En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 

Une première difficile

Une première difficile

Publié le 09/10/2010

Pour le premier match de HCup de son histoire, le Racing Metro 92 s’est incliné sur la pelouse du RDS Stadium de Dublin face au Leinster, champion d’Europe 2009 (38-22). Une première difficile pour les Racingmen qui ont eu du mal à être constant tout au long de la partie, avec notamment dix minutes fatales en première période qui ont permis aux locaux d’inscrire dix-huit points. Le Racing aura cependant l’occasion de se ressaisir dès samedi prochain à Colombes face à Clermont.

 

Michael Cheika, ancien coach des Dubliners, avait pourtant prévenu : « Le Leinster a la culture de la Coupe d’Europe. Ce serait un exploit de s’imposer sur cette pelouse souvent ventée. Le Leinster est une équipe très difficile à bouger. » Le décor était alors planté : pelouse hostile où peu d’équipes parviennent à s’imposer, surtout en Hcup, conditions climatiques souvent variables, où l’occupation du terrain, en cas de vent, est souvent la clé des débats, et surtout, une équipe expérimentée, se préparant toute la saison pour une seule et unique compétition, la HCup.


Pour ses grands débuts dans la compétition phare du rugby européen, le Racing Metro 92 a fait les frais du dure apprentissage de l’Europe, une compétition souvent jugée plus exigeante qu’un Top 14 pourtant réputé pour être la référence du rugby mondial.

Il y la Ligue 1 et la Ligue des Champions. Il y a le Top 14 et la HCup : un niveau au dessus, tout simplement où l’expérience et la fraîcheur ont souvent fait la différence. Et le Racing Metro 92 en a fait l’amère expérience.


Pourtant bien partis dans un match où le premier quart d’heure faisait plus place à l’observation qu’à la prise d’initiative, le Racing gérait le score puis le jeu jusqu’à la demi heure de jeu (3-3. Pénalité de Nacewa, 5e. Pénalité de Fillol, 13e min). Sanctionné sur une mêlée à le 29e, le Racing allait s’apprêter à vivre dix minutes de calvaire qui ont vu le Leinster scorer à cinq reprises : pénalités de Nacewa (29e, 38e), essais de O’Brien (31e), puis Kenley (34e), transformation de Nacewa (32e).

En retard sur les plaquages, négligents dans le jeu aérien sur renvois et chandelles, les Franciliens ont vécu dix minutes qui ont du en paraître trente, tant les initiatives du Leinster menaient, coup sur coup, à une prise de point. Seule une pénalité de Steyn sur une faute au sol de Darcy permettait au Racingmen de respirer pendant cet instant de furia dublinoise (36e).


La mi-temps venait alors à point nommé et devait permettre aux Ciels et Blancs de se remobiliser afin d’aborder le second acte sous d’autres hospices, en profitant du vent, de l’état d’esprit qui a fait leur réputation en championnat, et de leur ambition de jeu, pour le relever le défi du Leinster.


Dès la reprise, le Racing Metro reprenait alors le jeu à son compte et scorait dès l’entame par une pénalité de Fillol (21-9, 41e). Mais malgré une série d’enchaînements à la maîtrise pourtant fébrile, le Leinster profitait d’un manque de soutien en ruck pour récupérer, relancer, puis aller marquer par l’intermédiaire de Strauss( 26-9, 49e). Mais le Racing n’abdiquait pas, redevenaient des Racingmen et scorait brillamment à deux occasions sur une pénalité de Steyn (26-12, 52e) et un essai plein de fraîcheur et d’opportunisme de VuliVuli (26-17, 56e), transformé par Fillol (26-19, 57e).

Bonus défensif en main, le Racing Metro 92 venait de réaliser une période pleine qui aurait pu rendre la pareille aux dix minutes de domination du Leinster en première période. Il n’en fut ainsi, mais à pas grand-chose, certainement ce qui fait le différence entre un club habitué aux jouxtes de l’Europe et un club qui la joue pour le première année.

Une série de pick and go maîtrisés « à la Munster », soutenue par une chandelle de Kenley, un relais de Darcy et un essai de Heaslip transformé par Nacewa, venait alors sonner le glaive des espoirs des Ciels et Blancs (31-19, 62e puis 33-19, 64e) et la joie des supporters du Leinster, qui empochait alors le bonus offensif.


La suite et la fin de match s’équilibrait alors, permettant à Fillol de passer une pénalité (33-22, 66e). Mais c’est sur la sirène que le Leinster saisissait une autre occasion de faire comprendre à leur hôte du jour à quel point cette compétition est exigeante et ne permet pas de temps de faiblesse: alors que les Franciliens avancaient vers un essai qui leur permettrait de reprendre le bonus défensif, un contre assassin de Mc Fadden, venait saler l’addition du match (38-22, 80e, score final).
Dur mais logique.

 

 

LA FEUILLE DE MATCH
HCup – Poule 2 - 1ère journée – RDS Stadium – Arbitre : M. Pearson (ENG)

 

Les équipes

Leinster : Kearney – Nacewa, O’Driscoll (McFadden, 58’), D’Arcy, Fitzgerald – Sexton (Horgan, 75’), Reddan (Boss, 60’) – Jennings (Ryan, 67’), Heaslip (cap), O’Brien – Toner, Hines – Ross (Shawe, 73’), Strauss (Harris-Wright, 75’), Van der Merwe (Healey, 52’).
Entraîneur : Joe Schmidt

Racing Metro 92 : Steyn – Bobo, VuliVuli, Masi (Bergamasco, 52’), Saubade – Fillol, Durand (Lorée, 64’) – Cronje, Chabal (Battut, 52’), Leo’o (Vaquin, 75’)– Qovu (Dellapé, 58’), Nallet (cap) – Orlandi (Zimmermann, 75’), Noirot (Festuccia, 58’), Lo Cicero (Brugnaut, 71’).
Entraîneurs : Pierre Berbizier, Simon Mannix.


Les Points :

Leinster:
Essais : O’Brien (31’), Kearney (34’), Strauss (48’), Heaslip (63’), McFadden (80')
Transformations : Nacewa (32’, 64’)
Pénalités : Nacewa (6’, 29’, 39’,
Drop :/

RM 92 :

Essai : VuliVuli (56’)
Transformation : Fillol (57’)
Pénalités : Fillol (13’, 42’, 67’), Steyn (37’, 52’)
Drop :/


Les cartons :

Leinster : /

RM 92
:
Jaune : Durand (44’)

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Le 11/10/2010 par miranda
alors hein!!!!!!! c est pas la meme limonade ils rigolent pas les irlandais les gars , sachez comme dirais je sais plus qui "on apprend toujours de ses erreurs . courage
Le 10/10/2010 par Extaze
Je n'ai pas compris la faute qui amène à l'essai de strauss à la 48è. Tenue de ballon au sol? Le plaqueur peut arracher le ballon si il est sur ses appuis dans son camp et pas sur le côté? Pourtant la semaine dernière j'ai vu la faute inverse, Dusautoir se faire siffler pour avoir plaquer et tenter d'arracher le ballon sur ses appuis et dans son camp. Subtilité rugbystique... Ce qui peut expliquer le manque de réaction de la défense du racing sur cette faute jouée rapidement.

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 19 avril 18H30

VS
Infos Billetterie
 
 
 
 
Playlist du mois