En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

RM 92 vs ST - Vincent Clerc - 'Le Racing a besoin de gagner'

RM 92 vs ST - Vincent Clerc - 'Le Racing a besoin de gagner'

Publié le 23/01/2014

Vincent Clerc est une des figures les plus appréciées du rugby français. Meilleur marqueur d’essais de l’histoire de la Coupe d’Europe (35), deuxième meilleur marqueur de l’histoire du XV de France (34), l’ailier du Stade Toulousain attend avec impatience de retrouver la pelouse du Stade de France, face aux Ciel et Blanc samedi (14h55).

 

 

Vincent, vous voilà de retour après une blessure qui vous a éloigné des terrains et du XV de France pendant huit mois. Qu’éprouvez-vous après une si longue coupure ?

 

C’est d’abord un grand bonheur de retrouver l’équipe du Stade Toulousain. Ça a été long, très long, mais la rééducation s’est bien passé. Avant de rejouer en Coupe d’Europe la semaine dernière, j’ai fait deux matchs en Espoirs, ce qui pour moi signifiait la fin de la blessure. Je suis vraiment très content car j’ai tout de suite eu de bonnes sensations sur mon retour. Maintenant je peux vraiment tourner la page, avant de repartir dans une dynamique de performance et de retrouver toutes mes sensations.

 

 

Pourtant, le Stade Toulousain donne l’impression d’être toujours à la recherche de son jeu. Face aux Zebres vous n’avez guère eu d’occasion d’améliorer votre record d’essais marqués en Coupe d’Europe…

 

On a fait deux très bons matchs contre Clermont et les Saracens en Coupe d’Europe. Mais c’est vrai qu’on a été un peu plus poussif contre les Zebres. Dans des conditions difficiles, on a eu du mal à se faire des passes et à aller chercher le point de bonus offensif. On reste sur une série de victoires et ça c’est assez positif. Mais on est encore trop irréguliers et c’est ça qu’on veut régler, petit à petit. Maintenant, le Tournoi des Six Nations et les contraintes du calendrier ne vont pas nous aider à y arriver…

 

 

Justement, comme le Racing, le Stade Toulousain sera privé samedi de tous ses internationaux français. Cela risque de peser sur la rencontre ? 

 

Selon mes calculs, chez nous il y aura sept joueurs absents pour cause de XV de France. Quand on y rajoute les blessures de Grégory Lamboley et de Florian Fritz, ça fait vraiment beaucoup. C’est vrai que c’est handicapant et face au Racing Metro il va falloir composer avec tous ces absents.

 

 

Quel jugement portez-vous sur le Racing Metro 92 à l’heure actuelle ? 

 

Le Racing a du mal à trouver son rythme de croisière. Mais c’est logique : il y a eu beaucoup de changements à l’intersaison, dans le staff, dans les joueurs. Il y a de bons matchs et de moins bons, mais c’est dur de trouver de la régularité. Aujourd’hui, le Racing a besoin de gagner, d’emmagasiner des rencontres de haut niveau pour répondre à leurs attentes. Ils ont des objectifs très élevés, ce qui est normal avec les joueurs qu’ils ont. On sait que ça met du temps de retrouver la cohésion et la confiance. Mais avec les joueurs qu’il y a dans l’effectif, le jour où il y aura de la constance, ça ira beaucoup mieux.

 

 

Qu’avez-vous pensé du match des Ciel et Blanc contre Clermont dimanche dernier ?

 

Franchement, un très bon match, mais ce qui a coûté cher au Racing, c’était la discipline en seconde période. Ils étaient à 13, et contre une équipe comme Clermont, jouer à 13 n’est pas évident. Cependant, je sais à quel point c’est compliqué de jouer des matchs sans réels enjeux et à la limite il n’y a pas beaucoup de leçons à retenir de cette rencontre. Pour moi, c’est complètement différent d’un match à domicile où on a l’obligation de gagner. Forcément l’état d’esprit n’est pas le même et on sait que ce sera beaucoup plus difficile pour nous samedi. On repart dans une autre compétition - le Top 14 - avec très peu de droit à l’erreur et sans aucun doute le Racing sera dans un état d’esprit totalement différent.

 

 

À quel genre de match vous attendez-vous ?

 

À une rencontre très serrée, très intense. Je ne connais pas encore la météo de ce week-end, mais de notre côté j’espère qu’on pourra développer un peu de jeu. Incontestablement, on s’attend à une très forte opposition du Racing. On sent que, petit à petit, ils font des performances de plus en plus abouties. Ils sont à la maison, ils auront la pression d’être au Stade de France et ils n’ont plus droit à l’erreur. Cette année, on voit bien que c’est compliqué pour tout le monde de rester dans les six, donc pour les deux équipes ça va être un match très tendu. 

 

 

Néanmoins, un match avec le Trophée Pierre de Coubertin à la clé. Que signifie pour vous ce trophée sur le plan de l’esprit ?

 

Bien sûr, ça signifie quelque chose ! On s’est toujours très bien entendu avec le Racing et ce trophée rappelle aussi aux gens qu’on est là pour s’amuser sur le terrain, que ça reste du sport, ça reste une passion et un amusement aussi. C’est rigolo, le fait qu’on puisse soulever une coupe à la fin du match, même s’il s’agit juste d'un match de championnat. Il n’y a pas d’enjeux démesurés sur ce match-là, mais en tant que symbole, c’est important que ce trophée soit là.

 

 

Sur le plan personnel, que peut-on vous souhaiter, Vincent Clerc, pour vos retrouvailles avec le Stade de France ?

 

Simplement que ça me permettra d’enchaîner du temps de jeu. C’est ce dont j’ai besoin actuellement. Que ce soit à Colombes, au Stade de France, ou n’importe où, je suis content de jouer et de continuer à progresser suite à la blessure. J’ai envie de retrouver mon meilleur niveau et de re-postuler au plus haut possible. Je suis toujours très heureux de jouer au Stade de France, c’est un stade magnifique. Même si je suis dans le vestiaire visiteur, je vais en profiter quand même !

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 16 août 20H45

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois