actuImage.php

Julien Jané : 'Le Rugby à VII, plus spectaculaire que le XV'

Julien Jané : 'Le Rugby à VII, plus spectaculaire que le XV'

Publié le 23/03/2012

Parti à Hong-Kong en début de semaine avec l'équipe de France de Rugby à VII en compagnie de Jonathan Laugel, un autre Ciel et Blanc, Julien Jané s'apprête à défendre les couleurs françaises lors du circuit mondial de l'IRB. Le jeune ailier Ciel et Blanc parle d'une discipline encore peu connue en France ainsi que de sa fierté de porter le maillot frappé du coq.

 

Julien, vous faîtes partie de la sélection française pour les 6ème et 7ème étapes du circuit mondial IRB de Rugby à VII. Quelles sont les ambitions de l’équipe de France pour ces deux tournois à Hong-Kong puis Tokyo ?

 

Julien Jané : L’objectif est, par l’intermédiaire de ces deux tournois, de se qualifier pour la Cup, la plus haute compétition de la discipline. Nous débutons aujourd'hui face à l’Australie. Les années précédentes, c’était compliqué pour la France au niveau mondial. Cela va de mieux en mieux, il y a du progrès. Nous avons réalisé un bon début de saison avec notamment une finale de Cup à Dubaï. Nous avons déjà rempli les objectifs fixés en début de saison. Après, en terme de classement, nous nous situons à la sixième place mondiale.

 

Comment se déroule le circuit mondial IRB de Rugby à VII ?

 

J.J. : Cette année, il y a neuf tournois. L’an prochain, dix tournois seront organisés. Les tournées, regroupent deux tournois sur une durée de trois semaines. Ce sont les mêmes nations que nous affrontons lors de ces compétitions. Après, les poules sont différentes à chaque tournoi. Cela peut se comparer à une mini Coupe du Monde.

 

"Le Racing joue vraiment le jeu"

 

Vous êtes l’un des seuls joueurs conventionnés, salarié d’un club, en l’occurrence le Racing Metro 92, mis à la disposition de la sélection. Comment cela se passe ?

 

J.J. : Il y a neuf professionnels, qui ne font que du Rugby à VII. Pour compléter l’effectif, la Fédération appelle quelques joueurs du XV. Pour exemple, aujourd’hui pour ces deux tournois, en raison du grand nombre de blessures, Jonathan Laugel, troisième ligne du centre de formation des Ciel et Blanc et pensionnaire du Pôle France a été sélectionné tout comme Mathieu Acébes (Auch), Nicolas Bezy (Toulouse) et Yoann Laousse (Dax), tous joueurs de XV. Après, en ce qui me concerne, lorsque la sélection a besoin de moi, la Fédération demande à Pierre Berbizier si je peux être libéré pour pouvoir rejoindre la sélection du VII. Cela se passe entre le club et la Fédération. Le Racing joue vraiment le jeu.

 

C’est important pour vous de saisir cette opportunité du Rugby à VII ?

 

J.J. : Je ne connaissais pas du tout cette discipline. C’est vrai que c’est important pour moi. Cela fait un an que je l’ai découvert. Elle me permet d’acquérir de l’expérience. J’ai fait mon premier tournoi à Hong-Kong l’an dernier. Et c’est vrai que je ne savais pas trop ou j’allais mettre les pieds. Mais je ne regrette rien, au contraire, je suis très heureux d’avoir touché au VII. Il y a un super niveau de jeu. Et puis je peux revêtir le maillot de l’équipe de France, ce qui n’est pas rien…

 

"On pense forcément aux JO de Rio"

 

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste le rugby à VII, une discipline peu connue en France ?

 

J.J. : C’est exactement pareil que le XV. À la différence près que les deux mi-temps sont d’une durée de sept minutes chacune. Après, le terrain, les règles sont les mêmes. Il y a beaucoup moins d’arrêts de jeu, c’est un sport très intense. Le joueur est à chaque instant en action, il faut donc avoir une condition physique optimale. Le VII est plus spectaculaire puisque forcément il y a beaucoup d’espaces créés par un nombre de joueurs moins important. Cela va très vite. C’est très dur et peu évident de passer du XV au VII. Je dois avoir un léger temps d’adaptation.

 

La perspective des JO 2016 à Rio de Janeiro, où le Rugby à VII deviendra pour la première fois une discipline Olympique, est également une motivation ?

 

J.J. : Nous sommes obligé d’y penser. Les JO, c’est la plus belle compétition qu’y puisse exister dans le monde du sport. Après il faut se qualifier pour l’épreuve. Et tout cela est encore assez loin. Mais forcément, lorsque l’on fait partie de l’aventure du Rugby à VII, nous y pensons. Mais il ne faut pas trop se projeter non plus car on ne sait pas où nous serons dans quatre ans.

 

La saison prochaine a lieu la Coupe du Monde de Rugby à VII en Russie. La France, en cas de qualification a-t-elle une chance de pouvoir disputer le titre ?

 

J.J. : Pourquoi pas, bien que cela sera très difficile. C’est dur de rivaliser face à ces grosses nations de ce sport à savoir la Nouvelle-Zélande, les Fidji, l’Afrique du Sud, l’Angleterre ou l’Australie qui est pas mal non plus. Dans beaucoup de ces pays le VII est la discipline majeure du rugby au contraire de la France ou il est peu connu. Nous avons pas mal de retard vis à vis de ces grosses nations.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

dimanche 26 octobre 18H15

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois