Reichel – SF vs RM 92 – Le Racing continue son sans faute

Reichel – SF vs RM 92 – Le Racing continue son sans faute

Publié le 03/10/2012

Et de trois ! Les Reichel du Racing Metro 92 se sont imposés dimanche à l’extérieur face au Stade Français (31–16) clôturant ainsi de la plus belle des manières ce premier cycle de trois rencontres.

 

Il y a des jours comme ça où tout est réuni pour faire un gros match, un temps magnifique, un stade tout neuf mais surtout une concentration, une sérénité et une grosse envie du côté des hommes de Xavier Pujos et Florent Guichard. Le plan de match était clair, il fallait être prudent dans les quarante mètres et audacieux dans le camp adverse.

 

À la sortie des vestiaires, les deux équipes se font face, visages fermés, regards concentrés, l’image laissait déjà présager une très belle rencontre. Et l’entame le confirmait quelques minutes plus tard. Les Racingmen mettaient du rythme d’entrée mais ne marquaient pas. Le Stade Français en profitait et inscrivait le premier essai de la rencontre. En réponse, Maxime Javaux inscrivait trois points avant que le jeu des Racingmen se mette à payer tandis que du côté parisien, les blessures s’enchaînaient. « On s’est regroupé en défense, on a été très solidaire pour virer en tête à la mi-temps grâce à un essai de Rémy Bourdeau, le numéro huit » raconte le demi de mêlée, César Valverde. 8-7 puis 11-10 après une pénalité de chaque côté. À la pause le Racing mènait et le Stade Français comptait déjà trois blessés. « En deuxième mi temps, on les a fait exploser ! » .

Le capitaine Martin Clarac a raison, dans le deuxième acte, « il n’y avait qu’une seule équipe sur le terrain, c’était le Racing » comme l’a souligné César. « On les a concassés devant, dominés dans les mauls, marchés dessus en mêlée et on a placé des attaques qui nous ont fait avancer de cinquante mètres » ajoutait-il. À la rupture physiquement, le Stade Français subissait tous les assauts Ciel et Blanc. Les Reichel marquèrent par la suite deux nouveaux essais par l’intermédiaire d’Antoine Alberteau et Florian Leroy sur maul avant que Maxime Javaux convertisse deux pénalités comme son homologue parisien. Score final, 31–16 et un bonus offensif qui échappait de peu aux Ciel et Blanc.

 

 

Un sans faute sur le début de saison

 

 

Premier derby et première victoire pour le demi de mêlée arrivé cette saison de l’Union Bordeaux Bègles. « C’était vraiment la chose à laquelle je pensais depuis la reprise. S’imposer comme le premier club de la capitale, c’est vraiment quelque chose d’excitant » confiait César. Pour Martin Clarac, lui aussi ancien bordelais, cette victoire met un terme à une série de trois défaites consécutives dans ce derby. « Cela fait un an que je suis au Racing et j’avais toujours perdu contre eux. Il n’y a rien de plus beau que de les battre chez eux et avec la manière en plus » expliquait-il. Trois matchs, trois victoires dont deux bonifiées, les Reichel commencent fort leur saison. Mais cette semaine, ils penseront à autre chose… « Le groupe est fatigué, depuis le 20 août on travaille pour ce match, cette semaine de repos va vraiment faire du bien » conclut Clarac. En attendant, dimanche, à la fin du match, sur le tableau du vestiaire on pouvait voir un petit encadré rajouté à côté du plan match : « Racing 31 - Stade Français 16 » .

Arnaud Rey

 

Le groupe contre le Stade Français :

 

Clarac, Leroy, Vartanov, Paul, Alberteau, Barba, Rousselin, Valverde, Andrieu, Javaux, Bessière, Ballu, Detoeuf, Carcagno, Gomes Sa, Pouget, Bourdeau, Mélaine, Lamonzie, Lopez.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 20 septembre 14H45

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois