actuImage.php

RM 92 vs FCG - Un match charnière

RM 92 vs FCG - Un match charnière

Publié le 02/03/2013

Le Racing Metro 92 reçoit aujourd’hui (18h30, stade Yves du Manoir, Colombes) pour le compte de la 20ème journée du Top 14, le FC Grenoble Rugby. Passés devant les Isérois à l’issue de la dix-neuvième journée, les Franciliens devront s’imposer pour conserver leur place de dernier qualifiable pour les barrages.


 

Au rugby, la charnière composée du demi-de-mêlée et du demi d’ouverture, est souvent assimilée à l’élément faisant la pluie et le beau temps dans une équipe. Elle pèse sur le match et c’est leurs coéquipiers qui avancent. Elle est dans un moment de doute et c’est toute l’équipe qui le ressent et qui tourne au diapason de ses deux «demis», l'élément déclencheur d'une formation. De charnière, il en sera clairement question aujourd’hui. Mais au moment d’aborder cette vingtième journée, c’est plus de moment charnière dans la saison des deux équipes dont il sera question.


 

Passés devant Grenoble, leur hôte de ce jour, au fruit de six victoires de rang, les Racingmen devront l’emporter pour réaliser un petit break face à l’un des nombreux concurrents directs à la sixième place. « C'est le piège de ce match, avance Jonathan Wisniewski. Il faut faire attention. Ils sont dans la position du chasseur, une situation que l'on connait bien. C'est dans cet état d'esprit, dans lequel nous étions il y a peu de temps, qu'ils viendront à Du Manoir ». En l’espace de deux mois, les Franciliens sont revenus dans la course à la phase finale et mettent, depuis quelques journées, la pression à distance sur les Grenoblois. La défaite des Isérois à domicile face à Clermont (10-17), conjuguée à la victoire des Franciliens à Biarritz (11-23) a eu raison, pour le moment, des espoirs des hommes de Fabrice Landreau. Mais à ce jeu-là, la roue tourne très vite et en cas de défaite, les Racingmen verraient les Grenoblois leur repasser devant. À sept journées de la fin, mieux vaut être chassé que chasseur et cela, leur entraîneur Gonzalo Quesada en est bien conscient : « deux défaites suffisent pour que le rêve s’arrête ». « Il y a quelques temps, nous étions dans une position délicate, nous jouions pour le maintien, rappelle Eddy Ben Arous. Aujourd'hui, c'est l'inverse. On sait que cela peut aller vite. Nous sommes dans une bonne dynamique, nous avons envie de nous battre. Nous avançons avec des certitudes mais nous ne voulons pas nous perdre ».


 

La défaite, non, les Ciel et Blanc n'en veulent pas. Ils veulent continuer « dans la dynamique, assure l'ouvreur francilien. Nous avons notre destin entre nos mains. On sait ce que l'on doit faire pour offrir une quatrième phase finale au club ». Car avec quatre réceptions et trois déplacements restant à jouer, les Franciliens auraient clairement leur destin en main en cas de victoire ce samedi. Surtout que d’ici à la fin de la phase régulière, ils joueront trois confrontations avec des concurrents directs : Grenoble donc, puis Montpellier et Perpignan.


 

L'affirmation plaide donc en ce jour de vingtième levée de Top 14 : le match du jour sera un match charnière de la saison, mais il ne sera pas le seul. Il en restera quelques uns. Le Racing n’est pas arrivé mais il a enclenché la bonne vitesse. Et il veut à tout prix continuer dans ce sens en ce samedi de vingtième levée.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

dimanche 26 octobre 18H15

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois