ST vs RM 92 - Faire tomber le champion

ST vs RM 92 - Faire tomber le champion

Publié le 01/11/2012

Le Racing enchaîne son troisième déplacement consécutif, le deuxième d'affilée en championnat, cet après-midi en terres toulousaines pour y défier le double champion de France en titre (16h15). Un affrontement entre deux formations en quête d'une victoire après leurs revers concédés le week-end dernier. 

 

 

Ne serait-ce pas le moment d’affronter le Stade Toulousain ? Proposer, comme l’an passé, un combat de tous les instants qui avait, jusque dans les dernières minutes, mis le doute dans les têtes toulousaines sans pour autant que la récompense ne soit de mise lorsque la sirène retentit. Comme l’accorde lui-même le centre Rouge et Noir, Yann David,  « C'est un début de saison un petit peu en dents de scie. Nous avons alterné le bon et le moins bon... ». Alors pourquoi ne pas créer la sensation ? Gagner là où beaucoup tombent ?

 

Après un revers concédé, respectivement à Perpignan et au Stade de France, Ciel et Blanc et Rouge et Noir se retrouvent cet après-midi à Ernest-Wallon avec l’espoir – l’ambition ? – de pouvoir régaler un public qui s’était émerveillé de la partition jouée il y a un peu plus d’un an au Stadium. Reste aux Franciliens de passer ce fichu en-but adverse, domaine qui fait défaut actuellement au Racing. Mais les hommes de Quesada sont en net progrès. Samedi, à Aimé-Giral, Julien Jané et Juan Imhoff ont échoué dans le dernier geste avant que Masi Matadigo n’inscrive le sixième essai Ciel et Blanc en Top 14. Le Racing se crée des occasions, bien plus qu’il n’en finit, et c’est sur ce point même que l’enjolivement futur viendra. Peu de formations dans l’hexagone peuvent se targuer d’engendrer autant le doute dans les défenses adverse. « Je sens les joueurs prendre leurs responsabilités, se félicite Gonzalo Quesada. On est tous assez sereins sur notre potentiel. À nous d’être plus précis sur certaines actions, d’être plus réalistes quand l’on se crée des occasions. Car c’est ça le plus dur. Le groupe se prend en main. Je suis assez content de la réaction ».

 

Une réaction que l’entraîneur argentin attend dès aujourd'hui, cinq jours seulement après l’USAP. Et l’enchaînement de deux rencontres, aussi proche l’une de l’autre, ravi Quesada : « On n’a même pas le temps de faire de longues séquences vidéos, de faire de longues séances d’entraînements spécifiques, de trop gamberger. Alors dans ce sens, jouer deux rencontres à quelques jours d'intervalle, c’est positif ». Et face au Stade Toulousain, c’est toujours la même rengaine pour le coach Ciel et Blanc lorsque l’on lui demande de donner son avis sur le début de saison du double champion de France en titre. « Je suis en France depuis 2000 et Toulouse, c’est toujours la même chose : une dizaine de leurs internationaux reprennent la saison plus tard que les autres joueurs, et il faut au Stade un moment de préparation qui compte quelques matchs du début de saison. Je trouve ça très intelligent. Ils respectent le cycle. Et à la fin ça donne des résultats ».

 

Alors pour faire douter une équipe toulousaine encore en rodage mais toujours aussi compliquée à affronter il faudra aux Racingmen « rivaliser au niveau du jeu tout en les contraignant en défense, en proposant  beaucoup de jeu, insiste Quesada. C’est sûr que l’on ne pourra pas battre Toulouse en se contentant de défendre. On ne leur fera pas de cadeaux. Il nous faudra être très présents, leur opposer encore plus d’engagement, plus de combat. Si l’on additionne ces facteurs, nous aurons une chance de l’emporter ». Réponse cet après-midi lors du coup d’envoi de cette dixième levée du Top 14, à 16h15.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 30 août 20H45

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois