actuImage.php

Le billet de Pierre Berbizier

Le billet de Pierre Berbizier

Publié le 12/03/2010

Dans ce nouveau numéro du "Billet de Pierre Berbizier", le manager du Racing-Métro 92 analyse la défaite des siens à Montpellier le weekend dernier, comme pour mieux préparer la rencontre à Montauban de ce samedi.

"Montpellier, Montauban…Deux profils de matchs identiques : Les deux équipes jouent leur maintien, et ces deux rencontres arrivent à une période importante pour nous.

 

Face à Montpellier, on a eu l’occasion de gagner mais on a pas su concrétiser car on a mal géré la fin de match, en donnant aux Montpelliérains ce supplément d’âme qui leur a permis de nous passer devant.

 

C’est le genre de match où si on ne maîtrise pas le ballon, on s’expose à l’enthousiasme de l’adversaire, mais aussi à l’arbitrage. Certes nous avons rendu trop de ballons (18), mais quand on voit qu’on a été pénalisé du simple au double contre Montpellier (7 contre 14), et que sur la deuxième mi-temps on est sanctionné du simple au triple (3 contre 9)… Ça a conforté l’équipe locale et nous a mis en difficulté.

 

Ne donnons donc pas l’occasion à Montauban de se mettre en route ou à l’arbitre de nous sanctionner plus que de raison. Dans ce genre de match, ce sont des facteurs qui font le résultat. Il faudra également concrétiser nos temps forts.

 

L’essai (justement) refusé à Saubade me laisse par exemple des regrets. Scorer à ce moment là nous aurait permis de prendre le score, de conforter notre emprise sur le jeu et de faire douter Montpellier. Or, sur l’action d’après, ils passent eux aussi tout près de marquer après une interception et se remettent tout de suite dans le match.

 

Quant à l’arbitrage, prenons l’exemple du dernier Galles-France. En première mi-temps, Mr Kaplan regarde plutôt les Gallois, alors qu’en deuxième mi-temps, il regarde plutôt les Français. A la fin, ça s’équilibre mais le mal est fait quand même. Car ce qui compte, ce n’est pas seulement le nombre de pénalités concédées, mais également le moment du match où elles le sont. Ainsi, la France parvient à mener 20-0 à la mi-temps, mais en seconde période, le Pays de Galles lui inflige lui aussi un 20-0. Donc la relation de cause à effet est quand même claire.

 

Remettons cela dans le contexte de notre match. Il est évident que d’être beaucoup plus sifflé que son adversaire, cela a une incidence sur le contrôle du ballon et donc du jeu. Or, il nous a justement manqué ce contrôle pour imposer notre jeu à l’adversaire.

 

Notre manque de maturité collective l’explique. Elle doit nous permettre à terme de garder le fil. A Montpellier, notre réorganisation 9-10-12, suite aux blessures, a accentué le désordre. De fait, on arrive à se créer des situations mais pas encore à tuer les matchs. Notre progression passera par le vécu collectif."

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

dimanche 28 décembre 15H05

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois