actuImage.php

Le Derby des Anciens - Ghostbusters

Le Derby des Anciens - Ghostbusters

Publié le 12/12/2012

Le 1er décembre, à quelques kilomêtres du Stade de France, se jouait un autre derby, celui des Anciens du Racing face à ceux du Stade Français. 120 ans après la première finale entre les deux clubs, retour sur une confrontation qui sentait bon le rugby d'antan.

 

 

Dans l’antre de nos meilleurs ennemis, la confrontation sentait bon les derbys d’antan. Et, le passé re-surgissait sous chaque motte de terre, derrière chaque porte de vestiaire.

 

Au départ, il a fallu interroger mon GPS pour être sûr de retrouver le stade Yves-du-Manoir, stade olympique en 1924, ex-« stade du Matin » (sic), pour les plus anciens qui ont encore un peu de mémoire. Les « charriots de feu », c’était là ; Paavo Nurmi, pareil ; la finale de la Coupe du monde (de foot) en 1938, aussi. Et des matches de l’équipe de France dans les années 50-60, auxquels assistaient mon père et ses copains, en prenant le train à Saint-Lazare ; c’était un temps d’avant la télé, où les « speakers » de la radio-diffusion racontaient les rencontres à leur manière, un peu comme nous finalement.

 

Vous me direz qu’il a bien changé le « temple du sport » : des tribunes en préfabriqué, un parking symbolique, seuls les vestiaires, six pieds sous terre, ont été remis au goût du jour. Les Voltigeurs n’en revenaient pas de ce luxe, dépassant même celui de la Faisanderie ! Les équipes premières avaient choisies de se mesurer au stade de France, nous en profitâmes pour réveiller les fantômes du passé en convoquant l’esprit des lieux.

 

Retour vers le futur, ce samedi 1er décembre, des appareils photos, des caméras, des supporters, et même des officiels en tenue, pour une rencontre qui sentait bon le derby, mais qui commémorait, aussi, officieusement la première finale du championnat de France, il y a juste…120 ans. C’était une façon pour les Anciens de faire un lien avec le passé, ou leur passé, de courir pour rattraper leur jeunesse, de conjuguer dans le même temps le passé et le futur, et de mélanger tout cela dans un match à la fois ensoleillé, engagé, propre et plein de suspens et de beaux gestes.

 

Avec Castor et Pollux au déblayage dynamique, avec Noiraud et Moni (un jeune niçois de 40 ans) au centre de l’attaque, le Stade était bien équipé pour voyager sur ces terres « ennemies ». Menant rapidement 3 à 1, puis rattrapé 3 – 3 suite à un relâchement coupable, il aura fallu toute la vaillance du banc et de l’arrière-banc pour finir la rencontre sur un score équitable de 4 essais partout et, ainsi, remettre à plus tard la suprématie des vieux d’Ile-de-France à l’occasion d’une nouvelle fête lors du match retour, le 20 avril, sur nos terres.

 

Les esprits frappaient, mais certains ont aussi réussi à frapper les esprits en tentant des aphorismes fragiles. Cherchant à mesurer la joie de vaincre, l’envie de célébrer et la crainte de la défaite, on a entendu un fringant ailier dire « qu’à la mi-temps, ils avaient plus peur de perdre que…(a) de gagner, (b) nous, (c) de perdre, (d) nous de perdre, (e) …je sais plus ». A vous de choisir la formule correcte.

On avait compris l’essence du message, mais les mots suivaient difficilement l’esprit. A ce moment, on a pu imaginer que les esprits dansaient de voir des clubs immortels, un sport éternel et des vieux qui rajeunissent faire la nique au temps qui passe.

 

Tex

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

dimanche 26 octobre 18H15

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois