REI - Le bilan à mi-parcours

REI - Le bilan à mi-parcours

2013/12/31

Premiers de leur poule et invaincus jusque-là, les Reichel du Racing-Metro 92 ne pouvaient pas rêver mieux pour les vacances de fin d’année. En attendant la reprise des entrainements le 7 décembre prochain, faisons un petit retour sur cette première partie de saison, avec les coaches Florent Guichard et Alexandre Compan.

 

 

 

LE DEBUT DE L’AVENTURE

Alexandre Compan: En début d’année on s’était fixé l’objectif de gagner à la maison contre Clermont, afin de partir sur des bonnes bases. Au final on a décroché le match nul, mais un nul qui reste tout de même satisfaisant, notamment dans le contenu qui a été proposé. Ca a donné la « LA » pour lancer la saison. On a enchainé les victoires depuis et on a été au rendez-vous lors de chaque échéance.

Florent Guichard : En début de saison on s’est retrouvés avec un groupe très hétérogène, avec un tiers de l’effectif qui montait de Crabos, un tiers d’effectif Reichel deuxième année et, le dernier tiers, qui étaient des recrues. Il a donc fallu construire cette équipe autour d'un projet de jeu commun, lui donner une vraie couleur rugbystique et créer des liens entre les joueurs. Le mini stage à Thouars et le stage avec les pompier ont vraiment permis de rapprocher les joueurs.

 

 

LE GROUPE

A.C. : Le bon point que l’on avait vu avec Flo, c’est qu’on avait en face de nous un groupe combattif, à fond derrière le projet de jeu. Il y a eu une vraie implication de leur part qui s’est ensuite démontrée sur le terrain, ou l’on a produit des choses très intéressantes. Par exemple, avant le match face au Stade Français on a laissé les joueurs construire leur semaine de préparation. Ils se sont appropriés la chose, du coup on sent vraiment qu’on tend tous ensemble vers un même but.

F.G. : Les joueurs adhèrent entièrement à notre projet de jeu, qui est assez excitant à jouer et ambitieux, tourné vers l’offensive. On leur laisse une grande liberté avec une grande place pour l’initiative individuelle. On les encourage à prendre des risques, à tout simplement s’épanouir. Du coup le groupe s’est homogénéisé, avec des joueurs nouveaux au départ, qui ont trouvé une place dans ce collectif.

 

 

LE DECLIC

A.C. : Avant le match face à Dijon, avec Florent on sentait qu’il y avait quelque chose dans ce groupe, mais que ça ne demandait qu’à éclore. Le vrai déclic ou on a senti des joueurs mobilisés à 100% derrière le projet de jeu, c’est justement ce match de Dijon. On est partis là-bas avec un effectif diminué et un groupe largement remanié. Le scénario catastrophe se poursuit au cours du match, ou on subit une hécatombe de blessures. Mais les joueurs ne se sont pas laissés abattre et sont restés concentré sur le plan de jeu que l’on avait mis en place, ce qui nous a permis de gagner.

F.G. : On n’est certainement pas l’équipe la plus forte de la poule, au niveau des individualités. Toutefois collectivement on peut se hisser très haut et, on l’a prouvé à Dijon. Les joueurs ont montré une implication très satisfaisante, avec certains qui avaient moins joué et qui nous ont démontré sur ce match que l’on pouvait compter sur eux. Un vrai groupe est né de cette victoire, forgé dans le combat collectif, le sacrifice pour l’autre. S’il y avait à mettre en avant un match, c’est celui-là.

 

 

L’INSTANT CHOISI

A.C. : Au risque de me répéter, la situation que l’on a vécue avec Florent à Dijon était assez spéciale. On arrive motivés sur le terrain, en dépit des aléas rencontrés, mais là on a quatre blessés en 26min. Et pas des moindres, vu que l’on se retrouve avec un troisième ligne replacé au centre et, notre capitaine et notre leader de touche sur le carreau. On se regarde avec Florent en se disant qu’on était victimes d’une malédiction, que le ciel nous tombait sur la tête. On en riait jaune, mais au final on s’en sort bien.

F.G. : On suit les joueurs au cours de l’année, avec des entretiens individuels au cours desquels on fait le tour de leurs attentes et on fixe les objectifs. Lors de l’entretien de mi- saison avec certains, j’ai reçu plusieurs joueurs qui ont été recrutés cet été et qui pour la plupart découvraient le niveau Reichel. Lorsqu’à la fin de l’entretien je leur faisais remarquer que maintenant ils étaient au Racing, invaincus et premiers de leur poule en championnat Reichel, ils ont tous observé un temps de latence, comme si ils réalisaient petit à petit la chose. Ils ont changé de statut et, ils doivent l’accepter.

 

 

LA FIN DE L’ANNEE

A.C : La fin de ce début de saison a été assez compliquée à gérer, vu que l’on s’est retrouvé sans match à jouer. Du coup on a tenu à ce que les joueurs restent concernés avec une redéfinition de la structure d’entrainement, avec plus de travail sur les individualités. On a passé du temps sur des ateliers techniques, en perfectionnant les automatismes de chacun.

F.G. : Actuellement on est confrontés à une situation délicate, puisque l’on n’a pas eu de match depuis près de deux mois. C’est comme si on revivait un deuxième début de saison, avec le besoin de remettre en marche la machine du collectif, afin de pas perdre pied sur notre cadence, qui est en soit très satisfaisante. L’enjeu c’est de remettre les joueurs en jambes, sans trop forcer d’entrée, afin d’éviter les blessures. Un vrai travail de préparation physique sera mis en place afin de prévenir tout pépin. En ce qui concerne le jeu, il s’agira de leur remettre le pied à l’étrier, avec deux semaines afin de se préparer aux affrontements qui vont suivre, notamment avec trois gros matches dès la reprise.

 

 

LE DEBUT DE LA PHASE RETOUR

A.C : Comme lors du début de saison on attaque dans le dur dès la reprise, avec un déplacement à Clermont, une réception de Massy et, un deuxième déplacement à Bourgoin. On se déplace chez respectivement le deuxième et le troisième de la poule et, on affronte Massy contre qui rien n’est jamais vraiment facile. Ce bloc de trois matches  va donner le ton pour la suite de la saison et les joueurs en sont conscients. Notre touche et notre mêlée sont très satisfaisantes, ce qui nous permet d’être solides en conquête. Par contre sur les coups de renvoi on est un petit peu en difficulté, comme sur la gestion de nos temps forts et nos temps faibles. Il va donc falloir travailler sur ça, comme sur la lecture du jeu adverse, afin de pouvoir continuer sur une bonne dynamique.

F.G. : Les trois matches qui nous attendent marqueront surement un tournant dans la saison. Avec un premier affrontement face à Clermont, on ne pouvait rêver mieux comme retour aux affaires. Va falloir que les joueurs se remobilisent rapidement, afin de ne pas gâcher ce que l’on a accompli depuis le début de saison. Les trois équipes que nous allons affronter sont nos trois principaux poursuivants, nous allons donc nous replonger dans notre projet de jeu, ce qui nous réussit plutôt bien. Ce serait magnifique de continuer sur notre invincibilité, mais ce n’est pas ce qui nous préoccupe. On sait que la défaite peut arriver, mais ce n’est pas pour autant que ce sera la fin de quelque chose. Le vrai problème c’est que ce groupe ne connait pas encore la défaite et n’a pas du tout envie de la connaitre, il faudra donc voir comment ils pourront gérer une éventuelle déconvenue. L’invincibilité au terme de la phase retour n’est pas vraiment importante, notre priorité c’est de continuer à proposer ce jeu offensif et ambitieux que l’on s’efforce à mettre en place. A partir de là tout peut devenir possible…

 

 

Axel Cornic

Rate this article

 
More articles

Your reactions

There are no comments

Add a comment

 
  All * fields are mandatory.

Next match

Saturday 01th November 6:30 pm

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois