En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

P. Berbizier: 'Impatient'

P. Berbizier: 'Impatient'

Publié le 14/08/2009

LE DEBUT DE SAISON

On parle souvent d’un fossé entre la pro D2 et le Top 14, quelles sont selon vous les grandes différences entre ces deux championnats ?

Pierre Berbizier : On va les constater très rapidement. La compétition démarre ce week end et ne connaissant pas le Top 14, je dirais que la différence est l’équilibre qu’il y a entre le combat et le jeu de mouvement. La Pro D2 est portée essentiellement sur le combat. Le Top 14 s’équilibre un peu mieux avec le jeu de mouvement.

Nous sommes à J-4 du premier match face à Albi. Comment vous et l’équipe abordez ce premier match ? Il y a-t-il une certaine inquiétude ?
P. B. : Plutôt une impatience. Nous avons terminé notre préparation avec deux matchs amicaux face à Toulon et Perpignan où l’on a déjà tiré de riches enseignements pour la construction de notre équipe. On attend maintenant de rentrer dans la compétition pour voir exactement où l’on en est et savoir comment l’on peut s’évaluer.

Un mot sur votre adversaire, Albi, que vous connaissez puisque vous l’avez affronté la saison dernière...
P. B. : Ils étaient en effet en Pro D2 avec nous l’an dernier. Je crois que c’est une équipe qui a l’expérience du Top 14 puisqu’elle n’a passé qu’une saison en Pro D2. Ils ont une expérience de Top 14 et donc des repères. On sait que, chez elle, cette équipe est très difficile à manœuvrer, bien en place, avec une caractéristique assez marquée pour le combat. Nous allons avoir une rencontre très difficile à gérer pour notre premier match.

Ce ne sera semble-t-il pas le seul. Le calendrier de début de saison n'est pas facile pour le Racing. Cela vous rajoute-t-il des inquiétudes ?
P. B. : Nous savions que sur les 7 premiers matchs nous aurions 5 déplacements. Ca fait partie du jeu. On le savait. A nous de nous préparer en conséquence. On ne cherchera pas de justifications avec ce calendrier difficile. On va plutôt y chercher une source de motivation pour être présent au rendez-vous.

Que pensez vous des modifications dans les lois du jeu ?
P. B. : La réintroduction du maul portée que l’on ne peut plus écrouler est la principale modification. On connaissait cette règle. On l’avait abondonnée l’année dernière. On la retrouve. Je pense qu’il y aura un temps d’adaptation pour les joueurs, les arbitres. Il faut faire avec et s’adapter le plus rapidement possible.

LE RECRUTEMENT

Par rapport à la saison dernière, l'effectif a été en partie renouvelé. Qu’attendez-vous justement de ces nouvelles recrues ?
P. B. : Il a été renouvelé à un tiers. Nous avons conservé 70% de notre effectif. C'était notre stratégie de recrutement :  conserver en grande partie notre effectif pour continuer sur les bases de l’année dernière, et le renforcer avec des nouveaux que l’on pense capable de nous amener un plus dans la construction de notre équipe et de notre jeu.

Parmi ces nouveaux joueurs, il y en a comme Nallet ou Chabal qui sortent du lot, en tout cas médiatiquement. Comment gérez-vous cet aspect des choses?
P. B. : Nous, on le gère sur le terrain. Ils se gèrent parfaitement en dehors.  Ce sont des joueurs de rugby, ils l’ont bien compris. Ils le font comprendre aux autres dans leur acclimatation, leur intégration. C’est le plus imprtant. En dehors du terrain, ils ont une image à gérer. Je crois que c’est une bonne chose. On est dans un sport professionnel, on a besoin aussi d’attirer du monde, d’avoir du public, que des jeunes s’identifient à des stars. A nous, avec eux, de trouver l’équilibre entre le terrain et l’environnement extérieur.

LES OBJECTIFS

Pour un promu, l’objectif n°1 n’est il pas de faire le plein de points à domicile ?
P. B. : Notre objectif, je le répète, c’est de confirmer notre position en top 14 avec l’ambition de rivaliser avec les meilleurs. Nous arrivons dans le cour des grands, on va se frotter à eux. C'est ce que nous voulions. Donc on va essayer d’être à la hauteur de cette ambition : rivaliser avec eux et nous ferons les comptes ensuite.

Et à long terme?
De construire petit à petit une équipe la plus compétitive possible par rapport aux différents niveaux, et surtout au haut niveau que l’on touche maintenant.

LE MOT DE LA FIN

Dernière petite question : un pronostic sur les qualifiés pour les ½ finales ?
P. B. : J'ai toujours eu du mal à faire des pronostics à long terme... Je crois qu’aujourd’hui 8-9 équipes sont concernées par cet objectif. A cela s’ajoute un quart de finale, un match supplémentaire éliminatoire qui change la donne. Il est difficile aujourd’hui de donner le noms des demi-finalistes et je m’en sens incapable. Mais je pense que l’on retrouvera très certainement au bout, dans ces six premiers, les équipes qui ont l’habitude d’être au plus haut niveau.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 16 août 20H45

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois