En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

RM 92 vs SF - Mon derby à moi avec... Dimitri Szarzewski

RM 92 vs SF - Mon derby à moi avec... Dimitri Szarzewski

Publié le 30/11/2012

Un derby c'est toujours une rencontre à part dans une saison. Ce match, mêlant suprématie régionale, affrontement entre des couleurs et une histoire, ô combien différentes, est souvent, toujours, le premier rendez-vous coché lorsque le calendrier de la nouvelle saison est dévoilé. À six jours du derby capital entre le Racing Metro 92 et le Stade Français, tour de France des derbys connus par les Ciel et Blanc durant leur jeunesse ou leur carrière. Cinquième épisode avec Dimitri Szarzewski, qui après avoir porté les couleurs du Stade Français de 2005 à 2012, revêtira samedi, pour la première fois dans un derby la tunique Ciel et Blanc du Racing. 

 

 

La notion de derby

 

Quand on me parle de derby, ça m'évoque beaucoup de choses. J'ai commencé le rugby à Béziers, et là-bas, ils y en avaient qui relevaient d'une grande importance : face à l'USAP et Narbonne. Déjà, très jeune, nous avions l'habitude d'évoluer face à ces formations, dans des derbys à la saveur très particulière. On se connaissait, on jouait en sélection ensemble et lorsque l'on se retrouvait sur le terrain face à face, en tant qu'adversaire, c'était très particulier. Généralement, ces matchs imposaient beaucoup d'engagement, d'intensité. Tout simplement parce que lorsque l'on retournait à l'école nous voulions être les meilleurs. Après, lorsque j'ai commencé à connaître ces derbys en pro, ça restait toujours particulier. Les supporters attendaient ces matchs avec énormément d'impatience, ils le faisaient ressentir. L’effervescence autour de ces derby était tout simplement extraordinaire. Les supporters en parlaient très en avance, bien avant la semaine qui précédait la rencontre. Ils étaient remontés, avaient envie que l'on s'impose... Et puis, avec tous ces ingrédient mélangés, je peux vous dire que notre motivation à remporter cette rencontre s'en retrouvait décuplée parce que dans le cas d'un revers nous en entendions parler pendant très longtemps.

 

 

Le derby parisien

 

En ce qui concerne le derby parisien, c'est autre chose. Les spectateurs sont un peu plus tolérants, moins chauds que dans le sud. Mais aujourd'hui, beaucoup de choses ont changé, évolué. Je suis de l'autre côté ! C'est un sentiment assez étrange. J'ai vécu de très belles années au Stade, j'y ai des amis. Avant, lorsque j'affrontais le Racing, même si je connaissais quelques joueurs, il y avait beaucoup moins d'affinités que lorsque je foulerais la pelouse du Stade de France samedi. Là, ce sera bizarre, je ferais face à des copains que je vois toujours. Depuis que je suis au Racing, malgré les derniers résultats, ça se passe bien, je m'entends bien avec tout le groupe, les coachs. Ce sera particulier. J'espère que l'on s'imposera parce que sinon je vais, à n'en pas douter, me faire chambrer par mes amis du Stade. J'ai envie de montrer à mes anciens partenaires que je ne me suis pas trompé, que j'ai fais le bon choix en venant ici au Racing. Ça passe par une victoire !

 

 

Le derby du 5 mai dernier

 

L'an dernier, le match Racing vs Stade fut mon plus mauvais souvenir de derby. Nous avions été très très déçus de perdre cette rencontre qui permettait à l'équipe victorieuse d'obtenir, quasiment, son billet pour la HCup et les barrages. Nous nous étions inclinés de peu certes, mais nous nous étions inclinés tout de même. Nous étions tous très abattus après ce match. C'était aussi mon dernier match avec le Stade, je savais que j'allais rejoindre à l'issue de la saison mes adversaires du jour. C'était très émouvant.

 

 

Le derby de samedi

 

Aujourd'hui, je fais abstraction de l'adversaire. Une fois sur le terrain, il n'y aura pas d'amis en face. Ça m'est souvent arrivé de me retrouver sur le terrain face à un ami d'enfance, Yannick Nyanga par exemple. Alors il y a des regards, des sourires, une petite tape amicale, mais après, dans le jeu, nous ne nous faisons pas de cadeaux. Par contre, s'il y a quelque chose que j'aurais préféré avant cette rencontre, ç'aurait été de jouer à une autre période où nous aurions pu aborder cette rencontre avec d'avantages d'écarts au classement entre les deux équipes. C'est aussi le retour des internationaux, nous avons eu un début de semaine allégé, ça fait trois semaines que nous n'avons pas joué sous les couleurs du Racing, il faut retrouver les automatismes et ce n'est pas toujours évident. C'est comme ça et nous allons tout faire pour l'emporter demain au Stade de France. À la fin du match, il y aura un gros déçu et j'espère bien que ce ne sera pas nous.

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 16 août 20H45

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois