Le XV de rêve de Guillaume Boussès

Le XV de rêve de Guillaume Boussès

Publié le 19/12/2012

Un terrain, quinze joueurs, des adversaires, des affinités, des capitaines de jeu, un capitaine tout court, des fous-rires... Pour toutes ces (bonnes) raisons, Guillaume Boussès nous a dévoilé son XV de rêve.

 

 

n°1 -  Christian Califano (surnom : Cali) : car c’est un bon déconneur, précieux pour le groupe. C'était aussi un bon joueur de ballon, un pilier qui m’a toujours fait rêver.

 

n° 2 - Jean Michel-Gonzalez (surnom : Gonzo) : pour le souvenir de la mêlee sur les 50 mètres qui nous permet de gagner le titre en 2005 avec le Biarritz Olympique. C'est un véritable leader qui n'a pas besoin de parler, on sait toujours ce qu’il a derrière la tête. C’est un gros bosseur.

 

n°3 - Fabien Boussès (surnom : Fa) : pour sa générosité, mon frère mérite d'être dans mon XV de rêve. Pour tout ce qu'il m'apporte à mon quotidien et à la famille. Pas de soucis pour le poste, il joue pilier à Lombez Samatan.

 

n°4 - Olivier Roumat (surnom : La Roume) : parce que l'on ne pouvait pas s’empêcher de passer un repas sans éclater de rire, et à l'époque il fallait faire gaffe avec Patrice Lagisquet... Il fait partie de cette de catégorie de mecs que j’appréciais dans la préparation des matchs. Sur le terrain, c’était la tour de contrôle en touche.

 

n°5 - Karim Guezal (surnom : Le Jaff) : Karim c’est le travail de l’ombre, un petit peu comme Gonzo. Avec La Roume, ils vont bien s'entendre. Dans mon XV de rêve il faudra forcément qu'il y ait "une colonne vertébrale" solide. C’est un guerrier et je suis content de l’avoir retrouvé au Racing car nous avons fait nos débuts ensemble chez les jeunes au Stade Toulousain. Vers 97-98, je crois.

 

n°6 - Serge Betsen : Pour ses infatiguables courses et ses placages en série. C’est aussi un sauteur, un gros gratteur et un récupérateur de ballons très précieux.

 

n°7 - Thierry Dusautoir (surnom : Titi) : car c’est un bon copain avec qui j’ai partagé des moments forts lors notre blessure à Biarritz en 2005. Plus besoin de présenter le joueur tellement il est énorme.

 

n°8 - Thomas Lièvremont (surnom : Toto) : parce que c’est un 8 solide et le capitaine idéal. Quand je jouais avec lui au BO, j’appréciais l’homme et la droiture qu’il avait par rapport au jeu. Un bon 8 perforateur, précieux pour mettre sous pression l'adversaire. Il parlait beaucoup! Ma troisième ligne ne va pas beaucoup jouer au ballon mais ce sera du solide, croyez-moi.

 

n°9 - Emeline Boussès : ma mamie parce que depuis que je suis tout petit, je regarde les matchs de rugby avec elle. Elle a vraiment le coup d’œil de celle qui sait reconnaître un surnombre rapidement et jouer. La fameuse "vision périphérique". Elle saura parler au gros. Avec la cravache!

 

n°10 - Julien Peyrelongue (surnom : Peuch) : parce que l'on a traversé toute notre jeunesse en équipe de France ensemble. J'ai rejoints le Biarritz Olympique en partie grâce à lui. Il fait partie des ouvreurs qui attaquent très bien la ligne et qui servent parfaitement leurs trois-quarts. Même si ce n’est pas un grand joueur au pied, il est redoutable ballon en main.

 

n°11 : Charlotte Boussès : ma fille, car elle commence à courir dans le jardin de mes parents et sera parfaite pour jouer à l’aile.

 

n°12 - Nicolas Laharague (surnom : Cess) : c’est le petit saint qui est toujours fou-fou et qui est aussi déconneur que moi. On n'a pas fait les 400 coups ensemble mais presque. On s’entend très bien dans le rugby comme dans la vie mais mon seul regret est que l'on n’ait jamais joué ensemble dans le même club, même si avec Nico et Julien, nous avons été Champions du monde -19 ans.

 

n°13 : Moi (surnom : Chinois) : parce que je ne me vois pas ne pas jouer dans ma dream-team!

 

n°14 : Alexandre Roux (surnom : Farfadiouc) : un super pote qui m’a trop cassé les pieds pour que je lui fasse un grand F à la télé. Voilà Farfadiou : F

 

n°15 : Ignacio Corletto (surnom : Nani) : il est l'un des meilleurs arrières avec qui j’ai joué durant ma carrière. Il avait toujours un très bon timing et était très bon joueur de ballon. Je garde de lui de très bons souvenirs.

 

Entraîneurs - Patrice Lagisquet et Jacques Delmas : Delmas a pour moi le meilleur franc-parler du rugby, surtout dans l'avant match et parce qu'il m’a toujours fait rire. Lagisquet car il m’a fait confiance quand je suis arrivé à Biarritz et c’est grâce à lui que j’évolue au poste de centre.

 

 

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 06 septembre 17H00

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois