Leo'o, l'esprit Racing

Leo'o, l'esprit Racing

Publié le 09/07/2010

Malgré un cagnard insoutenable, les joueurs du Racing Metro 92 poursuivent leur préparation physique en vue de l’ouverture de la saison mi-août. Une préparation dont le troisième-ligne Johnny Leo’o connaît l’importance, lui qui aborde son quatrième exercice en Ciel et Blanc.

« Dans un sens, il le faut, mais il est bon aussi de garder ce sentiment dans un coin de la tête pour s’en servir de motivation la prochaine fois… » Deux mois après, Johnny Leo’o n’a pas oublié. Certes, la déception de cette défaite de justesse à Clermont en barrages en fin de saison dernière est moins vive. Mais elle n’en reste pas moins présente. Comme un fantôme tapi dans un coin, que chacun regarde dans les yeux avec l’impatience de pouvoir l’exorciser chevillée au coeur .
 

Voilà en tout cas, s’il en était besoin, une raison de plus de s’adonner à 200% à cette préparation qui brûle chaque muscle et engourdit chaque membre. « C’est le pire moment de la saison, » confesse en riant l’homme aux multiples tatouages. « Je n’aime pas beaucoup cette période parce qu’on travaille énormément avec peu de repos, mais elle est tellement nécessaire. On remplit le réservoir afin de pouvoir piocher dedans plus tard. » Ou comment se faire mal pour mieux profiter à l’avenir.
 

Un avenir que le Racing dessine avec ses nouvelles recrues, presque toutes présentes au centre d’entraînement. Et à voir le cœur mis à l’ouvrage par les Fall, Hernandez, Durand ou encore Vulivuli, le Racing ne s’est clairement pas trompé en les choisissant.
 

« Les nouveaux sont vraiment bien. Ils ont tout de suite été les bienvenus dans notre famille. Ils se sont vite adaptés, ont mis le bleu de chauffe tout de suite et on a vraiment l’impression qu’ils sont là depuis toujours, » se réjouit Leo’o.


Leo’o, méconnu ambitieux

Sans conteste l’un des meilleurs joueurs du Racing la saison dernière - peut-être même du championnat à son poste - Leo’o n’est pourtant pas le plus connu. Loin de la popularité médiatique des Chabal, Nallet, Steyn ou Hernandez, le néo-zélandais recueille cependant tous les suffrages chez les connaisseurs. Et cela lui suffit. Somme toute, il résume à lui tout seul l'esprit Racing : convivialité, solidarité, classe, humilité, sérieux, combativité...
 

Toujours souriant en dehors du terrain, maître des tâches obscures sur le pré, dans un style très proche de celui de Richie McCaw son ancien coéquipier chez les Canterbury Crusaders, le No 6 Ciel et Blanc s'est imposé comme l’une des clés de voûte du squad de Pierre Berbizier. A l’aube d’une quatrième saison avec le club francilien, celui a connu les joies de la montée et d’un première saison magnifique, aborde ce nouvel exercice avec appétit.
 

«Pour moi, le défi va être de pouvoir gagner ma place dans l’équipe. Il y a vraiment un squad très fort cette année et ce ne sera pas facile. Mais c’est très bien comme ça, ça permet une grande émulation entre joueurs, et ça ne peut que rendre l’équipe plus forte, » explique t’il avant d’ajouter, l’esprit toujours tourné vers le collectif : « Je crois vraiment en cette équipe. On peut encore atteindre les barrages cette saison, et après… qui sait ? Maintenant qu’on a l’expérience… » Des propos qui ne manqueront pas de trouver un écho auprès des fervents supporters ciel et blanc.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 09/07/2010 par jonathan GYDM
LE joueur !!!! Aussi precieux sur le terrain que sympas en dehors.

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 04 octobre 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois