SARACENS vs RM 92 - Quesada : 'Ces détails qui font la différence...'

SARACENS vs RM 92 - Quesada : 'Ces détails qui font la différence...'

Publié le 21/10/2012

Déçu de la défaite concédée face aux Saracens (30-13) à Bruxelles pour le compte de la deuxième journée de HCup, Gonzalo Quesada enrage contre ces en avants qui ont coûtés quelques occasions de recoller au score. Et l'entraîneur Ciel et Blanc est persuadé, sans ces petites erreurs, que son groupe aurait pu l'emporter face aux Anglais. 

 

 

Gonzalo, que retiens-tu de ce match, avec notamment une première mi-temps difficile…

Effectivement, c’est un premier acte incroyablement douloureux. On a une bonne conquête, une mêlée dominante, une touche propre, une défense très performante qui récupère beaucoup de ballons importants… Après nous sommes moins bons sur plusieurs autres domaines : le jeu au pied, la réception du ballon. On perd alors des duels qui nous ont mis en difficulté. Les Saracens ont su scoré sur nos temps faibles.

 

Qu’est-ce qui a changé en deuxième période ?

On a beaucoup mieux joué. On franchi au moins sur les temps de jeu que nous avions préparés. Nous nous sommes créés de vraies occasions mais à chaque fois il y a un petit en avant… On ne peut pas être satisfait, non, c’est la HCup, le haut niveau, ce sont ces détails qui font la différence. Après, c’est vrai que nous faisons des mouvements davantage satisfaisants. Des ballons où l’on a franchi, des lancements de jeu où l’on passe la ligne d’avantage, on fait alors le plus dur. On a de bons finisseurs mais il y ces petits en avants. Il faudra rebondir vite.

 

Est-ce l’adversité du jour qui ne pardonne pas les quelques erreurs dont tu fais échos ?

On est face à une équipe des Saracens qui ne pardonne pas. Peut être que face à un autre adversaire cela aurait été autre chose… La seule action que nous avons bien réussi, comme nous l’avions travaillé avec cinq temps de jeu amène un essai. Mais ça ne suffit pas. Comme je l’ai dit aux joueurs, il ne faut pas se contenter, on a du travail mais au contraire il ne faut pas non plus se sentir trop loin. On était au niveau. On les a fait souffrir. Ils étaient marqués physiquement. Ils ont eu ce petit degré de chance que nous n’avons pas eu.

 

 

« On aurait pu l’emporter »

 

 

Quel sentiment vous anime-t-il ce soir ?

De la frustration. On voit bien que l’on gagne le match face au Munster, on se donne les moyens de rivaliser avec les Saracens même si beaucoup nous donnaient aucune chance de rivaliser. Mais on rate ces petites choses qui font la différence. Il y a la frustration parce que l’on se dit que l’on a fait le plus dur, on a eu les ballons, on a eu la conquête, on a eu la défense et on a eu les actions avec des temps de jeu… Tout. À un moment ou un autre nous avons tout eu pour dominer cette équipe. Mais voilà. Ça fait vingt ans que j’entends cette phrase « Le détail qui compte, c’est une leçon… »…

 

As-tu le sentiment d’avoir passé beaucoup de temps à défendre lors de la première mi-temps ?

Oui, j’ai eu la sensation, mais encore, c’est… On a regardé les statistiques, les différentes situations, et oui on a passé du temps à défendre, plutôt bien, sauf que lorsque l’on récupérait le ballon nous le redonnions trop rapidement. Avec une équipe comme les Saracens, capable de développer un beau jeu, on se met en danger. C’est ce qui fait que l’on quitte la pelouse avec dix-sept points de différences à la mi-temps. Ils ont été très difficiles à remonter. Et avec les actions que l’on se procure en deuxième mi-temps, on croyait franchement à la victoire. On aurait pu l’emporter.

 

Quel est ton discours à la mi-temps ?

Je fais un peu le même bilan que je fais maintenant. Continuer à faire les efforts. Parce que pour un avant qui fait ces efforts en conquête et qui n’est pas récompensé, c’est difficile ensuite de garder cet enthousiasme dans les déplacements et replacements. Je m’en foutais du score à la mi-temps, j’ai été clair et net. Mais on voulait voir ce qui se passerai si l’on gardait cette même qualité de conquête en ajoutant une plus grande utilité de nos trois-quarts. On avait des schémas qui allaient ensuite les mettre en difficulté. C’est ce que l’on a fait plutôt pas mal d’ailleurs. Nous sommes donc reparti avec les mêmes bases qui étaient bonnes en voulant être meilleur dans l’utilisation. On s’améliore mais on ne finit pas de planter ce coup de bâton qui aurait alors fait mal.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 23/10/2012 par ceusette
Avec un tel score, on ne peut plus parler de "détail"... Et encore, si les Sarries n'avaient pas fait un gros match (45-0 contre Edimbourg) la semaine d'avant, on aurait pris peut-être encore plus la marée... Plus sérieusement, le RM92 n'a pas fait un mauvais match. C'est ça qui m'inquiète. Si l'équipe avait mal joué, manqué d'envie, passé à côté du match... On aurait pu se dire "ça arrive" et "on peut corriger ça". Là, les Anglais jouaient franchement un cran au-dessus, sans s'être donné complètement à fond. Toutes ces fautes et ces "détails" reflètent justement cette différence de niveau. On s'est peut-être un peu mentis sur le match contre le Munster, sous la pluie, dans des conditions particulières... On a oublié que ce match aurait pu être perdu.Contre les Anglais, la compo de l'équipe était prometteuse, mais peut-être pas adaptée à ce match ? Les lignes de 3/4 n'avaient que peu joué ensemble, donc ont sans doute manqué d'automatisme. Mais le problème est urgent, c'est là où pêche le Racing en ce moment: l'attaque. Pourtant, et c'est paradoxal, je trouve que l'équipe joue mieux que l'année dernière, et malgré ça, elle semble avoir plus de mal à gagner... Peut-être que cette équipe est trop jeune, a besoin de se bonifier, mais pourra faire vraiment quelque chose la saison prochaine.
Le 22/10/2012 par RobbieDougan
Nous peuvons confirmier que Racing a limoge Berbizier, Pascal et video homme Simoni. Pierre Biz peuvent desormais recueillir au chomage.....bien fait Jacky!
Le 22/10/2012 par hub15
Il me semble que rame2 et Flag résumez assez bien l'article et la pensée du cher entraineur...On s'accorde a dire que l'on paye des détails, par rapport a un boulot énorme fait par le staff et les joueurs sur les fondamentaux sur lesquels on a plus plus que rivalisé ac les british réputés ds ces domaines ! Je trouve que le RM92 fait du beau boulot, il en reste, on a gagné contre le munster nous aurions pu le faire aussi au saracens...
Le 22/10/2012 par coincoin1er
Cher entraineur, si pour vous une défaite est juste une erreur (cela fait juste la 100e fois qu'il cite ce mot depuis le début de la saison), alors vivement la prochaine saison avec duo d'entraineurs pour qui la victoire ne sera pas une erreur !
Le 22/10/2012 par FBHWalker
RACING est maintenant un club et de l'equipe dans une confusion totale!
Le 21/10/2012 par Flag C&B92
Totalement d'accord avec rame2 ! Personnellement, je n'ai pas trouvé notre équipe "à la ramasse". Avec plus de précision et de justesse, il y avait la place pour un BD au moins. Mais entre les touches pas trouvées et les en-avants à répétition, et ajoutez à ça le carton jaune de Le Roux (faute plus que grossière, qui pénalise une équipe déjà en difficulté), il est clair qu'il n'est pas possible de gagner contre une équipe vive et précise. Le coeur et l'honneur sont nécessaires, soit, mais ne suffisent malheureusement pas.
Le 21/10/2012 par rame2
M.Quessada svp bannissez ce mot "détails" de votre bouche car toutes ces fautes qui vous font perdre de nombreux matchs sont en réalité des montagnes d'erreurs auquelles il faut impérativement apporter une solution. Il vous appartient naturellement d'enfoncer le clou dans la tête de vos joueurs afin que ces erreurs disparaîssent. Les grandes équipes réussissent bien mais après un gros travail. Il est vrai que Saracens est une grosse équipe et la différence s'est vue sur le terrain et au score

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 27 septembre 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
 
 
Playlist du mois