actuImage.php

Quand la Mayolaise prend...

Quand la Mayolaise prend...

Publié le 13/08/2009

Dans un XXème siècle naissant où, plus que les fleurs, la poudre à canon saura imposer ses fragrances, le grand chanteur Félix Mayol (1872-1941) portait des brins de muguet au revers de ses jaquettes. En 1920, au sommet de la gloire, il décide d’offrir le terrain et les droits de ses chansons au RCT, le Rugby Club Toulonnais :

"À Toulon, où la jeunesse est particulièrement active et vigoureuse, nous n'avions pas le moindre terrain utilisable. Seul demeurait un vélodrome désaffecté, où nul n'allait jamais, qui ne servait plus à rien et qui me paraissait s'ennuyer autant que nos aspirants sportsmen... Alors, mon Dieu, c'était tout simple, j'ai acheté le vieux vélodrome ! J'y donnai moi-même le premier coup de pioche..." (Extrait des Mémoires de Félix Mayol)
 

Près d’un siècle plus tard, le muguet du généreux Félix fleurit encore sur les maillots du RCT, Mayol est devenu un stade mythique de l’ovalie et la jeunesse de Toulon, qui n’est plus la même, n’a rien perdu de sa vigueur.


En ce 31 juillet 2009, ils sont près de 12.000 spectateurs à assister au match amical qui oppose le RC Toulon au Racing-Métro 92. Quand les deux équipes entrent sur le terrain, le pilou-pilou, ce cri guerrier des Minots de la rade, a, une fois encore, fière allure. Les derniers rayons dorés du soleil renonceront rapidement à rappeler qu’il s’agit d’un match et estival et amical. La ferveur du public insuffle à la rencontre des airs printaniers de phases finales de championnat. "Parce que Touuuulon : Rouuuge ! Parce que Touuuulon : Noiiiir ! Parce que Touuuulon : Rouge et noir !" Voilà pourquoi, sans doute, on aime le RCT, Mayol et son public. Des liens particuliers unissent nos deux clubs.


Finale du Championnat de France 1987. RCT 15 – Racing 12. Jusqu’à la dernière minute, Toulon tremble, mais l’emporte. Le Toulonnais Daniel Herrero écrira : « Le combat fut classique, c'est-à-dire acharné. Loyal à l'évidence, tellement les troupes en présence se respectaient ». Eric Blanc, joueur du Racing : "La joie des Toulonnais faisait plaisir à voir. Nous n’étions pas tristes d’avoir perdu cette finale. On était même heureux pour eux. Voilà plus de cinquante ans qu’ils attendaient ça. On a fait le tour d’honneur avec eux, ça ne c’était jamais vu auparavant. Dans les vestiaires, on a pris une guitare et on a chanté." Eric Champ, joueur du RCT : "Je savais ce qu’est la détresse de perdre une finale. Sur la pelouse du Parc, Franck Mesnel m’a dit : « C’est bien, c’était à vous de la gagner ! ». C’est le genre de phrases qui scellent de profondes amitiés." Une semaine après la Finale du Parc, à l’invitation du RCT, les Racingmen iront la rejouer à Mayol, pour faire la fête avec le peuple de Toulon. Les princes du Parc y seront reçus comme des rois…
 

Le Racing sera Champion de France en 1990, Toulon le sera de nouveau en 1992. Comme deux adolescents qui ont grandi ensemble, nos deux clubs centenaires allaient subir les affres d’un monde adulte devenu professionnel. Après les premiers rôles, il faudra s’habituer à jouer les seconds, voire ceux de série B. Un purgatoire commun aura pour décor des tribunes de Pro D2.


Saison 2006-2007. Le Racing-Métro bat le RCT avec le point de bonus offensif et quitte la pelouse sous les applaudissements du public de Mayol. Cette défaite privera Toulon d’une accession directe en Top 14.


Saison 2007-2008, à Mayol encore, dans ce qui apparaît comme la Finale du championnat de Pro D2, le RCT bat le Racing Métro 92. Mayol et Toulon exultent à l’unisson. Le RCT accède à l’élite et son rival devra attendre une saison de plus pour l’y rejoindre.


Saison 2009-2010. Les deux clubs évoluent en Top 14. Au regard de l’histoire, il n’est pas interdit de penser que c’est comme deux copains qui retrouveraient une même cour de récréation. En ce 31 juillet, le coup de sifflet de l’arbitre marque la fin de trop longues vacances…


RCT 33 – Racing 19. Il n’est pas sûr que le RCT et le Racing aient joué le même match amical ; Toulon a tenté toutes ses pénalités, le RM 92 a toujours préféré choisir la touche. Une équipe voulait absolument gagner, l’autre cherchait à se régler. Le score ne dit pas la vaillance des ciel et blanc et la belle partie qu’ils ont livrée. Le score ne dit pas la puissance de notre pack, nos trois essais marqués, la conquête en touche. Le score ne dit pas non plus l’intégration réussie des nouveaux, le formidable esprit qui règne dans cette équipe, tant sur le terrain qu’en dehors, et les dix joueurs restés sur le banc de touche pour raison médicale. Le score ne dit pas enfin le grand potentiel de cette équipe qui a impressionné ses supporters les plus exigeants… A l’issue du match, Jacky Lorenzetti dira : "Ce soir, au vu de la prestation des deux équipes, je préfère être le président du Racing Métro 92 que celui de Toulon." Bref, en terre d’aïoli, pour le Racing, la Mayolaise semble prendre !


Le 22 août prochain, pour la seconde journée du Championnat de France, le RCT accueillera le Racing-Métro 92. Comme un rendez-vous pris avec un vielle et chère connaissance, on se fait déjà une joie de retrouver Mayol et son public…

 

Fred,

Toulon, le 1er Août 2009

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 29 novembre 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois