En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

Retour vers le futur

Retour vers le futur

Publié le 21/08/2009

Eux les terribles guerriers qui descendent de la montagne vers la mer, avec leurs femmes échevelées qui allaitent leurs enfants à l’ombre des grands cocotiers blancs. Eux les guerriers poussent leur terrible cri de guerre : Pilou-Pilou. Avant chaque rencontre dans le mythique Stade Mayol, c’est encore et toujours le même rite: passage de l’équipe visiteuse au milieu de la foule amassée autour du stade et acquise à jamais à la cause du RCT, puis la terrible confrontation avec les minots de la Rade et leur cri fier et guerrier. Du courage, il en faudra. De l’orgueil aussi, forcément, tant la pression qui va régner à Mayol samedi sera omniprésente près de trois semaines après le 33-19 infligé par les locaux aux Franciliens en amical.

Lors de ce match des Toulonnais avaient tout tapé, tout converti et donc tout scoré, quand le Racing, lui, avait privilégié le jeu pour réviser automatismes et lancements. Une rencontre qui avait fait naître ce commentaire du président ciel et blanc Jacky Lorenzetti à l'issue de la rencontre: "Ce soir, au vu de la prestation des deux équipes, je préfère être le président du Racing-Métro 92 que celui de Toulon."


Choc à tous les étages

Les retrouvailles seront chaudes donc, comme toujours. Parce que l'affiche exhume les souvenirs des années 80, à commencer par la finale au Parc des Princes en 1987 remporté par les Toulonnais. Parce qu'aussi la rivalité entre les deux clubs, sportive et extra-sportive, s'impose de plus en plus comme une évidence depuis que ces deux entités historiques du rugby français se sont relevées des secousses du passage au professionnalisme. Le RCT a pris un peu d'avance, accédant au Top 14 dès l'année dernière, mais le Racing, promu en 2009, est très clairement sur ses traces. Enfin, parce qu'elle oppose deux outsiders du championnat. Deux équipes dont on ne connaît pas véritablement le potentiel, mais dont tous les adversaires se méfient.


Un choc d'ambitieux donc. Et un choc de stars. Wilkinson contre Chabal. Les deux vedettes du marché des transferts face-à-face. Deux icônes de leur rugby national enfin opposés. Car si, et c'est une évidence, chacun d'entre eux n'est rien sans son équipe, l'affrontement entre ces deux monstres du championnat vaudra le détour.

Au moins autant que l'opposition de styles. En amical, Toulon avait tout tapé ? Peu de chances que cela change, surtout avec Wilkinson à la baguette, le meilleur du monde dans cet exercice. Le Racing, lui, tapera certainement plus que lors de sa dernière visite, mais avec, toujours, l'ambition d'ouvrir le jeu chevillée au corps. De la capacité des Racingmen à rester sereins et concentrés dans la fournaise de Mayol, dépendra leur capacité à ramener un résultat.


Il faudra être fort

Cool, il faudra l'être tant le défi qui attend les joueurs de Pierre Berbizier est de taille. Jugez-plutôt : le RCT a remporté huit des douze dernières rencontres disputées entre les deux clubs. Et quand on sait que les joueurs de Philippe Saint-André ont déjà laissé filer deux points à domicile face au Stade Français la semaine dernière, les Sudistes n'en seront que plus redoutables encore. Mais, qu'on se le dise, le Racing rentrera sur la pelouse pour gagner.


Un match qui aurait dû se jouer au Stade Vélodrome de Marseille, mais un dramatique accident lors de l'installation du concert de Madonna en a décidé autrement. Dommage, le cadre aurait été grandiose pour ces retrouvailles entre Toulonnais et Racingmen au sein de l'élite. Tant pis, quelque que soit son cadre, l'affiche, elle, est toujours grandiose.

Notez cet article

 

Vidéos relatives à ce match

Actualités relatives à ce match

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 19 avril 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois