Paroles de Partenaire - Laurent Mignon, Directeur Général de Natixis

Paroles de Partenaire - Laurent Mignon, Directeur Général de Natixis

Publié le 24/03/2011

Alors que le Racing Metro 92 foulera pour la première fois de son histoire la pelouse du Stade de France à l'occasion de la réception du Stade Toulousain ce samedi, retrouvez tout au long de la semaine sur le site officiel des Ciel et Blanc les paroles de ceux qui ont rendu cet évènement exceptionnel possible. Parrain officiel du Racing Metro 92 depuis 2007, Natixis expose ici, par la voix de son Directeur Général Laurent Mignon, son plaisir d'accompagner le club ciel et blanc dans cette nouvelle étape de son développement.


Le Racing Metro 92 reçoit Toulouse, le leader du championnat. Vous qui soutenez le club depuis 2007, n’est-ce pas une partie de la concrétisation d’un projet auquel vous avez cru dès le départ ?
Laurent Mignon: Natixis est, depuis la saison 2007/2008, le parrain officiel du Racing Metro 92. Nous avons d’emblée été séduits par le projet ambitieux que proposait Jacky Lorenzetti et nous sommes heureux des résultats obtenus par les hommes de Pierre Berbizier: tout d’abord, le titre de ProD2 et la montée en Top 14 en 2008-2009, puis l’accès aux phases de play-off dès la première année du retour dans l’élite française la saison passée et enfin la position de challenger que les Ciel et Blanc occupent aujourd’hui. Néanmoins, la concrétisation de ce projet interviendra véritablement lorsque le Racing soulèvera à nouveau le bouclier de Brennus. J’espère que ce jour-là est proche.

La rencontre entre le Racing Metro 92 et le Stade Toulousain revêt un double enjeu avec, outre la victoire du match, la conquête du Trophée de Coubertin?

L.M.: Là, encore, je suis ravi de cette nouvelle initiative du Président. Inspirée des pratiques de nos amis Anglo-Saxons, cette idée de créer un Trophée entre ces deux clubs aux palmarès prestigieux est excellente. D’un côté, le Stade Toulousain, club phare de l’Ovalie avec ses 17 titres de champion de France, et de l’autre le Racing Metro 92, premier champion de France, club emblématique qui a donné à l’équipe de France tant de joueurs et capitaines. La conquête de ce Trophée promet d’être un combat engagé. En outre, je trouve que l’hommage qui est rendu ainsi à Pierre de Coubertin, de la part d’un sport non encore olympique, est un symbole fort. Le rugby est proche de l’olympisme de par sa pratique qui met l’accent sur le respect de l’adversaire, le dépassement de soi et la solidarité. Je suis heureux que Natixis ait pu contribuer à la concrétisation de cette belle initiative.

Vous allez remettre le Trophée de Coubertin, pour vous qui appréciez le sport en général et le rugby en particulier, ce devrait être un moment spécial ...
L.M.: Avant toute chose, je suis extrêmement honoré de remettre ce Trophée, plein de symboles. Quelle que soit l’équipe qui gagnera, je me réjouis car ce sont deux équipes qui portent haut les couleurs du rugby français.

Le Racing a cinq points à rattraper pour remporter le Trophée. Croyez-vous aux chances des Ciel et blanc ?

L.M.: Bien sûr. Je pense que le Racing Metro 92 a à cœur de briller devant son public. Tout au long de la saison ils ont montré, notamment à domicile, qu’ils pouvaient battre les meilleurs (Clermont, Toulon, Montpellier). Ils ont bien résisté au match aller. Même si Toulouse est un adversaire impressionnant, tant par la régularité de ses résultats que par son style de jeu, je crois que le Racing Metro 92 peut faire la différence.

Comment voyez-vous le Stade Toulousain qui chaque année démontre sa régularité dans la performance ?

L.M.: J’ai beaucoup d’admiration pour le Stade Toulousain qui est un club au palmarès exceptionnel. Ils ont conquis l’an passé le rugby européen en remportant la H Cup. Le Stade Toulousain est à la fois un grand club à l’envergure européenne, voire internationale, et à la fois un club profondément attaché à ses racines et ses valeurs. Ce club s’inscrit dans la durée, il forme les jeunes, les fait progresser jusqu’au meilleur niveau et ensuite les garde comme entraîneurs (i.e. Jean-Baptiste Elissalde). Cet esprit si particulier au Stade Toulousain et son style de jeu font rêver des milliers de rugbymen du plus aguerri au plus jeune.

On sait Natixis impliquée dans le club. Cette relation va d’ailleurs au-delà d’une relation club – parrain officiel. Comment considérez-vous votre engagement auprès du club ?

L.M.: Nous sommes présents aux côtés du club, depuis 2007, et nous avons toujours conçu notre soutien comme une relation de partenariat. N’étant pas une entreprise grand public, nous recherchons, au-delà de la notoriété, un échange. Le club nous apporte beaucoup. Nous faisons régulièrement intervenir des membres de l’équipe ou du staff, pour venir témoigner de leurs expériences. Les valeurs du sport, et d’un sport collectif en particulier, peuvent facilement s’apparenter aux enjeux internes de management d’une entreprise. Dans une entreprise comme dans une équipe, nous devons performer collectivement pour réussir. Nous avons, nous aussi, des arrières au jeu flamboyant, des piliers, des lanceurs, mais toutes ces individualités doivent aller dans le même sens pour pouvoir gagner. L’équipe va au-delà des joueurs sur le terrain ; les préparateurs physiques, les coachs et toute l’infrastructure mise en place autour sont indispensables à la réussite du club ou de l’entreprise. Comme au rugby, l’équilibre entre toutes ces forces, ces compétences et ces personnalités n’est pas évident à trouver. Nous allons, je l’espère, continuer à tisser des liens forts avec le club.

Natixis est d’ailleurs associée aux nombreuses productions qui contribueront à la réussite de ce jour historique pour le Racing Metro 92 ?
L.M.: Effectivement, compte tenu de notre engagement auprès du CNOSF et auprès du Racing, il nous semblait logique de nous associer aux projets portés par le club autour de la mise en place du Trophée ; qu’il s’agisse de la superbe exposition- photo autour du Stade de France, du programme de match, des ballons d’hélium ou encore des films diffusés avant le match.

Outre le Racing Metro 92, natixis soutient aussi le Comité national olympique et Sportif Français (CnoSF). pouvez- vous nous expliquer ce que signifie cette implication ?

L.M.: Le Groupe BPCE auquel appartient Natixis a choisi, en 2010, de soutenir, au-delà d’un sport particulier ou du sport en général, les valeurs de l’Olympisme et en particulier l’Équipe de France olympique dans sa quête de médailles aux J.O. de Vancouver l’an passé et aux J.O. de Londres en 2012.

Les marques du Groupe BPCE - Banque Populaire, Caisse d’ Epargne et aussi Natixis - sont donc des partenaires officiels du CNOSF. Comme notre Groupe, nous sommes proches des valeurs défendues par l’Olympisme : l’importance d’allier le sport à la culture et à l’éducation, le sens de l’effort, l’exemplarité et aussi et surtout le respect des principes éthiques fondamentaux universels.


Qu’évoquent pour vous, associé au rugby, les mots suivants :


o Stratégie :
Le rugby est par essence stratégique, il s’agit d’élaborer un plan de bataille, pour franchir la ligne d’en-but de l’équipe adverse, et surtout de l’exécuter correctement.
 

o Combativité : Jean-Pierre Rives illustre sans doute le mieux ce mot. Il se donnait sans retenue aucune sur le terrain. Il livrait un combat. Ses maillots s’en souviennent.


o Convivialité :
Toutes les troisièmes mi-temps de match du Tournoi des VI Nations! La convivialité du rugby, c’est aussi à titre personnel, l’équipe des Black Pampers, créée avec des amis pendant mes années d’étude et qui continue de régulièrement se réunir pour des tournois amicaux.


o Convivialité :
Le rugby est un sport d’action ; il serait aisé de croire que la concentration est moins importante au rugby que dans d’autres sports. Ce n’est absolument pas le cas. Il suffit de voir les buteurs avant toute pénalité. Par ailleurs, quand les joueurs sont en surrégime, c’est souvent la concentration qui fait la différence.


o Solidarité :
C’est une des valeurs fondatrices de l’esprit d’équipe. Sur le terrain, sans solidarité entre ses 15 joueurs, une équipe se met en danger et surtout elle ne peut pas gagner.


o Respect :
Le rugby est l’un des sports le plus associé à cette notion de respect. Respect des joueurs entre eux, il n’y a qu’à voir les haies d’honneur ou les congratulations de fin de match ; et aussi le respect de l’arbitre et de ses décisions.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 06 septembre 17H00

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois