actuImage.php

Quesada : "Avancer ensemble"

Quesada :

Publié le 03/08/2012

A quelques heures du premier test de la saison en amical face à Grenoble, Gonzalo Quesada dresse un panorama du Racing après quatre semaines de préparation. Le coach Ciel et Blanc revient ainsi sur la préparation de l'équipe, sa collaboration avec Patricio Noriega, Simon Raiwalui et l'ensemble du staff sportif, les matchs amicaux, les recrues et plus généralement l'effectif à l'aube de cette nouvelle saison.

 

 

 

Gonzalo, à l’issue de cette quatrième semaine de préparation, quelle bilan tirez-vous de cette période ?

 

J’en retire un bilan assez positif, nous avons bien bossé. Nous avons volontairement donné un bon temps de repos aux joueurs pour réattaquer le 9 juillet. Du coup le temps de préparation où l’on doit insister sur physique, du rugby et de la récupération est plus limité. Nous avons toujours l’impression que nous sommes en retard, surtout au niveau du rugby. J’ai aussi préféré que les bases de la préparation physique soit bien respectées car elles donnent le foncier pour toute la saison. Nous nous sentons donc encore en rodage au niveau du jeu. Ce n’est pas encore ce que je voudrais mais nous avançons au quotidien.

 

 

Au niveau de l’organisation, comment gérez-vous cette période de préparation où  sont intégrés l’ensemble de l’effectif pro et des jeunes ?

 

Nous avions plusieurs options avant d’attaquer la préparation. Nous aurions pu prioriser la préparation avec un groupe de vingt-cinq joueurs qui attaqueraient la saison mais nous avons préféré, dès le départ, à chaque entrainement, chaque opposition, intégrer un maximum de joueur, faire tourner, pour que tout le monde participe, soit impliqué, et surtout appartienne à l’équipe. On y perd en automatisme mais disons que je trouve très positif de stimuler l’investissement et l’état d’esprit des joueurs dans leur ensemble.

 

 

Vous êtes désormais l’entraîneur principal de l’équipe première, avez-vous adopté un mode de fonctionnement qui vous est propre ?

 

Nous mettons beaucoup de précision et d’objectifs clairs dans tout ce que nous faisons au quotidien. Nous essayons de donner du sens à tout ce que l’on propose pour qu’à chaque séance vidéo, chaque entraînement, nous sachions pourquoi nous sommes là : il y a un objectif, une durée et une certaine intensité proposée. C’est une formule qui pour l’instant donne de bons résultats. Chacun doit être conscient de son rôle au sein de l ‘équipe, de ce qu’il doit apporter pour être utile et efficace. Ni plus, ni moins.

Nous avons aussi responsabilisé différents joueurs sur divers secteurs : le « spirituel », la défense, le jeu, la touche… Ces leaders ont été nommés, vont tourner et permettent de responsabiliser l’effectif.

 

 

"Avancer ensemble"

 

 

Vous allez être épaulé cette saison par Simon Raiwalui et Patricio Noriega.  Après quelques semaines ensemble, comment analysez-vous cette collaboration ?

 

Même si c’est moi qui ai proposé la formule avec Pato et Simon, je les connaissais bien tous les deux et je savais que nous pourrions avancer ensemble.

Pato apporte beaucoup de passion, d’enthousiasme, d ‘envie. Même si il a une grosse expérience dans l’entraînement, il se met à notre disposition pour collaborer partout où c’est possible. Simon est un appui énorme, nous partageons le même état d esprit, la même vision du management du groupe. Nous avons fait des formations similaires,  avons eu des expériences similaires et nous sommes totalement en phase. Mais au-delà du coaching pur, nous travaillons très bien avec le staff dans son ensemble. L’apport des préparateurs physiques, du médical –médecins et kinés -, et de l’analyse vidéo est primordial.

 

 

Nous imaginons que l’apport de Pato et Simon vous est essentiel notamment dans le jeu d’avant et tout ce qui concerne la conquête ?

 

S’il y a bien une chose que je ne maîtrise pas bien naturellement, c’est la conquête dans tous ses détails mais surtout la conquête dans le sens de la domination de l’adversaire. Je voulais à mes côtés des entraîneurs qui, quand nous jouons une mêlée, quand nous sommes face à l’adversaire, sachent comment faire pour vraiment dominer l’adversaire et que cette phase de conquête ne soit pas qu’une phase de lancement de jeu.

 

 

Votre premier test aura lieu ce soir à Grenoble en amical. Que sera l’objectif de ce premier match de la saison ?

 

Nous nous déplaçons à Grenoble sans internationaux, sans Henry qui était avec le Baa-baas ni quatre ou cinq joueurs qui ont encore quelques pépins minimes. Nous emmenons quelques jeunes comme Etienne Dussartre, Mahamadou Diaby ou Jens Torfs avec qui nous prendrons ce match avec sérieux mais au cours duquel nous allons essayer de donner l’opportunité à des joueurs de se montrer et à d’autres de confirmer par rapport à ce que nous avons vu la saison dernière.

 

 

"Préparer le premier match à Agen"

 

 

Comment allez-vous gérer le groupe pour les deux matchs de préparation à Grenoble vendredi et à Béziers jeudi prochain face à Toulouse ?

 

Ces deux matchs amicaux vont nous servir à préparer le premier match de championnat à Agen. Nous avions prévu dans un premier temps de fonctionner avec un groupe réduit sans trop faire tourner mais nous nous sommes vite dit qu’il serait risqué d’intégrer trop vite des joueurs comme Dimitri, Maxime ou Benji Fall qui n’ont que treize jours d’entraînement. Le premier match sera mixte entre l’équipe de base qui attaquera la saison et les joueurs qui vont tourner. Nous allons aussi en profiter pour, sur certains postes, voir des joueurs que l’on n’aurait peut-être pas sollicité si tout le monde était opérationnel.

 

 

Ces deux matchs seront aussi l’occasion de tester les joueurs qui ont rejoint le groupe à l’inter-saison. Comment jugez-vous leur premier pas en tant que Racingmen ?

 

Le profil de l’équipe est très intéressant. Nous avons peut être moins de joueurs un peu « star » mais nous possédons des hommes d’expérience et de renom comme Dimitri, Juan Martín, Jacques ou Benji Fall qui sont avant tout des exemples d’engagement et de travail, deux valeurs qui sont pour moi fondamentales. Ils les représentent parfaitement et sont d’une aide énorme pour nous les coachs.

Pour les nouveaux, les Dambielle, Machenaud, Belie sont des bosseurs. Dès leur reprise respective, ils étaient déjà affutés et prêt à montrer que, dès le premier jour, ils venaient chercher une opportunité et qu’ils n’allaient pas la laisser passer.

Devant, je connais très bien Dimitri avec qui j’ai joué, avec qui j’ai été 4 ans en Equipe de France. Je savais à quoi m’attendre et je ne suis pas déçu.  Pareil pour Luc Ducalcon qui est exemplaire. Après, les mecs comme Mahamadou Diaby, Camille Gerondeau et Masi Matadigo sont aussi des joueurs qui viennent avec l’envie et ça se voit. Même les jeunes du club comme Maurouaurd, Vartanov, Côme, Torfs ou Dussartre sont de belles surprises : pas mal de talent et de belles attitudes.

Pour résumer, nos joueurs, internationaux ou pas, sont de gros bosseurs. Tant que nous aurons des leaders qui sont exemplaires dans l’engagement qu’ils ont pour l’équipe, tout sera plus simple !

 

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 03/08/2012 par Steph.
Bonjour, bravo à Jens T. pour sa sélection. Il a travaillé pour cela et il ne vous décevra pas. Donnez-lui une chance, vous ne serez pas déçus. Salutations Stéphane N. Antwerp Rugby Club

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

dimanche 26 octobre 18H15

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois