En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

Le XV de rêve de Julien Brugnaut

Le XV de rêve de Julien Brugnaut

Publié le 08/01/2013

Un terrain, quinze joueurs, des adversaires, des affinités, des capitaines de jeu, un capitaine tout court, des fous-rires... Pour toutes ces (bonnes) raisons, Julien Brugnaut,  avec la complicité d'Henry Chavancy, nous a dévoilé son XV de rêve.

 

 

Julien Brugnaut : Ce n'est pas un contrôle, je donne mon équipe, on est d'accord ?

 

Henry Chavancy : Ok mon Juju, attention, ça tourne ! Numéro 1, s'il vous plait Monsieur Brugnaut ?

 

J.B. : Moi ! Surnom : La Brugne.

 

H.C. : Pourquoi vous cher Monsieur ?

 

J.B. : Mais parce que je ne vais pas m'enlever de l'équipe quand même !

 

H.C. : C'est une bonne raison. Numéro 2 ?

 

J.B. : Yves Pedrosa dit « le vieux ». Il avait une philosophie. C'est, pour moi, l'un des derniers gonzes qui jouait à l'ancienne, il ne connaissait pas le professionnalisme. Je me rappelle des mêlées. Beaucoup t'expliquaient les techniques des mêlées alors que lui te prenait par le col, te baissait et t'y amenait. Pour lui, c'était un rassemblement de copains !

 

H.C. : Donc au talon, Yves Pedrosa. Tu as joué à Dax avec lui, c'est ça ?

 

J.B. : C'est ça mec !

 

Les deux en cœur : Numéro 3 !?

 

J.B. : Nico Decamps, surnom « Deck ».

 

H.C. : Tu m'en as beaucoup parlé, raconte-nous...

 

J.B. : C'est mon meilleur ami.

 

H.C. : Vous avez joué ensemble à Bordeaux ?

 

J.B. : (Il le coupe). J'ai joué partout avec lui ! Montpellier, Bordeaux et Dax ! En collocation deux fois !

 

H.C. : Oh là là...

 

J.B. : La troisième fois nous n'étions pas en colloc mais c'était pas loin, nous habitions très proche l'un de l'autre. C'est mon meilleur pote ! Numéro 4... Karim Ghezal, « La Ghez » !

 

H.C. : Ohhhuuuu !

 

J.B. : C'est l'une des meilleures rencontres que j'ai faite. Au niveau humain c'est... Karim c'est un super joueur, de toute façon, il n'y a que de superbes adjectifs à lui accoler.

 

H.C. : Numéro 5 ?

 

J.B. : Mick O'Dirscoll, « Miko  ». On arrive en Irlande. C'est Le mec qui m'a chaperonné, qui m'a aidé, le seul qui parlait français. Il a été cool. Tu vois, il a été jusqu'à m'inviter dans sa belle famille pour Noël.

 

Long silence...

 

H.C. : Donc, très bon mec ?

 

J.B. : Un très très bon gars. Numéro 6... Bon là, c'est Thierry Dusautoir. « La Dusaut  » m'a fait arrêter ma carrière en troisième-ligne !

 

H.C. : Ça c'est moche !

 

J.B. : Eh oui ! Mon dernier match en troisième ligne, j'étais face à lui. Il était à Périgueux, moi à Lormont. Après, j'ai joué à ses côtés à Bègles, c'est un très bon joueur. Numéro 7... On fait ça à l'anglaise ou à la française? Le huit d'abord ou le sept.

 

H.C. : C'est toi qui décide mon poulet ! Allez, le 7.

 

J.B. : Vincent Deniaud ! C'était mon poto à Dax quand ça tournait bien, un mec qui m'a fait vivre un avant goût de la vie à Paris. Un bon Parisien, très intéressant, cultivé, bon bringueur ce « La Den's  » ! Le 8, Nick Williams.

 

H.C. : Une autre rencontre du Munster ?

 

J.B. : Ouais, après il est passé par l'Italie et l'Ulster. C'est un monstre ! Vraiment, un monstre ! « Nicky » c'est Hulk. C'était aussi mon "pozo" quand j'étais en Irlande.

 

H.C. : Ton demi-de-mêlée maintenant, attention suspense....

 

J.B. : C'est un petit joueur, pas mal du tout... Il s'appelle Haj (L'un des intendants du club, ndlr) !

 

H.C. : (Il explose rire). Il est international tunisien, non ?

 

J.B. : Un très grand 9 notre « Crahouet », on a eu la chance de l'avoir lors d'une séance de mêlées cette année. Pato venait d'arriver au club et demande à Haj de venir introduire. Il a une excellente technique, c'est hallucinant (rires). Sa plus grande qualité, c'est la communication, il a toujours une petite blague. La meilleure ?

 

H.C. : Monsieur et Madame Amouk on une fille, comment s'appelle-t-elle ? Nadine... Nadine Amouk ! (Rires des deux).

 

J.B. : À l'ouverture, Benoit Rieger. Alors lui et mon numéro 11 m'ont beaucoup aidé quand ça n'allait pas trop. J'ai joué avec eux en Reichel, Espoir et première à Bègles. Un bon ouvreur, il a été barré, il aurait pu réussir. « Ben's » a joué à Massy, s'est rapproché du Racing il me semble mais n'a pu y évoluer.

Ensuite, Baptiste Chedal en 11, dit « Bip ». Un ailier qui joue centre maintenant à Mont-de-Marsan. Ils étaient tous les deux colocataires et m'avaient hébergé. Nous avions passé de très beaux et bons moments à Bègles.

 

H.C. : Passons au centre, ça m’intéresse...

 

J.B. : Lilian Majesté, « le petit prince ». C'était un physique de crevette mais par contre, un talent extraordinaire ! Je n'ai jamais compris, un animal, il devait faire, allez, 70 kilos et encore, mais il était magique. Il me fait penser à un mec que j'ai vu ici : c'est Lolo Hubert notre kiné ! Numéro 13, bon bin voilà, Henry Chavancy, dit « Le chasseur de dragon ».

 

H.C. : Ouaiiiiii !

 

J.B. : Je n'ai rien d'autre à dire. Passons à l'autre ailier... Non, voilà « Riton » c'est mon pote, un pote de voyage. On en a fait quand même pas mal ensemble hein ?

 

H.C. : Afrique du Sud !

 

J.B. : (Il le coupe). Non commence par le premier !

 

H.C : Du premier au dernier, vas-y.

 

J.B. : Dublin-Corke, après Val Thorens, ensuite le Lanzarote, l'Afrique du Sud.

 

H.C. : Et bientôt...

 

J.B. : Non, on le dira quand on l'aura fait... Mais en dehors de ça, c'est un excellent joueur !

 

H.C. : Merci copain !

 

J.B. : Après, 14, Doug Howlett. Au delà du fait que ce soit une légende du rugby mondial, c'est un mec que j'ai apprécié, qui m'a toujours soutenu au Munster. « Doggy » m'a toujours été de bon conseil. Il a fait partie de la rédemption de mon professionnalisme, donc voilà.

 

H.C. : Et le 15 ?

 

J.B. : Voilà, c'est Benji Fall, « La Flèche ». C'est un monstre de professionnalisme, c'est le stéréotype du sportif de haut niveau, qui fait tout à deux cent pour cent. C'est peut-être pour cela qu'il a connu quelques blessures, il ne s'économise pas. C'est un mec bourré de talent, j'ai vraiment plaisir à l'avoir dans mon équipe.

 

H.C. : Et maintenant, par sécurité, tu vas faire ton banc des remplaçants, sans commentaire...

 

J.B. : Sans commentaire ?

 

H.C. : Et le numéro 1...

 

J.B. : Alex Maumont (chef de projet marketing au club, ndlr) ! Ou Denis Forgarty. Allez, banco pour Denis.

 

H.C. : Donc Dennis Fogarty et...

 

J.B. : Renaud Boyoud à droite et Régis Rameau à gauche.

 

H.C. : Donc Boyoud, Fogarty et Rameau, première-ligne remplaçante.

 

J.B. : Non mais attend on va pas faire une équipe complète.

 

H.C. : Ok tu fais tes 23.

 

J.B. : Donc il me faut un second-ligne. Mamuka Gorgodze.

 

H.C. : Troisième-ligne, tu mets qui ?

 

J.B. : Denis Leamy.

 

H.C. : Après, un 9, un 10 et un trois-quart polyvalent.

 

J.B. : À la mêlée, Mathieu « Kiki » Lorée. Un dix encore parce qu'il fait les deux lui ?

 

H.C. : Non, allez la suite...

 

J.B. : Bastien Cassagne ! Je t'explique, c'est la famille. Excellent joueur, talentueux ! Ensuite il te faut encore un arrière ?

 

H.C. : Il joue quoi Bastien ?

 

J.B. : Centre et ailier.

 

H.C. : Ba c'est parfait alors !

 

J.B. : Non attend, on va dire que l'on est en 2023 et qu'il y a plus de remplaçants ! On va mettre Arnaud Tourtoulou pour sa pointe de vitesse légendaire !

 

H.C. : Mais oui bien sûr ! Et son jeu au pied.

 

J.B. : Sur dix mètres...Pas plus ! Fred Joly (Directeur Commercial, ndlr), pour sa gestuelle extraordinaire et on va mettre Franck Di Palma (Responsable des Contenus, ndlr) pour sa fougue ! Je l'ai vu dernièrement, il a été recruté au gagne-terrain, c'est un tueur !

 

H.C. : Et qui serait l'entraîneur de ton équipe de rêve ? Tu as même le droit d'en avoir deux si tu veux... Pas forcément quelqu'un qui t'as entraîné ?

 

J.B. : Ah bon, alors c'est pas forcément un entraîneur ? Ça peut être quelqu'un par qui j'aurais aimé être entraîné donc ? Ma mère, non, attend...

 

H.C. : Ba si c'est une bonne idée !

 

J.B. : Mon père... Oui mon père, entraîneur physique ? Ç'aurait été dur je te le dis ! Mon père, préparateur physique en chef. Ma mère à la cuisine ! Sébastien Bozzi, entraîneur des avants et derrière... Je mettrais bien Guillaume Boussès. (Rires d'Henry). Oui, Guillaume Boussès.

 

H.C. : Ça marche, tout est noté, merci Julien !

 

 

Retrouvez le XV de rêve de Guillaume Boussès en cliquant ici.

 

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 16 août 20H45

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois