En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

RM 92 vs ST - Au printemps des ambitions

RM 92 vs ST - Au printemps des ambitions

Publié le 30/03/2013

Tout juste le temps de savourer la victoire face aux Catalans de l’USAP le week-end dernier à Colombes (23-19) que les Racingmen se tournent déjà vers leur prochain rendez-vous : le Stade Toulousain au Stade de France ce samedi (20h40). Plus qu’une fête du rugby, c’est un véritable choc entre deux clubs au coude à coude pour disputer un barrage à domicile. (Crédit Photo : Fabrice Aygalenq).

 

Et de neuf ! Le Racing Metro 92 continue sur sa lancée. Pourtant, pas le temps de se laisser griser par la victoire. Car le double champion en titre se déplace, ce soir (20h40), au Stade de France pour y défendre sa place sur le podium. « Rien que le mot Toulouse... Tout est dit... C'est assez effrayant... s'émerveille Jonathan Wisniewski, formé en Haute-Garonne. La motivation vient toute seule, pas besoin d'en rajouter. Le groupe est ultra concerné ». Une nouvelle fois, les hommes du trio Quesada – Raiwalui – Noriega devront négocier une rencontre décisive pour la qualification. Surtout que Toulouse revient en force. Après sa large victoire contre le Stade Français (43- 16), les Toulousains ont fait le plein de confiance comme le souligne Dimitri Szarzewski. «Tout le monde critique le Stade Toulousain. Mais ils sont là et on connait leur capacité de réaction. Ils ont l’expérience pour ce genre de situation et seront au rendez-vous».


 

Si le Racing enchaîne les victoires et s’épanouit dans son jeu, le Stade Toulousain a lui retrouvé ses internationaux, ses blessés et sa folie des grands et des petits espaces. Il n’aura fallu que trente minutes aux Rouge et Noir pour inscrire cinq essais aux Parisiens. « Ils ont toujours un moment délicat dans une saison mais derrière, il suffit aux Stadistes de réaliser un grand match pour qu'ils se relancent et alors là... ». Là ? Une façon de se rappeler pour l'ouvreur Ciel et Blanc que les joueurs de Guy Novès sont toujours au rendez-vous le printemps venu.

 

 

Un goût de phase finale


 

Corrigés au match aller (32-13), les Franciliens abordent ce match avec envie. «Nous savons ce qu’il faut faire pour remporter ces gros matchs. Nous avons les cartes en main. C’est toujours plaisant de fouler cette pelouse du Stade de France, qui plus est face au Champion en titre » souligne le talonneur francilien. « Il nous faudra être efficaces dans les temps forts, insiste Wisniewski. Et dans le même temps, nous devrons bien gérer nos temps faibles et être plus solides lors de la deuxième mi-temps. Si nous réalisons un second acte de la trempe de l'USAP, ça ne passera pas ». Car ce problème est identifié. Le staff racingman espère voir son équipe franchir un nouveau cap, et pourquoi pas dès ce soir face au double champion en titre ? « Contre l'USAP, pendant cinquante minutes on a le contrôle du match, tout se déroule comme nous le prévoyons, avoue Gonzalo Quesada. Est-ce un problème psychologique ? Peut-être. Bien finir est le signe des grandes équipes. Quand nous saurons gérer ces temps faibles, alors ce sera mieux. Nous avons pour challenge de remporter un match mais aussi de le gérer de bout en bout ».


 

Suivis à sept points par Castres et leur adversaire du week-end, les Toulousains ne fanfaronnent pas, bien au contraire. Ce match, ils veulent clairement venir le gagner comme le souligne Yannick Nyanga, troisième-ligne et capitaine des Rouge et Noir. « C’est un match qui ne ressemblera à aucun autre. Si nous pensons que cette équipe nous réussie et que nous sommes dans une bonne série face à eux, c’est clair et net que nous allons perdre. Sur la phase retour, c’est la meilleure équipe du championnat avec Clermont. Il faudra aller là-bas pour jouer notre meilleur rugby si nous voulons ne serait-ce que rivaliser avec eux ». En face, la confiance est de mise, l'euphorie pas loin d'être présente par moments mais les Ciel et Blanc se rappellent, toujours, des moments douloureux vécus plus tôt dans la saison. « C'est vrai que nous sommes parfois euphorique, avoue le capitaine francilien. Ça fait du bien ! Mais croyez moi, on sait d'où l'on vient ». « Cela reste fragile, enchaîne Wisniewski. Un rebond, un fait de match et... Gardons la dynamique ! Il y a deux mois ce n'était pas aussi drôle qu'aujourd'hui. On ne se souviendra que de la victoire. On sait ce que l'on a à faire ».


 

Le contexte est posé. Il ne reste plus qu’à jouer. Et à Quesada de conclure : « Toulouse aime le printemps ». Jeudi, il tombait quelques flocons sur le Centre d'Entraînement et de Formation du Racing Metro 92... Un signe ? Les Ciel et Blanc l'espèrent et feront tout pour l'emporter pour la dixième fois de rang.  

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 03 mai 14H40

VS
Infos Billetterie
 
 
 
 
Playlist du mois