Le XV de rêve d'Henry Chavancy

Le XV de rêve d'Henry Chavancy

Publié le 10/03/2013

Un terrain, quinze joueurs, des adversaires, des affinités, des capitaines de jeu, un capitaine tout court, des fous-rires... Pour toutes ces (bonnes) raisons, Henry Chavancy, nous a dévoilé son XV de rêve fait de Ciel et Blanc et de... Baabas.

 

N°1 - Laurent Bogué (surnom : La Bogue) : J'ai joué pas mal de saisons avec lui en Espoirs au Racing. C'est un ami. Il entraîne les minimes du club, il forme la future génération Ciel et Blanc. Un très bon pote, cuisinier aujourd'hui.

 

N°2 – William Servat (surnom : La Buche) : C'était le capitaine des Barbarians avec qui j'ai fait la tournée au Japon l'été dernier. C'est vraiment un mec exceptionnel que ce soit sur ou en dehors du terrain. William, c'est une très, très belle rencontre. J'ai adoré jouer sous ses ordres.

 

N°3 : Julien Brugnaut (surnom : La Brugne) : Évidemment ! Il m'a mis dans son XV de rêve et si je ne le mets pas il ne sera pas content ! Je l'ai découvert il y a maintenant trois ans lorsqu'il est arrivé au club. C'est mon copain de vacances. Je m'entends très bien avec lui. On passe au moins une vacance par an ensemble depuis. Donc, s'il n'est pas dans mon équipe, je risque de partir en congés tout seul.

 

N°4 : Simon Raiwalui : C'était le capitaine du Racing en 2007 lorsque j'ai fait mes premiers matchs en première. C'est quelqu'un que j'ai toujours respecté, qui était un joueur irréprochable. Un grand Monsieur ! Pour moi, c'était le papa de l'équipe. Quand tu as 18 ans, que tu arrives dans une équipe et que tu as un mec comme lui, tu n'as qu'une seule chose à penser : tout donner ! Pour lui ! Aujourd'hui je suis heureux qu'il soit dans le staff. J'ai énormément de respect pour Simon.

 

N°5 : Romain Millo-Chuski : Pareil que pour William. Je l'ai découvert au Japon. J'ai beaucoup accroché avec lui, nous partageons les mêmes valeurs. Un mec en or. Je tenais à le mettre dans mon XV de rêve.

 

N°6 : Nathan Lane (surnom : Kiki 1) : Un des copains de toujours. J'ai joué à ses côtés des minimes jusque l'an dernier au Racing. Ensemble, nous avons franchi les échelons pour arriver en première. Il est parti à Albi où ça se passe très bien pour lui. Je suis ravi. Je ne pouvais faire une équipe sans Nathan, l'un de mes meilleurs amis.

 

N°7 : Clément Auvergnat (surnom : Clemton ou Narnya): Comme Nathan, c'est un ami de toujours. Clément, c'est depuis les minimes. À l'instar de Nathan, c'est mon pote. Aujourd'hui, il joue à Bobigny et a le potentiel pour jouer plus haut ! Et puis, Nathan et Clément ont toujours joué troisième ligne aile ensemble.

 

N°8 : Mon frère, Louis-Mathieu Chavancy : Il a joué au Racing, longtemps à Versailles et depuis cette saison à l'ACBB. Son club n'a plus de terrain, alors aujourd'hui je le prends dans mon équipe pour qu'il puisse s'entraîner (rires). C'est mon frère, il n'y a rien d'autre à ajouter !

 

N°9 : Mathieu Lorée (surnom : Kiki 2) : On a tout partagé ! À tel point qu'en Reichel et en Espoirs, nous formions la charnière... Un grand ami. Nous avons également beaucoup joué ensemble en première, on partageait la même chambre lors des déplacements. Des souvenirs, on en a beaucoup. Comme Nathan et Clément, Mathieu c'est mon grand ami. C'est la bande de quatre !

 

N°10 : Jonathan Wisniewski (surnom : La Wisniewk) : Il est là depuis le début. Jon m'a beaucoup aidé, il m'a fait prendre confiance en moi, m'a poussé, m'a encouragé. L'aventure du Racing, nous la vivons ensemble. Je ne pouvais pas ne pas le mettre dans cette équipe.

 

N°11 : Nicolas Kraska (surnom : La Chine, parce qu'il est Thaïlandais): C'est pareil, depuis les juniors il était avec cette petite bande de quatre. Il a fait quelques matchs en Pro D2. Et puis, c'était mon coloc au Centre de Formation. Un mec génial, un super joueur qui évolue aujourd'hui à Albi avec Nathan.

 

N°12 : Fabrice Estebanez (surnom : Patoche) : Une superbe rencontre. Je me régale de jouer à ses côtés. Hors terrain, c'est un mec avec de grandes valeurs, il est droit, drôle, attachant. Je l'apprécie énormément. J'apprends beaucoup avec lui. Je suis très heureux de l'avoir découvert. Sur le terrain, on s'entend très bien, on a un peu le même caractère mais il a plus de qualités que moi... Quand je joue avec lui, je ne veux pas le décevoir. Je me sur-motive.

 

N°13 : Thomas Lombard : J'ai toujours beaucoup admiré le joueur. Lorsque j'étais jeune, c'était un exemple. Il a fait ses classes au Racing, y a terminé sa carrière. Et puis, il jouait le même poste que moi. J'ai débuté en première durant sa dernière saison. Je me souviens de mon premier déplacement en Pro D2, je me suis retrouvé en chambre avec lui. C'était impressionnant. Ça me faisait tout drôle d'arriver dans ce monde pro et de côtoyer quelqu'un que j'admirais autant. Et puis, il est gentil, toujours là pour donner un conseil, guider. Thomas a compté et est toujours présent aujourd'hui quand il faut et si le besoin se fait ressentir.

 

N°14 : Julien Jané (surnom : La Jane) : Il est arrivé la première année de Top 14 et de suite nous nous sommes bien entendus. On a le même caractère. J'ai beaucoup d'espoirs pour lui. Depuis son arrivée, il n'a pas eu de chance, a pas mal été blessé. C'est un super joueur, un mec en or. Je suis persuadé qu'il fera une belle carrière. Je le lui souhaite.

 

N°15 : François Steyn : Comme Fabrice, c'est quelqu'un avec qui j'ai beaucoup joué au centre. On s'entendait très bien sur le terrain, j'adorais jouer avec lui. Il est simple et a beaucoup de qualités. Son passage m'a marqué. Avec Fabrice, ce sont les deux centres qui m'ont beaucoup marqué mais je ne pouvais pas ne pas mettre Fabrice, alors, François jouera à l'arrière.

 

 

Remplaçants :

 

Talonneur – Olivier Diomandé : Ce mec m'a marqué. Un gars en or, comme beaucoup de joueurs passés par le Racing. Par son engagement, son tempérament, son caractère... Je me souviens de la première année de Top 14, sa dernière dans l'élite. Et il y a ce barrage à Clermont, on perd, je suis triste mais pas pour moi. Je l'étais pour un mec comme Olivier, pour d'autres. Qu'ils finissent sur une mauvaise note. Et si jamais il se pète à l'échauffement on pourra compter sur Thomas Bianchin. Un mec vraiment bien.

 

Pilier Gauche Eddy Ben Arous : Je suis obligé de le mettre pour la simple et bonne raison que c'est mon partenaire à la coinche. S'il n'était pas là, je m’embêterais durant les déplacements... (Rires). Il est talentueux et malgré son ascension a su rester simple. D'ailleurs je crois que c'est le secret de sa réussite.

 

Pilier Droit – Christian Califano : C'était l'idole de mon père et j'ai eu la chance de le rencontrer à plusieurs reprises, c'est un gars très sympa, très simple, très marrant.

 

Deuxième ligne – Lionel Nallet ou Sébastien Chabal : Ils sont indissociables. Je les apprécie. J'adorais partager du temps avec eux. J'ai progressé à leurs côtés.

 

Troisième ligne – Jean-Pierre Rives : Je parlais de William et Romain tout à l'heure et voilà le tour de Jean-Pierre. C'est le chef de meute de cette bande de joyeux lurons (sourires). C'est quelqu'un d'exceptionnel. Vraiment, c'est indescriptible. Il est hors du commun.

 

Demi de mêlée – Jérôme Fillol (surnom : Belette) : C'est quelqu'un avec qui je me suis superbement entendu pendant ses deux ans au club. Un mec que j'admirais et respectais beaucoup, super simple, très marrant et qui aimait transmettre toute son expérience.

 

Ailier – Virimi Vakatawa (surnom : Voisin) : C'est mon voisin de palier et comme il fait super bien le poulet au curry, je voulais le mettre dans mon XV. Je veux qu'il continue à m'en faire (Rires) !

 

Centre  Sefulu Gaugau : Un joueur des années Pro D2 que j'appréciais aussi énormément. C'était vraiment un mec avec le cœur sur la main, très gentil et toujours là pour donner des conseils lorsque je suis arrivé à dix-huit ans en équipe première. J'ai pensé à lui car c'est un mec simple, calme, discret, un mec bien quoi !

 

Arrière – Jean-Baptiste Lafond (surnom : Jean-Ba) : C'était pour faire un clin d'oeil à toute cette génération 90, j'ai mis Jean-Ba Lafond mais j'aurais pu mettre Laguille, Eric Blanc... C'est une génération que l'on a tous admiré au Racing puisque c'est la dernière en plus qui a écrit une belle page du club avec ce titre en 1990. Je voulais leur rendre un hommage, c'est toujours un plaisir de les voir.

 

 

Entraîneurs :

 

Mon père et mon grand-père, deux anciens généraux de l'armée donc je me suis dit que pour mener une équipe au combat, c'était plutôt pas mal (Sourires).

 

 

Dirigeants :

 

J'innove avec cette partie. Elle me tenait à coeur. Je me mets dedans parce qu'avec l'équipe qu'il y a sur le papier je ne sais pas si l'on sera bon mais, une chose est sûre, on va vraiment bien rigoler. Ensuite, je voulais faire un clin d'oeil à Mika Tuugahala, Sireli Bobo, Johnny Leo'o, Alvaro Galindo, Andrea Lo Cicero et Santiago Dellape parce que j'ai débuté à leurs côtés. J'ai vécu une belle histoire en Pro D2 avec eux. C'est là que tout a commencé. Je mettrais Santi en manager parce qu'avec lui on est sûr d'être toujours bien coiffé et bien habillé (Rires).

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

dimanche 26 octobre 18H15

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois