nous étions à la mi-août, deux nuits après le match de pré-saison à Toulouse. Ma famille était en vacances en Nouvelle-Zélande et je dormais à la maison avec un de mes petits garçons. Dans la nuit, aux alentours de deux heures du matin, j’avais du mal à dormir et je me suis réveillé en sentant une douleur au niveau des poumons. J’avais du mal à respirer. Je me suis donc levé et suis sorti pour prendre l’air. Je suis ensuite remonté pour essayer de dormir en me disant que si cela continuait, j’irais voir le médecin du club dès le lendemain matin. Mais c’était trop inconfortable : ma respiration s’accélérait car j avais du mal à inspirer.

Vers 4h, je me suis dit que ce n était pas bon. J’ai pris ma voiture pour aller à l’hôpital de Clamart qui m’a directement orienté vers les urgences. J’y ai pentienté 5 heures et vers 9h, j’ai passé un scan et plusieurs tests. Le docteur est alors arrivé et m’a dit : « Reste au lit et ne bouge pas». Je me disais : « Cool, je vais rentrer ce soir ». Mais après deux ou trois heures, ils m’ont monté dans une chambre plus confortable. J’ai alors compris que j’allais y rester longtemps. 10 jours !

 

 

Quand tu as compris la gravité de la situation, à quoi as-tu pensé? Ta famille? Au rugby?

 

(Il hésite) J’étais juste content d’être allé à l’hôpital à temps. Je n’ai jamais pensé à des choses plus noires. Je me suis juste de dit : « Ok, rééducation puis je rejoue au rugby ».

 

 

Les premières prévisions t’éloignaient six mois. Tu es pourtant de retour à l’entraînement après seulement 4 mois de convalescence.

 

La semaine après mon retour de l’hôpital, j’ai passé de nouveaux tests et j’ai vite compris que tout reviendrait vite. Un mois plus tard, deux échographies montraient que je pourrais être finalement de retour au bout de quatre mois.

 

 

Sens-tu que cet épisode t’a changé ?

Certainement mais c’est peut-être plus dû à l’âge et à l’expérience. Je pense avoir vraiment relativisé face à la situation et maintenant que tout est derrière moi, je prends la suite avec pas mal de recul. Je suis réaliste : mon job est de bien bosser et je serai sans doute réintégré au groupe lors d’un prochain match.

 

 

 

 

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 09/01/2013 par @NoNYme92
Content de voir que tu sois revenu si vite - tu nous as fait peur ;-)
Le 04/01/2013 par Rame2
Râvi de te revoir JOhnny, tu apporteras un + appréciable à ton équipe. Et en plus très eympa. Bon courage.
Le 04/01/2013 par Budapest85
Super content pour Johnny de le voir revenir sur les terrains.
Le 04/01/2013 par Jipé
Sincèrement ravi de te retrouver Johnny.

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 01 novembre 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois