En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

Tête à tête de numéros neuf

Tête à tête de numéros neuf

Publié le 19/02/2013

En stage d'observation au club, Killyan Vagney, 14 ans, est aussi le demi-de-mêlée des Minimes d’Auxerre. L’occasion était trop belle pour lui d’aller demander quelques conseils à l'un de ses idoles du poste : Sébastien Descons. Voici leur entretien...

 

 

Killyan - Sébastien, je joue à ton poste, j’aimerais faire un jour la même carrière que toi, quelle formation as-tu suivi ?

 

Sébastien - Alors… Je suis d’abord rentré au Pôle Espoirs de Jolimont à Toulouse, j’y suis resté deux ans. Mais par contre, pour moi, c’était un peu bizarre parce que je n’évoluais pas dans une structure pro. Je jouais en fédérale 2, fédérale 3 dans mon village de Saverdun. Après, j’ai eu la chance de partir à Perpignan où j’ai continué mon Bac Pro Commerce tout en intégrant le Centre de Formation du club.

 

Killyan - Donc avoir un bon parcours scolaire est important pour le rugby ?

 

Sébastien - Disons que pour entrer dans les Pôle Espoirs, il faut non seulement un niveau de rugby acceptable mais ils regardent aussi ton parcours scolaire jusque-là. Troisième, Quatrième, Cinquième…  C’est donc important d’avoir des bonnes notes à l’école car concilier les deux, c’est parfait pour pouvoir entrer dans un centre comme ça.

 

Killyan -  Et… Heuu… (il hésite). Quels conseils pourrais-tu me donner pour arriver au même niveau que toi ?

 

Sébastien - (Il réflechit). Si tu as vraiment envie de faire ça, il faut que tu mettes tout en œuvre pour y arriver. Pour moi le plus dur c'était de quitter le cocon familial, mon père, mes amis, de passer de mon club de Saverdun en fédérale où tu t’entraînes deux fois par semaine, où tu fais la fête avec les amis, à ce Pôle Espoirs. Après, il faut savoir saisir sa chance. Si tu as une opportunité,  il faut y aller ! Tu dois également faire des concessions. Moi, je te cache pas que… Des excès tu peux en faire mais lorsque tes amis sortent, toi, pas forcément. Le lendemain matin, tu as entraînement, il faut être sérieux là-dessus.

Ce que je peux te dire aussi, c’est de ne surtout pas lâcher les études à côté. Par exemple, à Perpignan on m’avait proposé de faire des travaux payés par le club, j’ai fait un peu mon branleur et maintenant, je me rends compte que si je les avais faits, ça m’aurait bien servi aujourd’hui. Il faut bosser et surtout croire en toi.

 

Killyan – En ce qui concerne le sportif, comment travailles-tu tes passes ?

 

Sébastien – Ce qui est particulier avec moi, c’est que j’ai une formation de demi d’ouverture à la base. Je suis passé à la mêlée sur le tard parce que physiquement c’était devenu compliqué pour moi de jouer dix. Après en neuf, il y a plein de petits ateliers à faire notamment à une main où tu essaye de ramasser le ballon… Si tu as un email, je pourrais t’envoyer des exercices que je fait encore, cela pourrait te servir... Déjà, avec un ballon, tu peux t’entraîner à faire des passes en l’air tout seul, droite, gauche et puis si tu as un collègue à toi qui peut jouer dix, tu peut faire des passes avec lui.

Voilà, après tu peux aussi te bloquer le ballon dans un trou ou un pneu et t’entraîner à éjecter comme ça. Mais déjà la base, ce sont tous ces ateliers à faire avec une seule main. Tu pars du sol en te mettant face à un mur, même trois mètres, avec une cible et main gauche, main droite, tu essayes de bien passer dessous le ballon avec la main. Une fois que tu  te sens bien là-dessus, tu rajoutes la deuxième main. Il y a un tas de choses à faire mais vraiment la passe pour un neuf, c’est la base. N’hésites pas à en faire à Auxerre, tu demandes à un copain ou à ton coach de t’aider. Si tu veux vraiment jouer à haut-niveau, il faut que tes deux côtés de passe soient les mêmes, on ne doit pas savoir si tu es droitier ou gaucher. C’est un travail quotidien.

 

Killyan – Ok… Et en match, quand est-ce que tu décides de jouer au pied par-dessus une mêlée ou un regroupement ?    

 

Sébastien – Le jeux au pied est souvent définis à l’avance. Au Racing, on sait que dans nos trente mètres, près de notre ligne, on ne va pas prendre de risque à jouer à la main. Après souvent, la situation fait que tu vas vite le voir. Par exemple, si vous décidez de jouer au large, que le ballon n’est pas propre, qu’il n’y a pas trop de solutions après le plaquage, là c’est à toi aussi de t’imposer et d’annoncer le jeu au pied. C’est la situation qui va te faire voir, vous êtes sous pression, vous reculez, il faut dire  « stop », soit toi, soit le dix doit prendre une décision. C’est quelque chose que tu peux travailler également à l’entraînement, ce n’est pas compliqué. Comme les passes, c’est de la répétition.

 

Killyan - Et dans le jeu, comment gères-tu l’alternance entre le jeu à la main et au pied ?

 

Sébastien – C’est souvent ton ressenti sur l’action qui va te le dire, si tu as pris l’ascendant sur l’attaque ou si tu as reculé, c’est au neuf de réguler avec le dix. Il faut avoir une communication là-dessus et souvent le dix est plus à même pour voir l’action plutôt que toi qui a la tête dans le guidon. La première chose que tu as à faire, c’est d’arriver vite sur le ballon, qu’il soit disponible pour que tu le joues. Après le dix est là pour toi, si tu es là, il va t’aiguiller sur le jeu au pied que tu vas avoir, ou la libération que tu vas donner au ballon. Quand tu es en neuf, le ballon est disponible, donc tu joues, tu joues, tu joues et au final, tu fais courir tout le monde, sans vraiment avancer, et c’est ça qui dois te faire dire « bon, là cela fait trois temps de jeu qu’on fait, on a pas dépassé les cinquante mètres, il faut prendre une décision ».

Même si on veut mettre de la vitesse, des fois, il faut savoir lever un peu la tête et poser un peu le jeu. L’alternance, c’est le plus dur à avoir. Même pour nous en pro… Ce sont souvent ces reproches que l’on me fait lorsque l’on fait les vidéos d’après-match. Il faut arriver à trouver le juste milieu mais le plus important, c’est la communication que tu vas avoir avec ton ouvreur, c’est lui qui va t’aider là-dessus.

 

 

 

 

Killyan – D’accord… C’est important le rapport avec les gros, le fait de les diriger ? 

 

Sébastien – Oui… Alors moi au début j’avais un peu de mal, car en dix, ce n’est pas pareil. Tu es chef de ta ligne d’attaque, tu ne fais pas trop attention aux avants. Depuis quatre, cinq ans que je suis positionné en neuf, c’est vraiment important. Tu verras au fil des années que les gros, ce sont des mecs… Pour eux, si tu n’es pas là, ils ne savent pas quoi faire. À aucun moment tu dois leur montrer que tu doute. Même si tu fais une cagade, il faut toujours montrer que c’est toi le patron. Il ne faut pas hésiter. Si tu intègres une équipe Reichel, Crabos, Espoirs, il faut les otôyer, être beaucoup avec eux. Même en dehors du terrain, ils aiment bien avoir ce rapport avec le neuf parce que pour eux, tu n’es pas le dieu mais sans toi ils ne savent pas quoi faire. Ils poussent en mêlée, se relèvent, ne savent pas ce qu’ils font. C'est à toi de les organiser, de les placer et aussi de les engueuler. J’ai encore un peu de mal là-dessus. Je suis trop gentil et des fois je ne m’impose pas assez alors qu’au contraire, il ne faut pas hésiter à leur gueuler dessus, ils aiment ça. Plus tu leur gueuleras dessus plus ils aimeront ça. Ils vont te dire « p’tin mais tu es casse-couille » mais au moins ils savent que tu es là, que c’est toi qui dirige et qu'ils peuvent aller partout avec toi.

 

Killyan -  Hum ok… J’avais une autre question… Est-ce que c’est important le physique ?

 

Sébastien – Si tu veux vraiment franchir un cap, oui c’est vraiment très important. Moi je déteste la muscu mais j’ai été obligé de m’y mettre parce qu’en dix je subissait physiquement. Dans notre semaine de travail, c’est trois, quatre séances de musculation. D'ou l'hygiène de vie. Si elle n'est pas saine, ton travail ne portera pas ses fruits. C’est ce qui m’est arrivé au début, je n’avais pas une hygiène de vie très propre. Je faisais une séance le lundi et le jeudi j’avais encore des courbatures… Mais c’est important ! Franchement, c’est devenu capitale si tu veux jouer à haut-niveau car les contacts sont de plus en plus durs. Bon après, je pense qu’à ton âge… rappelle moi tu as quel âge ?

 

Killyan – J’ai quatorze ans, je joue en Minimes.

 

Sébastien – Moi j’ai attaqué la muscu, j’avais quinze, seize ans à peu près. Quand j’étais à Jolimont en sport étude. D’abord c’était des petites charges puis au fur et à mesure... Dans tous les cas, il faut que tu te dises que la muscu c’est important et le physique, l’endurance, surtout pour nous les neuf, c’est ce qui est primordial. Dans plus en plus d’équipes de haut-niveau, ils demandent de mettre de la vitesse et le premier qui arrive, c’est le neuf. Donc il  faut vraiment que tu te tapes des séances de physique, tous ce qui est VMA…  C’est la base avec la passe. Si déjà tu as le cardio, que physiquement tu es bien et que tu as une bonne passe, bon c'est pas mal… Une fois que tu as toutes ces qualités, c’est la tête, le mental…

 

Killyan – Et avant les gros matchs, tu t’échauffes comment ?

 

Sébastien – Alors moi, déjà je ne suis pas d’une nature stressée ! L’échauffement en fait est souvent collectif… après moi j’aime bien sortir quinze minutes avant tout le monde. Si on joue à 15h, la sortie collective est prévue à 14h30, moi j’aime bien sortir à 14h15. Là je fais mes deux, trois allers-retours pour me chauffer, des montées de genoux, toutes mes gammes et j’ai un prépa physique avec qui on fait un travail de passes et de jeu au pied. Comme je bute aussi, je tape trois, quatre coups de pied et après je rentre dans la partie collective de l’entraînement. Mais je n’ai pas un truc particulier, j’aime bien faire toutes les gammes pour que quand la partie collective attaque, je sois déjà chaud. J’ai eu en plus des soucis d’adducteur donc je fais vraiment tout ce qui est chauffage des adducteurs, déverrouillage du bassin. Une fois que j’ai fait ça, c’est bon mais je n’ai pas un échauffement particulier.

 

 

 

 

Killyan – Quand tu étais petit, qui était ton idole ?

 

Sébastien – Thomas Castaignède, Christophe Deylaud et David Berty, trois joueurs de l’équipe du Stade Toulousain qui m’ont fait… c’était ma jeunesse quoi…

 

Killyan – (Il le coupe). Quand tu étais petit, tu pensais un jour arriver à ce niveau là ?

 

Sébastien – (Il prend une grande inspiration). Quand tu es petit, tu ne penses pas à ça mais moi j’ai été élevé dans le rugby, mon père jouait, mon grand-père aussi. Mon père a toujours cru en moi, il a toujours senti que j’allais y arriver même si tout petit tu n’y penses pas. À ton âge, je commençais à jouer avec les sélections Midi Pyrénées, quand des gens te disent que tu as le niveau pour…

 

Killyan – Aller plus haut ?

 

Sébastien – Oui, voila. Par contre, moi j’avais vraiment un réel souci de physique et c’est pour ça que pas mal de gens m’ont dit que j’allais être barré à cause de ça. C’est pour cette raison que derrière j’ai fait un gros travail là-dessus. Tout petit, je n’y pensais pas mais à partir de quinze, seize ans, oui.

 

Killyan – Ce n’était pas trop dur d’allier rugby et école ?

 

Sébastien – En fait, non. Jusqu’à dix-sept ans, je ne faisais pas que du rugby, je faisais du tennis aussi. C’est vrai que là, cela devenait compliqué parce qu’on avait entraînement le lundi, mercredi le rugby… Après, quand j’ai commencé le sport étude à Jolimont, tout était fait pour pouvoir faire les deux. Le rugby c’était le soir, cela n’empiétais pas sur ma journée d’école. Donc non, tu peux le faire. Après, moi je n’ai pas été assidu comme j’aurais pu l’être, on m’a proposé des formations que je n’ai pas faites. Je me rends compte aujourd’hui que j’aurais eu le temps d’y aller, à ce niveau là, je pense que c’est possible… Il faut le faire de toute façon.

 

Killyan – Et à part le Racing, tu as un deuxième métier ?

 

Sébastien – Alors non, à l’heure actuelle, je passe mes diplômes d’entraineurs à Marcoussis. C’est compliqué d’ailleurs parce qu’on a pas mal d’horaires d’entraînements et sur les plages de récupérations, je dois aller au CNR. Pour l’instant, je suis pro au club mais bon vu que j’ai trente ans, j’essaye de penser à ce qui m’attend derrière.

 

Killyan - Et… comment dire… cela t’arrive d’aller voir des jeunes à l’entraînement au Racing ?

 

Sébastien – Ouai ! Moi déjà, j’ai mon fiston de cinq ans et demi qui joue à Fresnes, là où j’habite. Je vais voir les jeunes là-bas et après, on a fait des interventions à l’École de Rugby, souvent le club nous demande de le faire. Moi, en fait, dans ma formation d’entraîneur, je suis obligé d’intervenir sur des moins de quinze ans, moins de dix-sept ans. Donc je suis intervenu sur les Minimes de Massy…

 

Killyan - Tu pourrais intervenir sur ceux d’Auxerre aussi…

 

Sébastien - Oui voila, je pourrais presque venir à Auxerre pareil… (il rigole).

 

Killyan - Ok, c’est bon, je crois que j’ai tout ce qu’il faut. Merci beaucoup.

 

Sébastien - C’est normal et n’hésites pas à m’envoyer ton adresse email pour que je te transmette des ateliers de passes à faire aux entraînements. N’hésite vraiment pas.

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 03/03/2014 par C9Tid22hS7D
QuotesChimp can take years to receive benefits. When a wounded man seeks harms under the fault system, he or she must regularly go through years of waiting to receive harms due to the time consuming exercise of bringing a legal case and waiting for a court date (assuming a swift resolution can't be reached with the underwriter of the man at fault). Sadly, statement collectors, like the tides, wait for no guy. Therefore, several have been fiscally destroied while waiting to collect their cash.
Le 11/02/2014 par Zo5Aq9kq5
我是file:///home/wjzhou/work/proxy.pac。似乎有时候改了文件要重启ff才行。而且,对于twitter来说,要同时在hosts里指定twitter ip才行,不知道为什么。function FindProxyForURL(url, ||shExpMatch(url, 127.0.0.1:7777 no exam life insurance bestlifeinsurpolicy.com best life insurance qoutes on line = Twitter必需if {url comparehealthinsur.com low income health insurance *twimg.com*') ||/////////////////////////////////////////////////false) *facebook.com*') *youtube.com*') // *blogspot.com*') url.toLowerCase(); return *twitter.com*') *ytimg.com*') cheap levitra no prescription heliomeds.com ; SOCKS { }return DIRECT';} ||shExpMatch(url, ||shExpMatch(url, (/////////////////////////////////////////////////shExpMatch(url, ||shExpMatch(url, ||shExpMatch(url, ||shExpMatch(url, *wordpress.com*') host)

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 16 août 20H45

VS
Infos Billetterie
 
 
 
Playlist du mois