En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

L'arbitrage au centre des ambitions du Racing

L'arbitrage au centre des ambitions du Racing

Publié le 04/10/2012

Professeur d'EPS la semaine, arbitre le week-end, Jean Lespes a pris en charge l'an passé le pôle arbitrage du Racing Metro 92 avec, pour mission, de développer un domaine encore trop peu mis en avant et pourtant essentiel à toute compétition, des plus petits aux plus grands. Lespes, qui officie en Fédérale 2, évoque l'arbitrage, la formation et ses ambitions pour le club Ciel et Blanc dans ce domaine.

 

 

Jean, l'arbitrage se développe au Racing Metro 92. Peux-tu nous parler de tout ce qui est mis en place depuis l'an passé ?

Nous, le club, Christophe Mombet et moi, avons lancé un programme afin de développer l'arbitrage au sein du club. Et cette saison, encore plus que l'an dernier, nous avons créé une politique interne au club, en relation avec le Comité Ile de France, basée sur la formation. Nous voulons être connus puis reconnus comme club formateur d'arbitres. Actuellement, nous sommes neuf au Racing dont quatre jeunes en cour de formation. Et pour cette saison, nous avons mis en place un système de parrainage qui débutera dès ce week-end face à Montpellier. L'un de nos arbitres suivra, pour l'occasion, celui de la rencontre de Top 14 pour y voir les différentes facettes d'un match de haut niveau, son protocole. C'est une source de motivation supplémentaire pour fidéliser les arbitres débutants et les inciter à participer le plus possible au développement de notre pôle arbitrage. Nous sommes l'un des plus gros club d'Ile de France, nous nous devons de montrer l'exemple, afin que tout club du comité amène de plus en plus de jeunes au sifflet !!

 

Combien d'arbitres un club de Top 14 doit-il compter dans ses rangs ?

Nous devons être minimum six arbitres avec, pour chacun, un quota de match à réaliser durant la saison. Pour un jeune en cour de formation, quatre matchs minimum doivent être assurés. Les arbitres dans leur deuxième année ont pour mission huit rencontres sur une saison. Pour ma part, je suis arbitre de Fédérale 2, et je dois réaliser 12 rencontres durant la saison pour entrer dans la charte arbitrage de la FFR. Nous sommes amenés à intervenir lors des entraînements des équipes du club, cela est formateur pour chacune des parties, l'expérience et la répétition des situations primant dans l'arbitrage.

 

 

« Créer une passion en ayant une approche nouvelle de l'arbitrage »

 

 

Comment se passe la formation d'un arbitre au Racing. Est-ce toi qui instruit ces jeunes aspirants arbitres, ou bien, au contraire une personne extérieure au club ?

Sur le pôle découverte de l'arbitrage,le CIFR met à disposition de la documentation de formation. Cela me donne une base de travail pour aborder les prémices de l'arbitrage avec de jeunes joueurs. Huit d'entres eux seront amenés à participer au concours « découverte de l'arbitrage » en janvier, le but étant de représenter le Comité Ile-de-France au niveau national lors de la deuxième étapes de ce concours. Le plaisir est le maître mot de cette découverte. Il faut avoir ce plaisir de connaître et dominer la règle pour ensuite être efficace le week-end, que ce soit en tant que joueurs ou arbitre. Notre but est simple : nous partons des jeunes pour créer une passion en ayant une approche nouvelle de l'arbitrage, ludique et globale, pour à terme, créer une école d'arbitrage interne au club, en relation étroite avec le comité Ile de France.

 

Le développement commence dès maintenant puisque tu mets en place une formation encore plus poussée qu'elle n'est exigée...

Après chaque rencontre, nous réalisons un bilan de leurs matchs. Je leur envoie des rapports de matchs vierges et eux me font des feed-back sur celui-ci : leurs sentiments, points forts, faibles... Cela nous permet de travailler ensemble, de faciliter leurs développements, le tout en plus de la formation de qualité qui leurs est donnée au sein du Comité.

 

 

« En arbitrage, la patience et l'abnégation doivent primer »

 

 

Un jeune arbitre est-il supervisé lors de ses premières rencontres pour que celui-ci soit déchargé de la pression que cela engrange ?

Une personne du Comité suit le jeune arbitre sur ses premières rencontres. L'accompagnateur est une aide pour tout ce qui est administratif, gestion de match. Après la rencontre un bilan est établi pour dire ce qui a été bien fait et moins bien réalisé. Il n'y a pas de note mais l'accompagnateur prodigue des conseils, expose quels sont les points précis sur lesquels doit travailler le jeune arbitre et valide ou pas la capacité de celui-ci à arbitrer le week-end.

 

Comment se déroule une journée type pour un arbitre amateur ?

Une désignation nous est adressée le mercredi ou le jeudi précèdent la rencontre. Généralement le club accueillant la rencontre prend contact avec nous pour savoir comment et quand nous arrivons, si nous participons au repas. Il nous est demandé d'arriver une heure et demie avant le match. Lorsque nous arbitrons en Fédérale (1, 2,ou 3), un directeur de match s'occupe des papiers, la vérification des licences... Cela nous permet de nous concentrer uniquement sur la rencontre qui suivra. Pour les jeunes qui débutent, c'est à eux de faire la feuille de match, la vérification des licences. D'ou l'importance de la formation au CIFR car il y a beaucoup de papiers administratifs à remplir.

 

Toutes ces formalités administratives peuvent rebuter certains aspirants arbitres ?

Ce n'est pas évident mais il faut faire prendre conscience à tous ces aspirant qu'arbitrer une rencontre de rugby peut être aussi gratifiant que de la jouer. L'arbitre est pleinement acteur, les débuts sont parfois chaotiques mais le plaisir vient en multipliant les matchs. Rien n'est facile, ça parle beaucoup autour de l'arbitrage mais il faut faire comprendre à tous ces jeunes que l'on peut prendre énormément de plaisir à arbitrer. J'ai débuté à 20 ans suite à de nombreuses blessures qui m'ont contraintes à cesser de jouer. Je pensais faire de l'arbitrage par défaut mais au fur et à mesure je me suis pris au jeu, et aujourd'hui, je continue de travailler dur pour espérer progresser... Ce n'est pas sur les premiers matchs que l'on va ressentir ce plaisir mais par la suite. Il faut prendre confiance. C'est en quelque sorte l'expérience qui crée ce plaisir. Il faut être très fort sur la règle, mais aussi avoir cette connaissance et passion du jeu qui permettent de s'épanouir pleinement le week-end. Le deuil du jeu a été fait, il a été dur, mais l'arbitrage, me donne aujourd'hui ce que je n'espérais pas forcément lorsque je me suis lancé. Pour les jeunes c'est quelque chose de difficile au début, les contestations et autres sont fréquentes, ce n'est pas évident au niveau administratif, il y a beaucoup de contraintes, cependant peut-on demander à un jeune n'ayant jamais vu un ballon de rugby de marquer 4 essais lors de son premier match? C'est idem en arbitrage, la patience et l'abnégation doivent primer.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 16 août 20H45

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois