En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

Simon Says - Episode 4

Simon Says - Episode 4

Publié le 13/12/2010

"Simon Says", en anglais, c’est l’équivalent de "Jacques a dit". Alors quand Simon Mannix a accepté de faire une chronique régulière sur le site officiel du club, son titre s'est imposé comme une évidence. Pour ce quatrième épisode, Simon livre son regard sur le rugby anglais, lui qui a passé sept ans de l'autre côté du Channel.

Simon Says... "Read Episode 4 !" Go!
 

"A mon arrivée en 1996, au début du professionnalisme, l’Angleterre était le premier pays européen à embrasser cette évolution. Très vite, ils se sont adaptés aux exigences du haut niveau. J’ai joué sept ans là-bas ; deux à Sale et cinq à Gloucester, et j’ai donc découvert un style de jeu très discipliné, tant en dehors que sur le terrain.


C’est notamment grâce à ça que les Anglais ont été sacrés champions du monde en 2003. Avec Clive Woodward, ils avaient vraiment passé un cap sur le plan de la préparation, à tous les niveaux. Ils s’étaient donnés avaient les moyens de le faire. Un vrai système avait été mis en place, et l’accord passé entre les clubs et la Fédération était fait pour aider l’équipe nationale.

Cependant, cette discipline avait un revers. On leur reprochait notamment de former des joueurs-robots. Tous la même taille, tous très rapides, tous à buter comme Jonny Wilkinson, tous produits à partir du même moule.


Mais quand je jouais là-bas, les Anglais nous demandaient souvent à nous, les étrangers, notre point de vue sur le jeu. Et non seulement ils demandent mais en plus ils apprennent vite. Aujourd’hui, ils cherchent à renouveler leur style. Parce que c’est quoi leur identité ? A chaque fois que tu rencontres une équipe anglaise, tu sais que tu auras affaire à une équipe super disciplinée, super rigoureuse, et qui maîtrise parfaitement les bases, l’ABCD. Et qui ne lâche rien.
 

Or maintenant, on constate une vraie évolution. Le match que le XV de la Rose a produit face à l’Australie par exemple était une sacrée performance face à l’Australie. Certes, ils ont tout de même perdu les deux autres matchs face à la Nouvelle-Zélande et à l’Afrique du Sud, mais on voit que Martin Johnson et son staff ont pris conscience des leçons à prendre de l’Hémisphère Sud : Si tu es efficace en portant le ballon, si techniquement tu es bien, il n’y a pas de raison de ne pas jouer dans tous les sens. Et avec les joueurs qu’il y a actuellement, les Ben Foden, Toby Flood, Chris Ashton, etc., on voit que c’est possible. A un an de la Coupe du Monde, c’est le bon moment.

D’ailleurs, cette évolution se voit aussi dans le championnat. Des équipes comme les Saracens ou Northampton, leader en ce moment, produisent un jeu super intéressant. Et les Saracens, lors de la première rencontre de HCup à Clermont par exemple, ont produit un jeu monstrueux. Ils ont perdu le match, d’accord, mais seulement parce qu’ils n’ont pas réussi à trouver l’équilibre ; par manque d’efficacité.
 

Très intéressant ce match d’ailleurs, puisque la seule manière d’évaluer le vrai niveau du championnat anglais, ce sont les résultats en Coupe d’Europe. Personnellement, je crois que le championnat anglais est monté d’un cran cette saison, même si le Top 14 reste la référence. En France, le jeu n’est peut-être pas aussi rapide, mais physiquement c’est très très dur.

Si je devais conseiller un joueur néo-zélandais qui souhaite venir en Europe, je lui dirais de venir plutôt en France. L’expérience de la culture et du rugby est plus enrichissante ici. Et puis pour un étranger en Angleterre, c’est dur. Si les choses se passent bien, tu es le roi du monde. Par contre, quand les choses se passent moins bien, si tu es un étranger, ça devient super compliqué. Je pourrais donner 10 000 exemples de ça.


Mais ça ne peut pas être toujours de la faute des étrangers. Si c’est un étranger qui fait la faute, d’accord mais sinon il n’y a pas de raison qu’il ne soit pas traité comme un joueur français. Il faut être critique mais juste. J’ai vécu le mauvais côté de ça en Angleterre et c’est une leçon que je n’oublierais jamais."

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 15/12/2010 par LIEVREMONT DEMISSION
BRAVO POUR CELUI QUI A REUSSI A TRADUIRE LES PHRASE DE SIMON!!! Personnelement, je ne comprend jamais rien
Le 13/12/2010 par Serval
Simon, je t'aime!!

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 19 avril 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois