actuImage.php

BO vs RM 92 - Et de six qui font six

BO vs RM 92 - Et de six qui font six

Publié le 23/02/2013

Le Racing Metro 92 a clairement réalisé la belle opération de cette 19ème journée du Top 14. Alors que Grenoble s’inclinait à domicile face à Clermont (défaite 17 à 10), les Racingmen venaient s’imposer au terme d’un match joué sous la neige sur le score de 23 à 11. Dominateurs devant, les Franciliens ont fait preuve d’un réalisme criant avant de gérer le match en s’appuyant sur une défense pleine d'intelligence. Désormais sixièmes, les hommes de Gonzalo Quesada ont plus que jamais leur destin entre leur main. (Crédit : Emilie Manchon)

 

Certains diront que, d’un match tel que celui qui s’est disputé cet après-midi, on ne peut tirer que très peu d’enseignements sur le jeu. Que la neige mélée au vent, au froid, à la savonnette qui servait de ballon et, de fait, à un terrain indigeste, ne permettaient d’envisager l’avenir d’une équipe sur sa seule prestation du jour.  Sauf que cet après-midi, le Racing a beaucoup prouvé. On savait les Franciliens solides devant mais souvent en mal de concrétisation. L’expérience certainement... De l’expérience, les Racingmen en ont clairement fait preuve cet après-midi. Quand l’environnement ne permet pas de prendre le jeu en main, on observe l’adversaire, on s’adapte et on met en place le jeu  qu'il faut.

Dans une rencontre où, à l’évidence, les défenses primeraient sur les attaques, les coéquipiers d’Antoine Battut, capitaine pour la deuxième fois consécutive, ont fait preuve d’opportunité et surtout d’un grand réalisme. Dominateurs en première période, ils ramenaient un 13 à 3 précieux à la mi-temps. Grâce à un essai de l’ancien biarrot Manuel Carizza (17’, 5-0) transformé par Wisniewski (18’, 7-0) consécutif à un ballon au pied mal géré par les Basques, les Franciliens menaient rapidement au score. Et annoncaient la couleur : il faudra sortir un gros match pour venir déjouer leurs plans du jour.

Le drop surréaliste de Fabrice “EstabeSteyn” (25’, 10-0) venaient alors définitivement prouver l’intelligence des Racingmen. Le jeu est fermé? On se réaxe, on libère un joueur au “coup de pompe” reconnu et on tente un drop de 45m face aux poteaux. Simple, quoi que, mais très efficace. La pénalité de Peyrelongue (30’, 10-3) suivie de celle de Wisniewski (38’, 13-3) venaient clore les débats d’un premier acte qui, d'évidence, avait pris fait et cause pour les hommes de Gonzalo Quesada.

 

De retour des vestiaires, et alors que l’averse de neige devenue tempète redoublait d’intensité, les Franciliens affichaient les mêmes intentions. Revenus à 13-6 après une pénalité d'un Yachvili (58’) entré en jeu quelques minutes plus tôt , les Basques allaient faire les frais du renvoi de leurs adversaires du week-end. Sur un engagement long, le dégagement au pied de Traille se voyait contré. Carizza, à la lutte avec un basque, voyait le ballon lui échapper sous un pied adverse, puis un coup de sifflet retentir. Sauf que Descons avait suivi et aplatissait. Après visionage video, Mr Ruiz préférait accorder l’essai au demi-de-mêlée du Racing (59’, 18-6) plutôt que de le refuser pour un coup de sifflet donné trop hâtivement. La transformation de Wisniewski venait confirmer la domination d’un Racing qui menait alors 20 à 6.

 

Malgré un essai de Dubarry (64’, 20-11), la main mise des Franciliens sur le match était definitive et aurait pu se voir mieux recompensée suite à relance hasardeuse des Basques dans leurs 22. Gagné au sol, le ballon relancé par Bobo arrivait à Hernandez qui franchissait d’un crochet interieur avant d’être repris par le deuxième rideau biarrot. Mais l’arbitre revenait à une pénalité qui permettait à Wisniewski de définitivement acter la victoire des siens (70’, 23-11).

Le score en poche, les Franciliens laissaient intelligemment le jeu aux Basques qui campaient dix minutes dans les 22 adverses sans scorer. A retenir de cette fin de match passée à défendre : le force du racing, bien-sûr, mais aussi le carton jaune reçu par Qovu, hors-jeu, puis celui de Dimitri Yachvili qui venait, d’une courageuse frustration, piétiner les chevilles d’un Chavancy au sol forcé à quitter ses coéquipiers, blessé. Sauf que le centre francilien avait récupéré le ballon dans les règle de l’art au contest et même obtenu une pénalité…

 

Tant que nous garderons ces valeurs d'engagement, d'implication et de responsabilisation, je crois que nous aurons la chance de notre côté, déclarait coach Quesada en conférence de presse cette semaine. Et si un jour on met un peu moins d'enthousiasme, un peu moins d'énergie, ce sera plus dangereux. Mais pour l'instant, tout est en place pour nous donner les moyens de remplir nos objectifs”.  CQFD.

 

 

La feuille de match de la rencontre.

 

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 23/02/2013 par Rame2
Encore bravo pour cette victoire obtenue une fois de plus par le combat et l'envie d'aller plus loin. Merci aux joueurs et au staff. Allez Racing Metro
Le 23/02/2013 par Flag C&B92
Merci pour cette remontée fantastique que je n'osais même pas imaginer dans mes rêves les plus doux ! Racingmen, je vous aime ! Voilà de quoi nous remonter le moral, car l'EDF, c'est vraiment pas ça !

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

dimanche 26 octobre 18H15

VS
Infos Billetterie
 
 
 
 
Playlist du mois