actuImage.php

Le Vélodrome, et après?

Le Vélodrome, et après?

Publié le 27/05/2011

Vingt ans après les derniers feux de la génération dorée du Showbizz, le Racing Metro 92 est de retour dans le dernier carré du championnat de France. Dernier obstacle sur la route du Stade de France, Montpellier, que les Ciel et Blanc affrontent ce samedi à 16h25 à Marseille.
 

Voilà trois semaines que l'on attend ça. Trois semaines que le Racing a composté son billet pour les demi-finales en s'offrant un dernier succès face au Stade Français. Trois semaines que les Racingmen se préparent sans relâche, fourbissant leurs armes. Trois semaines, c'est long.


Surtout si l'on considère que tout va se jouer sur "seulement" 80 minutes. 1h20 pour s'offrir une place en finale et le bonheur de prolonger l'aventure d'une semaine.


A l'heure où Montpellierains et Racingmen convergent vers Marseille, théâtre grandiose des demi-finales, tous ont la même idée en tête. Mais pas les mêmes armes pour y parvenir. Même si ces deux équipes partagent l'inexpérience.

"Tyson-Holyfield d'un côté (ndlr: Toulouse-Clermont), Pacquiao-Mayweather de l'autre (ndlr: Racing-Montpellier)" s'amusa Pierre Berbizier en conférence de presse pour illustrer la différence de statut entre les quatre demi-finalistes. La comparaison tient la route.


Il n'empêche. Si le MHR et le RM 92 sont novices à ce niveau ou presque, leur place en demies ne doit rien au hasard. Le travail du duo Béchu-Galthié, arrivé l'été dernier, a transformé le club héraultais de candidat au maintien en champion en puissance. Le Racing, lui, continue de se construire petit à petit. Champion de Pro D2 en 2009, quart de finaliste du Top 14 en 2010, demi-finaliste cette année, le club ciel et blanc est sur une pente ascencionnelle depuis que le Président Jacky Lorenzetti et Pierre Berbizier ont pris les rennes et rien ne semble pouvoir l'arrêter.


Sur le papier d'ailleurs, le Racing est favori. Son groupe fourni, tant en quantité qu'en qualité, son statut de deuxième de la phase régulière, sa démonstration face au Stade Toulousain en mars dernier pour sa première au Stade de France (41-23) sont autant de données qui lui offrent une longueur d'avance dans l'esprit des bookmakers.


Oui, mais voilà, Montpellier possède l'avantage de la jeunesse, une inscouciance et surtout une confiance en lui-même qui semble inaltérable. Rappelons par exemple que les coéquipiers de Fulgence Ouedraogo sont allés s'imposer sur la pelouse du Castres Olympique en quarts de finale (17-18), ce qu'aucune équipe n'avait su faire cette saison. Rappelons également que ce sont bien ces Montpelliérains qui ont infligé une véritable fessée au Racing lors de la deuxième journée (36-19).


Au coup d'envoi, tout cela sera cependant oublié. Il ne restera qu'un rectangle vert quatre poteaux, deux barres, quinze joueurs de chaque côté, huit remplaçants prêts à se jeter dans la bataille, et un ballon ovale au milieu dont le moindre rebond pourra s'avérer fatal ou merveilleux.


Là voilà la beauté de ces phases finales du championnat de France. On peut faire toutes les analyses que l'on veut, la qualification ira à celle des deux équipes qui gérera le mieux la pression et l'environnement pour mieux se recentrer sur elle-même. La qualification ira à celle des deux équipes qui saura le mieux respecter et exploiter les fondamentaux et imposer son jeu à son adversaire. A celle aussi qui en voudra le plus. A ce jeu-là, on jurerait que le Racing est imbattable.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 28/05/2011 par di15
bravo pour le texte,émotion particuliére de voir le Racing à marseille,la 1ére fois de son histoire?on sera tous là pour la féte
Le 28/05/2011 par bretzel liquide
Très beau texte :) RACING

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 01 novembre 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois