En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

ST vs RM 92 - Souvenez-vous...il y a 1 an 1 mois et 21 jours

ST vs RM 92 - Souvenez-vous...il y a 1 an 1 mois et 21 jours

Publié le 31/10/2012

Souvenez-vous il y a 1 an 1 mois et 21 jours quand s'est joué le dernier Stade Toulousain vs Racing Metro 92. Les Ciel et Blanc étaient allés disputer au champion en titre le match qui sera quelques mois plus tard élu plus belle rencontre de la saison 2011-2012. En menant jusqu'à la 74ème minute, les Ciel et Blanc, qui avaient vu très tôt Benjamin Fall sortir sur blessure, celle là même qui l'écartera des terrains durant plusieurs mois, étaient passés tout près de l'exploit. (Crédit : Julien Poupart / Attitude Rugby).

 

 

Le Racing Metro 92 s'est incliné de justesse au Stadium face au Stade Toulousain à l'occasion de la 3ème journée de Top 14 (41-36) et concède ainsi la première manche du Trophée de Coubertin, au terme d'un match formidable couronné de sept essais (4 côté toulousain, 3 côté ciel et blanc) . A défaut d'avoir remporté une rencontre à sa portée, le Racing se console tout de même avec le point de bonus défensif et occupe ce soir la deuxième place du classement, à trois longueurs du leader, Clermont.


Il est des matchs dont on aimerait qu'ils ne s'arrêtent jamais. Ce Toulouse-Racing, d'ores et déjà inscrit au palmarès des plus belles rencontres de la saison, en fait incontestablement partie. De par la qualité du spectacle fourni, sept essais au total, de par son scénario à suspense, le Stade Toulousain ne prenant un avantage définitif que dans les dernières minutes, et de par son engagement physique exceptionnel, les deux formations multipliant les temps de jeu à un rythme fou, ce match restera dans les mémoires.
 

Cette rencontre, c'est donc finalement le Stade Toulousain qui l'aura remportée. Il était pourtant mené par le Racing à dix minutes de la fin; Mathieu Lorée venant d'offrir d'un sublime et subtil par-dessus le troisième essai ciel et blanc à son capitaine Jacques Cronjé (68', 28-36).


Il restait donc dix minutes à jouer et le Racing n'avait jamais sans doute été aussi près de faire chuter Toulouse dans son antre. Mais très vite, les Ciel et Blanc se retrouvaient réduits à 14 pour les dernières minutes, Eddy Ben Arous écopant d'un carton jaune plus que sévère pour un plaquage qui ne méritait sans doute qu'une simple pénalité (71'). Luke McAlister passait les trois points et ramenaient les siens à 5 petites longueurs (71', 31-36).


Sur le renvoi, les locaux relançaient de leurs propres 22m et inscrivaient, au bout d'une action superbe, leur quatrième essai de l'après midi par l'intermédiaire de Yannick Jauzion (74', 38-36). Passés devant, les coéquipiers du centre international, auteur de deux essais cet après-midi, se détachaient même irrémédiablement lorsque McAlister couronnait une performance d'ensemble de classe mondiale en plantant une pénalité de 63m (78', 41-36).


Sur une dernière balle de match pour le Racing sous forme de touche dans les 22m adverses, Thomas Bianchin ratait son lancer et si le ballon était bien récupéré par le Racing, il butait sur une défense rouge et noir féroce avant de déposer les armes. Avec les honneurs, mais non sans regrets.


Car ce match, les Ciel et Blanc avaient les moyens de le gagner. Sans rien retirer à la performance de Toulousains toujours aussi impressionnants et inimitables quand il s'agit de faire vivre le ballon, les Ciel et Blanc repenseront sans doute à des erreurs évitables payées cash. On en veut pour preuve le premier essai toulousain consécutif à un en-avant francilien parfaitement exploité en contre par Yannick Nyanga et ses copains (13', 7-7).


Les espoirs de victoire ciel et blanc étaient pourtant au beau fixe à ce moment-là puisque Sireli Bobo avait été le premier à trouver la lumière au bout d'une attaque en première main parfaitement exécutée dans les 22m adverses (4', 0-7).


Au beau fixe, comme ils l'étaient encore en début de seconde période lorsque Vereimi Vakatawa concluait un magnifique mouvement ciel et blanc de 60m sous les poteaux toulousains, ramenant les siens à seulement deux petites longueurs (46', 25-23).


A cet instant, et alors que Toulouse avait plutôt dominé le premier acte, c'est bien le Racing qui posait sa main sur la rencontre. Il aurait pu la concrétiser plus tôt si Antoine Battut n'avait pas été très sévèrement pénalisé pour avoir plongé dans un regroupement alors que les Ciel et Blanc tenaient le ballon à quelques centimètres de la ligne rouge et noir (60').


Qu'importe, vingt minutes plus tard, Gaëtan Germain, rentré en première période à la place de Benjamin Fall blessé, enquillait sa deuxième pénalité longue distance et le Racing semblait se diriger tout droit vers un exploit (66', 28-29). L'essai de Cronje et l'écart creusé alors (+8) ne faisant que renforcer ce sentiment. Même la sortie de Wisniewski sur crampes, remplacé par Descons, n'était pas parvenu à troubler la maison (54').


Mais, on l'a déjà dit, l'exploit a fini quand même par s'envoler dans les dernières minutes. Et au coup de sifflet final, sûr que la déception a dû être grande dans les rangs franciliens. Certains diront que les Racingmen l'ont bien cherché, commettant trop d'erreurs pour espérer battre une équipe du calibre de Toulouse. D'autres salueront plutôt la belle prestation des Toulousains, auteurs d'envolées offensives dont ils portent seuls le secret. D'autres encore souligneront le rôle de l'arbitre qui, par quelques décisions contestables, a peut-être contribué à faire basculer le match.


Une chose est sûre, il fallait un vainqueur, et le Stade Toulousain en est un beau. Mais comme il faut être deux pour faire un beau match, rendons hommage aux deux formations pour le fabuleux spectacle offert à tous les amoureux de rugby. Le Baron Pierre de Coubertin aurait sûrement apprécié.


FEUILLE DE MATCH


STADE TOULOUSAIN v RACING METRO 92

Top 14, 3ème journée - Trophée de Coubertin, match aller - Stade Municipal de Toulouse - Arbitre: M. Cardona

 

Les équipes:


Stade Toulousain: Poitrenaud - Delasau (Matanavu, 47'), David (Fritz, 60'), Jauzion, Donguy - McAlister, Doussain - Nicolas, Galan (Sowerby, 60'), Nyanga (cap) - Maestri, Lamboley - Montès (Falefa, 49'), Guinazu, Hoeft.
Entraîneurs: Guy Novès, Yannick Bru, Jean-Baptiste Elissalde


Racing Metro 92: Fall (Germain, 24') - Bobo, Chavancy, Boussès, Vakatawa - Wisniewski (Descons, 54'), Lorée - Qovu (Le Roux, 61'), Cronje (cap), Battut - Van der Merwe (Dellapé, 47'), Ghezal - Sa (Orlandi, 55'), Arganese (Bianchin, 75'), Brugnaut (Ben Arous, 66').
Entraîneurs: Pierre Berbizier, Simon Mannix

Evolution du score: 0-5, 0-7, 5-7, 7-7, 7-10, 7-13, 12-13, 14-13, 17-13, 20-13, 20-16, 25-16 - MT - 25-21, 25-23, 28-23, 28-26, 28-29, 28-34, 28-36, 31-36, 36-36, 38-36, 41-36 - FM


Les points:


ST
Essais: Nyanga (13'), Jauzion (22', 74'), Poitrenaud (40')
Transformations: McAlister (14', 23', 75', 78')
Pénalités: McAlister (30', 33', 57', 72')
Drop:


RM 92
Essais: Bobo (4'), Vakatawa (46'), Cronje (68')
Transformations: Wisniewski (5', 47'), Germain (67')
Pénalités: Wisniewski (16', 19', 37'), Germain (62', 66')
Drop: /


Les cartons:


ST
Jaune: /
Rouge: /

RM 92
Jaune: Ben Arous (71')
Rouge: /


 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 16 août 20H45

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois