actuImage.php

Dimitri Szarzewski - 'Notre destin entre nos mains'

Dimitri Szarzewski - 'Notre destin entre nos mains'

Publié le 04/03/2014

Comme à son habitude, samedi à Colombes Dimitri Szarzewski fut au cœur de combat lors de la victoire (25-15) contre Castres. Blessé à la cheville en seconde période, et malheureusement forfait pour Ecosse – France à Edimbourg, le capitaine du Racing revient sur le succès face au champion de France. Et la perspective d’une fin de saison palpitante pour les Ciel et Blanc.  (Crédit photo : Fabrice Aygalenq //Attitude Rugby)

 

 

D'abord Dimitri, comment va l'évolution de ta blessure ?

Très bien. J'ai gardé des béquilles 48 heures pour éviter de poser le pied par terre, mais depuis ce matin (mardi) je marche sans béquille. J'ai une petite entorse de la cheville droite et une contusion sur le péroné. Mais ça s'est déjà bien dégonflé et la bonne nouvelle, c'est que le ligament n'est pas touché! Je fais des soins ici au club, j'ai même ramené du matériel de kiné à la maison pour poursuivre le traitement chez moi et je ferai un point avec le staff médical dans quelques jours. Mais je devrais pouvoir reprendre la course en fin de semaine, et j'espère être rétabli pour le match contre l'Irlande le 15 mars.

 

 

Le Racing a battu samedi le champion de France en titre 25-15. Est-ce pour toi le match le plus abouti de la saison ?

 

Oui. Incontestablement avec la victoire sur Toulouse au Stade de France (25-5) c’est notre match le plus abouti. C’est vrai qu’on est bien entré dans ce match, on a cherché à avancer, on a su trouver tout de suite le lien entre les avants et les trois-quarts et on a marqué tôt. Et ça, ça nous a mis en confiance.

 

 

Sur le plan du jeu, quel était le fil rouge de cette rencontre ?

 

Le message, tout simplement, c’était mettre de la vitesse et gagner nos duels. Et on s’est aperçu que ça marche. On avait des ballons qui sortaient rapidement donc on a pu mettre du volume de jeu, créer plusieurs temps de jeu. C’est simple :  quand les ballons sortent vite et qu’on joue en avançant, le rugby devient beaucoup plus facile. Devant on a été conquérants, avec une bonne conquête en touche, une bonne conquête en mêlée. Jouer au rugby comme ça, c’est beaucoup plus facile !

 

 

Pourtant, vous manquez de peu le point de bonus offensif. Pas trop de regrets de ne pas avoir marqué le troisième essai ?

 

C’est vrai, étant donné l’engagement et l’avance qu’on a prise en début de partie on aurait pu espérer mieux. Mais en face il y avait Castres, l’équipe championne de France en titre, qui n’a jamais rien lâché. Nous, on s’est battu jusqu’au bout, mais ils ont collé au score tout au long de la partie. C’est dommage parce qu’on arrive à marquer un deuxième essai, et on se crée une occasion d’un troisième essai. J’espère juste que ça va continuer comme ça. On n’est pas encore dans les six, mais on ne va pas lâcher le morceau. Jusqu’à la fin de la saison, il nous reste cinq matches, on va les jouer à fond, il ne faut pas avoir de regrets. On a encore notre destin entre nos mains, et c’est ça le plus important.

 

 

On dirait même que contre Castres, la mayonnaise Ciel et Blanc est en train de prendre définitivement…

 

Oui bien sûr. On le sent, ça va de mieux en mieux. La semaine précédente à Bordeaux on était pris dans l’agressivité. Mais quand on met les ingrédients qu’il faut, quand on respecte les fondamentaux du rugby, et qu’on arrive à trouver un peu plus de cohésion, des repères ensemble, on arrive à faire de belles choses. Il faut continuer de croire en nous, continuer de progresser, ne pas trop douter pour la suite… et je suis persuadé qu’on sera capables de faire de bons matches.

 

 

Bref, c’est une bonne base pour préparer le prochain match, le déplacement à Grenoble le 22 mars?

 

C’est clair, ça va être un match très important. Ce weekend, les Grenoblois ont perdu à Brive, et on leur passe devant. Ils n’ont pas pris de points, et vont vouloir rattraper cette défaite. Mais comme je le dis depuis quelques semaines, maintenant ce ne sont que des matches couperet, des matches de phase finale, et à Grenoble, ça va en être un autre. Si on veut continuer, si on veut pouvoir espérer se qualifier, il va falloir y aller avec des ambitions, et des intentions pour pouvoir s’imposer. Il ne faut pas se cacher, toutes les équipes maintenant ont besoin de points, et nous, on sait très bien que ce sera très difficile à Grenoble. À nous de bien nous préparer, de pas trop lâcher la pression. Pour ceux qui sont en vacances, pour bien récupérer il faut quand même un peu décompresser. Mais toujours avec une pensée pour le match à Grenoble !


 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 04/03/2014 par grandvoyageur
Contre Grenoble, il y a un gros coup à jouer car les concurrents directs au TOP6 vont se neutraliser lors de la prochaine journée. J'aime bien la consigne "mettre de la vitesse et gagner ses duels". C'est simple et efficace. J'y ajoute "jouer tous les coups" pour mettre un supplément d'audace et d'âme dans notre jeu. Bravo à toute l'équipe et prompte rétablissement à Dimitri.

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 01 novembre 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois