En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

A.Gazon au Sénégal pour les Enfants de l'Ovale

A.Gazon au Sénégal pour les Enfants de l'Ovale

Publié le 27/02/2013

Présidé par Philippe Sella, l’association les “Enfants de l’Ovale” est née d’une ambition simple :  transmettre les valeurs du rugby à des jeunes en manque de confiance et de repères pour s’intégrer dans leur environnement. Au delà d’interventions directes auprès des enfants, l’association œuvre à la formation d’éducateurs afin de les rendre autonomes dans leurs interventions auprès des jeunes une fois les bénévoles rentrés en France. C’est dans ce cadre qu’Alain Gazon s’est rendu au Sénégal.

 

 

 

Alain, où es-tu parti pour cette action de bénévolat ?

 

Je suis parti pour une association qui s’appelle les « Enfants de l’Ovale  » dont le président est Philipe Sella. Nous nous sommes rendus au Sénégal, près de Dakar, pendant une semaine pour y former des éducateurs locaux à l’enseignement du rugby.

 

 

Tu intervenais donc dans une structure déjà en place là-bas ?

 

C’est l’association qui finance une partie de l’école de rugby qui existe déjà, où il y a pratiquement 150 enfants. Officiellement, il y a en a beaucoup plus car il y a aussi les enfants de la rue qui viennent régulièrement sur les terrains. C’est une structure qui a été financée dans un premier temps par Monaco, puis par les « Enfants de l’Ovale » qui finance à hauteur de 15 000€ par an environ.

 

 

Concrètement, tu y étais pour former des éducateurs?

 

Nous avons effectivement fait de la formation d’éducateur, vingt-et-un au total, venus des quatre coins du pays. C’est une formation officielle inspirée de celle de la Fédération Française de rugby. L’école n’est pas obligatoire au Sénégal et, les enfants ayant beaucoup de temps libres, nous les avions pratiquement tous les après-midis, garçons et filles confondus.

 

 

Quel est le but d’une association comme celle-ci ?

 

De rendre les enfants heureux, tout simplement. De les sortir un peu de la panade, car ils sont bien plus souvent dans la misère qu’autre chose. L’idée est aussi pour certains de leur redonner goût à la vie.

 

 

Et quel est le niveau ces apprentis rugbymen?

 

Ils jouent très bien, même si le rugby n’est pas le sport numéro un au Sénégal qui est dominé par la lutte. Beaucoup de gamins ont un bon potentiel, une capacité physique exceptionnelle. Après, ils n’ont pas un gros gabarit à part un ou deux qui étaient grands. Mais dans l’ensemble ça va plutôt très vite. Ils jouent beaucoup à 7, discipline dans laquelle les filles vont être très forte dans quelques années. Elles travaillent dur et s’entraînent toujours avec les garçons. Il n’y a pas de catégories, tout le monde joue ensemble.

 

 

Ce déplacement était-il une démarche personnelle ?

 

J’ai beaucoup travaillé avec des enfants dans ma carrière. Je suis très ami avec Philippe Sella et fonctionne avec son association depuis une dizaine d’années. Je suis allé deux ou trois fois au Maroc, au Sénégal il y a trois ans, et pour la prochaine opération, je pense que nous irons à Madagascar. Nous devions aller au Mali mais la crise actuelle nous en a empêchés.

 

 

Une fois rentrés en France, gardez vous des liens avec les entraîneurs sur place ?

 

Oui, on conserve des liens avec eux. Le président de la Fédération Sénégalaise va venir fin mars. Le Président de la Maison de Rugby où nous étions à Dakar devrait venir passer une semaine en France. Nous lui montrerons comment nous fonctionnons au Racing. Il y a des échanges mais rien n’est facile.

 

 

En plus du savoir-faire transmis et des infrastructures financées, vous avez aussi équipé les enfants aux couleurs du Racing…

 

Oui, nous avons emmené beaucoup de choses, dont le don de Madame Lorenzetti qui nous a donné soixante-dix maillots et des casquettes que nous avons distribués aux gamins. Ils étaient enchantés. Il ont aussi reçu des médailles à l’issue du tournoi que nous avions organisé. C’était la première fois qu’ils en recevaient et ils étaient très heureux!

 

 

 

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 27/02/2013 par pp
Tres bonne idée,l'afrique est un grand réservoir de sportifs aux grandes capacités.A quand le cameroun?

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 23 août 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois