En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

Reichel - Le bilan à mi-saison

Reichel - Le bilan à mi-saison

Publié le 24/12/2012

Vainqueurs de Lille dans un match maîtrisé avec sept essais inscrits malgré des conditions apocalyptiques (50 à 7), les Racingmen s’adjugent la deuxième place de la poule 1 du championnat Reichel avant Noël. L’occasion pour le duo d’entraîneurs, Florent Guichard et Xavier Pujos de faire le bilan de cette première phase.

 

 

 

Le plus gros match

 

Florent Guichard : Lyon. On avait une équipe remaniée avec des mecs en Espoirs ou blessés mais on a réussi à gagner (18-17). Un match très intéressant sur le contenu et la faculté à se dépasser. On a vu de très belles séquences offensives grâce notamment à une conquête qui même face à de grosses écuries nous apportent de grosses satisfactions.

 

Xavier Pujos : Lyon également. Pour la mobilisation face à un contexte interne compliqué et aussi externe avec le LOU qui est un gros club formateur et finaliste en date. C’est une conjonction de phénomènes qui a fait que l’affectif a pris le dessus et on a écrit une petite page d’histoire.

 

 

 

Le match le moins abouti

 

FG : Massy. On gagne 16 à 14 sans la manière et on aurait largement pu perdre ce match. On avait mis les gars en éveil sur la nécessité de vite s’assurer la victoire. Ils n’ont pas réussi à s’investir affectivement dans le combat contre une équipe à priori plus faible.

 

XP : Clermont. On était dans une phase ascendante très forte et on s’est dit qu’on pouvait le faire mais on n’a pas mis les ingrédients pour. Mais ce mauvais match a été salutaire comme à Massy, qui n’était pas un bon match car on était encore dans la déception de Clermont. Sans ça, on n’aurait pas fait tout ce que l’on a fait jusqu’ici.

 

 

 

Le point positif de ce début de saison

 

FG : Jouer les déséquilibres immédiats, cette faculté à jouer les pénalités, les coups francs et les touches rapidement. On avait face à nous des joueurs qui étaient un peu bridés. C’est une grosse satisfaction de voir qu’ils ont basculé dans cet état d’esprit de tout jouer.

 

XP : C’est ça. Amener cette philosophie de jeu, cette façon de voir le rugby qui est résolument tournée vers l’offensive. A travers ça, on voulait libérer le joueur afin qu’il s’adapte aux différents contextes offensifs et défensifs. On l’a vu contre Lille avec des magnifiques essais sous la pluie. 

 

 

 

Ce qu'il reste à travailler

 

FG : On est loin d’être arrivé mais je dirais l’anticipation des joueurs non porteurs de balle, ce que l’on appelle vulgairement, la « Pré-action ». C'est-à-dire être capable d’analyser le rapport de force en prenant les informations sur la défense pour être prêt lorsque le ballon revient dans la zone de ces joueurs sans ballon.  

 

XP : On a énormément bossé sur la cellule d’action autour du porteur de balle, maintenant, on s’aperçoit qu’il faut créer du lien sur les partenaires en dehors de cette cellule. Guiche parle de « Pré-action », je dirais de la « Pro-action ». Il faut essayer de prévoir tout ce qu’il va se passer.

 

 

 

Le groupe

 

FG : C’est un groupe changeant avec cette liaison avec les Espoirs. On a des carences et il a fallu bosser avec des joueurs qui n’avaient soit pas joué à certains postes, soit pas le niveau Reichel. Mais tout le monde a trouvé sa place et le groupe vit bien.

 

XP : Il y avait déjà un état d’esprit formidable avec un noyau dur des Reichel de l’an dernier. Au lieu de partir dans du combat et de la défense qui sont des choses cloisonnées et obscures, on est parti sur l’offensive. Il y a du lien qui s’est créé et maintenant, plus personne n’a peur de tenter et de faire des erreurs.

 

 

 

L'avenir

 

FG : La qualification est dans toutes les têtes. Mais il nous reste les trois prétendants aux phases finales, le Stade Français, Clermont et Lyon à jouer. Tout est encore possible, rien n’est acquis. Si on gagne contre Paris, on assure notre qualification. Sachant qu’on va aussi être ambitieux face au LOU et l’ASM.

 

XP : On ne s’attendait pas au match nul entre Clermont et le Stade Français. On est à onze points de Paris, deux de l’ASM et un de retard sur Lyon. Deuxième, c’est le plus beau cadeau avant Noël. Petit à petit on grignote, on est à notre place.  Maintenant, l’objectif c’est que Guiche et moi nous nous occupions que du management des joueurs comme des accompagnants. Le groupe doit être ambitieux et responsable. 

 

Notez cet article

 
 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 30 août 20H45

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois