actuImage.php

LOU v RM 92 - Bergamasco : 'Continuer à y croire'

LOU v RM 92 - Bergamasco : 'Continuer à y croire'

Publié le 17/02/2012

Après avoir fait son retour sur le terrain lors de la défaite face à Clermont  le week-end dernier, Mirco Bergamasco retrouve une place de titulaire à l’aile de l’attaque Ciel et Blanche. L’Italien, qui n’avait plus connu pareille situation, en club, depuis plus de neuf mois, évoque son retour sous le maillot du Racing Metro 92 mais également l’Italie et le Tournoi des VI Nations.


Mirco, ça fait du bien de retrouver le terrain après cette blessure à l’épaule qui vous a handicapé durant trois mois ?


Ça fait du bien. On peut se décharger, se défouler sur le terrain. Ce n’était pas la blessure la plus importante, mais trois mois et demi c’est tout de même long. J’avais hâte de retrouver le terrain, les copains, l’équipe et la compétition. Également de donner mon coup de main. Et au moins je ne stresserai pas, seul, devant l’écran.

 


Pendant cette absence, comment et quel domaine avez-vous travaillé ?


J’ai beaucoup travaillé le physique et notamment les jambes avec de la musculation ainsi que de la course. Ensuite, il y a un mois, j’ai pu reprendre le travail du haut du corps, les placages. Les automatismes reviennent vite. Ce qu’il y de positif, c’est que j’ai été à l’arrêt durant un mois, pour reprendre ensuite très rapidement. Après, au fur et mesure, j’ai suivi les séances de vidéo collectives et des trois-quarts. Mais j’attendais avec impatience le jour où, je pouvais reprendre le contact.

 


Votre dernière titularisation sous le maillot du Racing Metro 92 remonte à la victoire face à Agen (51-34) lors la 25ème journée de la saison dernière. Impatient de débuter cette rencontre face au LOU ?


J’ai eu la chance de partir à la Coupe du monde avec l’Italie. Donc entre temps, j’ai disputé d’autres rencontres. Mais, il est certain que je suis impatient de retrouver le club, l’ambiance. Cela fait longtemps que je n’ai pas disputé de rencontre, alors, forcément, il y a beaucoup d’émotions. Ça fait tout de même plus de neuf mois (ndlr :301 jours séparent ces deux titularisations) (Rire) ! Et puis, durant cette longue absence, j’ai beaucoup été aidé par mes proches avec des messages de soutiens. Je suis vraiment très heureux de retrouver les couleurs Ciel et Blanc du club.

 

 

"Maintenant toutes les rencontres sont importantes"

 


Qu’allez-vous apporter de plus sur le terrain ?


Tout simplement apporter quelque chose au collectif, pour, au bout, arriver à la victoire. J’ai sans doute eu la « chance » de me reposer un peu plus que les autres, et donc, d’arriver avec de la fraîcheur. Mais l’ensemble du groupe a envie de prouver et de démontrer ce dont il est capable.

 


Quelles sont, justement, les ambitions du groupe pour ce déplacement à Lyon ?


Nous avons vu lors des rencontres précédentes du LOU, que ses joueurs ne lâcheront rien. C’est une équipe qui s’accroche jusqu’au bout. Si nous voulons aller faire un résultat au Matmut Stadium, il faudra faire la rencontre parfaite. Le LOU ne veut pas rester à cette quatorzième place du championnat. Et il est toujours compliqué de jouer dans ce genre de contexte. Maintenant, toutes les rencontres d’ici à la fin de la saison seront déterminantes si l’on veut décrocher notre place dans les six premiers du Top 14. Aujourd’hui, les derniers du classement, qui ne sont pas forcément les derniers sur le papier, ne sont pas loin de nous (l’USAP, premier non relégable avant la rencontre de ce soir face au BO, pointe à 10 unités du Racing). Donc, il faut faire très attention. Car deux ou trois mauvais résultats peuvent nous mettre en bas du classement. Lyon ou pas Lyon, tous les matchs sont très importants pour continuer à y croire.


 
Parlons du Tournoi des VI Nations. Vous avez vécu de l’extérieur les deux défaites de l’Italie lors de ces deux premières journées du millésime 2012. Comment l’avez-vous vécue ? Quelle est votre analyse ?


J’ai évidemment été déçu de ne pas être sur la pelouse avec mes amis. Je savais, avec mon opération à l’épaule, que je serais trop juste pour reprendre et participer à l’ouverture du Tournoi. Maintenant que je débute la rencontre face au LOU, je vais pouvoir démontrer que je suis de retour et disponible. Mais le club prime. Durant les rencontres, il y avait du stress, comme lors des rencontres du Racing. Bien évidemment tu voudrais être sur le terrain pour donner un coup de main. C’est la compétition. Et lorsque tu es joueur tu as cette envie de disputer ces rencontres importantes et prestigieuses.

 

 

"Être performant à chaque rendez-vous"

 


Avez-vous pour objectif de participer à la fin du Tournoi des VI Nations ?


Mon objectif c’est la rencontre face au LOU. Nous accueillerons Bayonne le 3 mars, et pour le moment, ce sont ces rencontres qui m’intéressent. Je veux avant tout, réaliser de bonnes performances avec le Racing. Après, je pourrais peut-être penser à la sélection et la fin du Tournoi. Ce qui est certain, c’est que je ne suis pas dans le groupe de Jacques Brunel pour l’Irlande (25 février), qui a décidé de garder le même groupe de trente qui a débuté la compétition. Mais, je le répète, le Racing prime. Pour le moment, je ne me pause pas de question. Je me met juste au défi d’être performant à chaque rendez-vous.

 


Remporter le Tournoi des VI Nations est un rêve pour vous. L’Italie progresse chaque saison. Mais que manque-t-il à votre sélection pour se mêler à la course au titre ?


Aujourd’hui, je ne peux pas trop répondre. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’entendre le discours de Jacques Brunel, le nouveau sélectionneur. Après, de l’extérieur, il est évident que j’ai vu les changements. Il y a beaucoup plus de jeu, plus de risque, plus de plaisir à toucher le ballon. C’est quelque chose qui nous manquait et qui me fait plaisir. On l’a vu lors des deux premières rencontres du Tournoi, surtout face à l’Angleterre, on s’accroche jusqu’au bout. Et au niveau international, cela fait des différences. Il y a aussi des jeunes qui arrivent. Cela va faire évoluer l’équipe et d’ici à quatre ans, je pense que l’on va beaucoup progresser.

 


Un petit mot sur Jacques Brunel. Avez-vous eu quelques échos de vos coéquipiers en sélection ?


J’ai parlé avec quelques joueurs. Ils sont contents de l’approche et de l’organisation mise en place par Jacques Brunel. Le jeu proposé, est tout simplement le plaisir de jouer au rugby. Et ça, c’est très bien. J’espère que cela va continuer et j’en suis certain. Jacques Brunel a l’ambition de remporter le Tournoi dans les trois années qui viennent. Il veut des joueurs plus ambitieux et qui croient en eux. C’est un discours qui me plait. Je suis heureux qu’un entraineur croit en nous.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 18/02/2012 par ceusette
Il ne sera pas de trop! J'espère aussi le revoir très bientôt en équipe d'Italie!
Le 17/02/2012 par Racingmen
Merci mirco, tu vas apporter cette fraicheur mentale que le groupe a besoin Nous serons tous derriere toi
Le 17/02/2012 par Julio
Mirco tu reviens au bon moment pour faire revivre le Racing Metro. VIVA ITALIA..

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 29 novembre 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois