En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

'We are the champions'

'We are the champions'

Publié le 04/09/2009

C’est un véritable affrontement de titans qui s’annonce ce dimanche, à 15h sur la pelouse du stade Yves-du-Manoir de Colombes. Le Racing-Métro 92, champion de Pro D2 en titre, rencontre l’Union Sportive des Arlequins de Perpignan, lauréat 2009 du Top 14, pour un match qui s’annonce comme l’un des plus compliqués à négocier pour les Ciels et Blancs à domicile.. Au menu : courage et audace.

« We are the champions, my friend ». A tous les coups, c’est le même rituel : Freddy Mercury et son Queen prennent d’assaut les stades et entament un fameux morceau devenu symbole mondial de réussite sportive. « No time for losers, cause we are the champions, of the world ». Que ce soit du monde, d’Europe, de France ou de Meurthe et Moselle, tous les stadiers du monde gardent dans une des armoires du Club-House un exemplaire du CD de Queen, pour le ressortir et le dépoussiérer, le cas échéant, dans l’ambiance chaleureuse des finales de juin.

Cela a été le cas à Colombes, un soir de mai 2009. Alors que le Racing-Métro 92 est officiellement champion depuis une semaine, le tube inonde les travées du stade Yves-du-Manoir pour la remise du bouclier au capitaine Simon Raiwalui. Un mois plus tard, rebelote. Le peuple catalan a décroché le « Planxot », 54 ans après le titre de 1955 et Freddy hante plus que jamais l’atmosphère dionysienne du Stade de France. Ce samedi, tout cela sera oublié. Une nouvelle saison a commencé, les cartes sont redistribuées et c’est un véritable choc de champions qui s’annonce.

Sempre Endavant


D’un côté, il y aura l’USAP, club aux 7 titres de champion de France, qui reste sur un début de championnat globalement positif soldé par une victoire à domicile face à Bayonne, une défaite surprenante à Montpellier et deux matchs pleins face au Stade Toulousain et à Brive, plus que jamais ambitieux.

Au menu du recrutement du champion de France, un minimum d’arrivées pour à peu près autant de départs. Renforcé de seulement trois joueurs, l’Usap joue la stabilité et va s’apppuyer pour cette saison sur le groupe Champion de France soutenu par les recrues Bourrust, Depagne et Tchale-Watchou. Les jeunes du cru auront plus que jamais leur mot à dire comme cela a été le cas les saisons dernières avec les révélations Perez, Mélé, Vilaceca et autres Porical. Depuis le début de l'ère Goze, l'Usap est devenue un savant alliage de cohésion et de continuité. Cette force, le groupe catalan a su la trouver dans les origines catalanes d’une majorité du groupe, appuyé par une jeunesse surmotivée par l’envie de porter la tunique sang et or. Reste aux Catalans à s’imposer sur la durée afin de légitimer le titre glané la saison dernière.

Niveau objectif, fort de son statut de champion, le club catalan vise clairement un des deux titres qui font la motivation des clubs du haut du tableau : le Top 14 ou la HCup. Ce chemin vers la confirmation est tracé depuis le début de la saison et la rencontre face au Racing sera sans nul doute une étape périlleuse à franchir. Quoi qu’il en soit, ils se déplacent au stade Yves du Manoir avec la ferme volonté de consolider sa suprématie nationale face à un club annoncé par les médias comme un probable cador du Top 14.

Le futur a déjà sa légende


Cette équipe, c’est le Racing-Metro 92, de retour dans l’élite du rugby français après 10 ans de purgatoire en seconde division. Le club mené par Pierre Berbizier a su répondre dès la première journée aux exigences de l’élite en sachant aller s’imposer sous la chaleur d’Albi face à l’autre promu de la saison. Trois matchs plus tard, une défaite pleine d’espoir à Toulon, un premier match à domicile formidablement négocié face à Bayonne, et le rencontre de mercredi perdu sur le fil à Bourgoin, les Ciels et Blancs s’apprêtent à affronter ce qui se faisait de mieux la saison dernière. Des arguments prônant en faveur de la victoire, le club des Hauts de Seine en possède.

En premier lieu, la victoire prometteuse du 7 août remportée en amical face à ces mêmes perpignanais, alors encore en phase de rodage et dans la fête du titre. Une célébration de deux mois, ça laisse forcément des traces. Contrairement au match amical disputé une semaine plus tôt face à Toulon, les consignes avaient alors évolué (à Toulon l’objectif était de jouer au maximum afin de répéter les lancements de jeu) et il était désormais question de jouer un match complet dans tous les compartiments du jeu.

Au final, les Racingmen s'étaient imposés par 23 à 20, engendrant au passage la confiance suffisante pour ne pas être déstabilisé, il faut l’espérer, par la venue du champion « à la maison ». Deuxième argument, et de taille, le recrutement. Chabal, Nallet, Cronje, Vaquin, Fortassin & Co ont déjà montré toute l’étendue de leur talent. Sans oublier François Steyn, la révélation sud africaine de la Coupe du Monde 2007, qui doit rejoindre ses nouveaux coéquipiers dès le 15 septembre, une fois le Tri Nations achevé, et renforcer les lignes arrière avec son jeu au pied surpuissant et une « vista » digne des plus grands.

Samedi à Colombes, ce sera, quoi qu’il arrive, une après-midi de rugby passionnante. Les deux packs en présence sauront s’affronter et répondre au défi physique imposé par l’adversaire. Derrière, nous devrions assister à une séance de rugby « la balle à l’aile, la vie est belle » tant la fluidité et la rapidité des ½ de mêlée, ouverture, centres et consorts des deux équipes est captivante. Phase de poule oblige, l’animateur du stade Yves du Manoir n’aura pas à dépoussiérer son cd de Queen, mais, à n’en pas douter, l’âme de Freddy va planer dans l’atmosphère du stade, aux bons souvenirs de la saison dernière.

Notez cet article

 

Actualités relatives à ce match

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 19 avril 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois